Le sa­cris­tain pillait les troncs de la ca­thé­drale

Nice-Matin (Cagnes / Vence / Saint-Laurent / Carros) - - Côte D’azur - JEAN-MA­RIE FIORUCCI

C’est un drôle de sa­cris­tain qui vient de com­pa­raître de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Mo­na­co. Ce ser­vi­teur dé­vot de la ca­thé­drale semble faire peu cas des dix com­man­de­ments ! Plus par­ti­cu­liè­re­ment ce­lui qui en­joint : « Tu ne vo­le­ras point ». En mars 2016, le fi­lou s’est fait sur­prendre par le cu­ré en train de s’af­fai­rer au­tour d’un tronc des­ti­né aux au­mônes pour les âmes du Pur­ga­toire. Le re­li­gieux, gar­dien des de­niers du culte, soup­çon­neux à la suite de mul­tiples ponc­tions d’ar­gent in­ex­pli­quées au cours des quêtes pré­cé­dentes et dans les boîtes des­ti­nées aux of­frandes, porte plainte au­près de la Sû­re­té pu­blique.

« Il y avait beau­coup d’ar­gent dans les troncs…»

Un dis­po­si­tif est aus­si­tôt mis en place par les po­li­ciers afin de pié­ger le pro­fi­teur : les ins­pec­teurs dé­posent des billets de banque en­duits de ré­vé­la­teur. Quelques jours plus tard, le sa­cris­tain concus­sion­naire est re­pé­ré avec des traces rouges sur ses doigts. Dé­mas­qué et confon­du, il est pla­cé en garde à vue. Certes, avec un Dieu mi­sé­ri­cor­dieux, il n’ira pas brû­ler dans les flammes éter­nelles de l’En­fer. Mais il éco­pe­ra tout de même d’une peine de cinq mois d’em­pri­son­ne­ment avec sur­sis et au ver­se­ment d’une somme de 1000 € pour l’Église.

À l’au­dience, à la de­mande du pré­sident Jé­rôme Fou­ge­ras-La­ver­gnolle, le pré­ve­nu, au­jourd’hui re­trai­té, re­con­naît les faits et quelque 3000 € dé­ro­bés. Em­ployé à la ca­thé­drale à par­tir de 2004, com­bien a-til vé­ri­ta­ble­ment sou­ti­ré des fonds sa­cer­do­taux? On ne le sau­ra ja­mais. « Il y avait beau­coup d’ar­gent dans les troncs, re­con­naît-il. J’ai fait une er­reur! J’ai cé­dé à la fa­ci­li­té. J’avais be­soin de fi­nan­cer le ma­riage de mon fils. De­puis cette af­faire, j’ai été li­cen­cié… »

Le ma­gis­trat pour­suit à son tour : « L’ana­lyse de vos comptes ban­caires dé­montre qu’il y avait des dé­pôts d’es­pèces im­por­tants à par­tir de mai 2014. » Le pré­ve­nu ac­quiesce : « Ef­fec­ti­ve­ment, j’ai com­men­cé à pré­le­ver de l’ar­gent à par­tir de cette date et j’ai ef­fec­tué des re­traits à hau­teur de 3000 en to­ta­li­té… »

Pour per­ce­voir tous les sons de cloche, le pré­sident in­ter­roge le plai­gnant sur le fonc­tion­ne­ment de la col­lecte : « Jus­qu’en sep­tembre 2015, com­mente le prêtre res­pon­sable de la pa­roisse, le pré­po­sé avait la condi­tion de re­le­ver les troncs. De­puis mon ar­ri­vée, il y a deux ans, j’ef­fec­tue per­son­nel­le­ment cette mis­sion fi­nan­cière dé­li­cate. Pen­sez, pour le seul mois d’août der­nier, j’ai comp­ta­bi­li­sé 40000 en­vi­ron et il m’ar­rive de trou­ver des billets de 500 Ces sommes sont aus­si­tôt mises sur le compte ban­caire de notre église… »

  € col­lec­tés en ,  € en 

Le pré­sident, éton­né, de­mande au pré­ve­nu : « Pour­quoi aviez-vous ju­gé utile de gar­der les clés? Dans le but de vo­ler? » En ré­ponse : « Non ! J’ai gar­dé un double du trous­seau parce que per­sonne ne m’a de­man­dé de le rendre… » Le ma­gis­trat s’en­quiert alors de la vo­lon­té du cu­ré de par­don­ner le dé­lit et de se consti­tuer, ou pas, par­tie ci­vile. « À titre per­son­nel, je l’ab­sous, as­sure ce bon pas­teur des âmes. Mais il doit être sanc­tion­né au re­gard de la so­cié­té ci­vile. Je ré­clame la somme de 1000 Car cet homme a vo­lé l’État et l’ar­gent pris man­que­ra au bud­get de fonc­tion­ne­ment de la ca­thé­drale. » D’ailleurs, il res­sort de l’en­quête, aux fins de com­pa­rai­son pour ten­ter d’es­ti­mer le mon­tant du vol, que les sommes col­lec­tées en 2015 et 2016 dans ce seul édi­fice dé­dié à Notre-Dame-Im­ma­cu­lée, re­pré­sentent res­pec­ti­ve­ment 145000 € et 136000 €. Mais on ignore le mon­tant exact qui au­ra été vo­lé… Au cours de son ré­qui­si­toire, le pro­cu­reur Alexia Brian­ti évo­que­ra « une suite d’opé­ra­tions en­tre­prises de ma­nière or­ga­ni­sée grâce au double des clés. Le pré­ve­nu avait donc bien ré­flé­chi à son mo­dus ope­ran­di. Je de­mande une peine sé­vère de quatre mois d’em­pri­son­ne­ment as­sor­tis du sur­sis, le ré­gime de la li­ber­té d’épreuve pen­dant trois ans et l’obli­ga­tion d’in­dem­ni­ser la vic­time. » Le tri­bu­nal pré­fé­re­ra alour­dir la peine avec sur­sis et ap­prou­ve­ra la somme de­man­dée par la par­tie ci­vile.

(Pho­to Mi­chael Ale­si)

Le cu­ré de la pa­roisse : « Pour le seul mois d’août der­nier, j’ai comp­ta­bi­li­sé   € en­vi­ron et il m’ar­rive de trou­ver des billets de  € dans le tronc de la ca­thé­drale. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.