Ri­chard Fer­rand se fé­li­cite d’avoir été « la­vé de tout soup­çon »

Nice-Matin (Cagnes / Vence / Saint-Laurent / Carros) - - France -

Hier, dans un en­tre­tien au Fi­ga­ro, Ri­chard Fer­rand (LREM), chef de file des dé­pu­tés du groupe de la ma­jo­ri­té [pho­to AFP], af­firme que «la jus­tice a en­quê­té, la jus­tice a tran­ché

: je suis in­no­cent de la moindre in­frac­tion, et la­vé de tout soup­çon », se di­sant « dé­sor­mais plus libre de par­ler à nou­veau de l’ave­nir de notre pays ».

L’élu du Fi­nis­tère a dans la fou­lée en­voyé un com­mu­ni­qué ti­tré « Mon in­no­cence confir­mée », dans le­quel il plaide pour que l’af­faire « in­ter­roge tous les au­teurs de ju­ge­ments à l’em­porte-pièce qui ne me­surent pas les dé­gâts hu­mains qu’ils créent ».

« Avec les dé­pu­té[es] de La Ré­pu­blique en Marche, nous al­lons dé­sor­mais pou­voir nous consa­crer ex­clu­si­ve­ment à l’ave­nir de notre pays », ajoute cet al­lié de la pre­mière heure d’Em­ma­nuel Ma­cron.

Le pro­cu­reur de Brest a an­non­cé, hier, le clas­se­ment sans suite de l’en­quête, dé­clen­chée à la suite de ré­vé­la­tions du Ca­nard en­chaî­né en mai. Le ma­gis­trat a es­ti­mé que cer­taines in­frac­tions (abus de confiance et es­cro­que­rie) « ne sont pas consti­tuées, faute de pré­ju­dice avé­ré », et qu’un éven­tuel dé­lit de prise illé­gal d’in­té­rêt était pres­crit.

Ri­chard Fer­rand, 55 ans, était soup­çon­né d’avoir fa­vo­ri­sé sa com­pagne, l’avo­cate San­drine Dou­cen, à l’époque où il était di­rec­teur gé­né­ral (1998-2012) des Mu­tuelles de Bre­tagne et élu lo­cal PS.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.