Votre Azu­réenne de l’an­née

Vous avez élu Na­tha­lie Strauss, Azu­réenne de l’an­née. Dé­lé­guée syn­di­cale et chef de file du com­bat contre la fer­me­ture de Gal­der­ma à So­phia An­ti­po­lis. Plus qu’une élec­tion, un sym­bole.

Nice-Matin (Cagnes / Vence / Saint-Laurent / Carros) - - La Une -

Dé­lé­guée syn­di­cale CFDT de Gal­der­ma à So­phia An­ti­po­lis, elle a été élue par les in­ter­nautes de Nice-Ma­tin.

Un coup de pouce pour le com­bat des 550 sa­la­riés contre la fer­me­ture de ce fleu­ron der­ma­to­lo­gique

C’est un peu le ca­deau que l’on dé­couvre quelques jours plus tard au pied du sa­pin, et qui prolonge un peu la ma­gie de Noël.

Na­tha­lie Strauss, dé­lé­guée syn­di­cale CFDT de Gal­der­ma, a été élue azu­réenne de l’an­née par les in­ter­nautes de Nice-Ma­tin.

Pour l’en­semble des sa­la­riés de ce fleu­ron de la der­ma­to­lo­gie ba­sé à So­phia An­ti­po­lis, dont la fer­me­ture risque de sup­pri­mer plus de quatre cents postes en sep­tembre pro­chain, c’est une ré­com­pense qui fait chaud au coeur. Na­tha­lie Strauss est de­puis le dé­but en tête de file de ce com­bat me­né contre la di­rec­tion du groupe Nest­lé qui pré­voit bien­tôt de dé­lo­ca­li­ser son centre de re­cherche et de dé­ve­lop­pe­ment en Suisse. « C’est une ex­cel­lente nou­velle, se ré­jouit la dé­lé­guée syn­di­cale. J’avoue que je ne sa­vais pas qu’il exis­tait un tel vote au dé­part. Quand j’ai vu que j’étais par­mi les no­mi­nés, j’étais dé­jà très contente. Mon image n’est pas im­por­tante. Ce qui compte, der­rière, c’est que l’on parle en­core et en­core de Gal­der­ma. De cet élan de so­li­da­ri­té qui se crée au­tour de nous. Ce­la dé­montre que les gens sont mo­bi­li­sés et ac­quis à notre cause. Et par consé­quent qu’ils sont contre le groupe Nest­lé. »

Au-de­là de la gra­ti­tude qu’elle ma­ni­feste en­vers Nice-Ma­tin, « qui est LE mé­dia qui nous suit de­puis les pre­mières heures», Na­tha­lie Strauss et l’en­semble des sa­la­riés vont pou­voir se ser­vir de ce vote pour ga­gner en vi­si­bi­li­té. « Je ne re­mer­cie­rai ja­mais as­sez le jour­nal… nous al­lons pou­voir, dans un pre­mier temps, dif­fu­ser cette in­for­ma­tion à l’échelle na­tio­nale du syn­di­cat. Et ain­si mon­trer que notre cause mo­bi­lise énor­mé­ment de per­sonnes au ni­veau lo­cal. Puis nous al­lons le dif­fu­ser au­tour de nous, au­près des mé­dias no­tam­ment, pour ga­gner en vi­si­bi­li­té. C’est ce qu’on cherche de­puis le dé­but : être sous les pro­jec­teurs. Mon­trer que nous nous bat­trons jus­qu’à la der­nière mi­nute. Qu’énor­mé­ment de gens sont der­rière nous et qu’eux aus­si sont convain­cus que Nest­lé fait une grosse er­reur.»

« Cette so­li­da­ri­té, c’est énorme pour nous »

À tra­vers ce titre d’Azu­réenne de l’an­née, sy­no­nyme d’une adhé­sion mas­sive de la po­pu­la­tion à la pro­blé­ma­tique que ren­contrent les 550 em­ployés de Gal­der­ma, Na­tha­lie Strauss es­père re­boos­ter le mo­ral de ses troupes et ain­si pour­suivre le com­bat. « Au bout d’un mo­ment, le risque c’est que cer­tains baissent les bras. Sur­tout après un cour­rier re­çu ré­cem­ment, qui confirme que la di­rec­tion ne compte pas chan­ger d’avis. Avec ce vote, au contraire, nous sommes en­core plus sou­dés. Et nous avons la po­pu­la­tion avec nous. Cette so­li­da­ri­té, c’est énorme pour nous. »

Deux ac­tions pré­vues en jan­vier et fé­vrier

Sur­tout que, dès le mois de jan­vier, la dé­lé­guée syn­di­cale veut conti­nuer l’of­fen­sive avec deux ac­tions stra­té­giques. « Nous ne connais­sons pas en­core les dates exactes. Mais nous es­pé­rons, dans un pre­mier temps, être in­vi­tés à l’As­sem­blée na­tio­nale pour par­ler de notre si­tua­tion. Ce se­rait un su­per-coup de pouce. Nous avons fait la de­mande à tous les dé­pu­tés de la ré­gion qui nous sou­tiennent de­puis le dé­but. Ce se­rait pour la pre­mière quin­zaine de jan­vier. » En fé­vrier, c’est une ac­tion d’une autre am­pleur qui se pro­file. Cette fois, il s’agit de re­joindre la Suisse et le siège social de Nest­lé, à Ve­vey. « Rien n’est en­core dé­fi­ni mais nous es­pé­rons nous dé­pla­cer avec une cen­taine de sa­la­riés au mi­ni­mum. Nous vou­lons ma­ni­fes­ter pa­ci­fi­que­ment et avec res­pect, comme ce que l’on a fait de­vant le site de Gal­der­ma en oc­tobre der­nier, à So­phia An­ti­po­lis. Nous conti­nue­rons jus­qu’au bout de re­ven­di­quer que ce plan de re­struc­tu­ra­tion n’est pas ac­cep­table. Et j’es­père que l’on pour­ra être éga­le­ment re­çu au siège de Nest­lé. »

La ba­taille conti­nue pour l’en­semble des sa­la­riés. Et avec cette dé­si­gna­tion de Na­tha­lie Strauss comme Azu­réenne de l’an­née, c’est tout un peuple qui est en ordre de marche.

(Photo Sé­bas­tien Bo­tel­la)

Na­tha­lie Strauss a été élue Azu­réenne de l’an­née  par les in­ter­nautes de « Nice-Ma­tin ». JÉ­RÉ­MY TOMATIS jto­ma­tis@ni­ce­ma­tin.fr

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.