Le bo­nus du ré­veillon...

Les Tou­lon­nais, long­temps mal­me­nés sans ja­mais réel­le­ment cé­der en dé­fense, se conten­te­ront de ce nou­veau point de bo­nus dé­fen­sif ar­ra­ché à dix mi­nutes de la fin LA NOTE

Nice-Matin (Cagnes / Vence / Saint-Laurent / Carros) - - Sports -

(E A Tou­louse (stade Er­nest-Wal­lon), Tou­louse bat Tou­lon 18 à 13 (9-6).

Spec­ta­teurs : 18 838.

Ar­bitre : Laurent Car­do­na

Tou­louse : 4 pé­na­li­tés Ra­mos (11, 29, 43, 52), 2 drops Holmes (21, 61).

Tou­lon : 1 es­sai Es­cande (69), 1 trans­for­ma­tion Trinh-Duc, 2 pé­na­li­tés Bel­leau (26, 35).

TOU­LOUSE : Ra­mos - Kolbe, Fritz (cap.) (Gui­toune 76), Fi­ckou, Mje­ke­vu - (o) Holmes (Dous­sain 72), (m) Du­pont - F. Cros, Te­ko­ri (Maes­tri 63) (Ve­rhae­ghe 76), El­stadt (Ma­daule 72) - Maes­tri (Faa­sa­lele 56), R. Gray - Al­de­ghe­ri (Fau­mui­na 47), Mar­chand (Ghi­ral­di­ni 56), Baille (Cas­tets 53).

TOU­LON : H. Bon­ne­val - Pie­ter­sen, Fe­ki­toa, No­nu (Bas­ta­reaud 74), V. Clerc - (o) Bel­leau (Trinh-Duc 60), (m) Ma­thew­son (Es­cande 66) - Isa, Ver­meu­len (cap.), Mon­ri­bot (La­ka­fia 58) - Ma­noa (Tao­fi­fe­nua 41), Kru­ger - Se­tia­no (Van der Merwe 48), Etrillard (Sou­ry 63), Del­boul­bès (Fre­sia 48).

Evo­lu­tion du score :

«TOU­LOUSE - TOU­LON : -

3-0, 6-0, 6-3, 9-3, 9-6 // 12-6, 15-6, 18-6, 1813.

Nous sommes une bombe à re­tar­de­ment » af­fir­mait No­nu lors d’une de ses rares ap­pa­ri­tions de­vant la presse avant cette ren­contre. Eh bien, ce n’est pas à deux pas du site d’AZF que la dé­fla­gra­tion s’est fait en­tendre. L’ex­plo­sion tou­lon­naise n’a tou­jours pas eu lieu. La bombe en ques­tion n’a pas été - cette fois en­core - ponc­tuelle au ren­dez-vous. La bom­bi­nette a per­mis mal­gré tout de ra­me­ner un point de bo­nus (le 5e dé­fen­sif, le 9e au to­tal). Sans par­ler de pé­tard mouillé, on était loin du feu d’ar­ti­fice es­pé­ré.

Les pre­mières mèches ont été al­lu­mées par des Tou­lou­sains de­vant un stade comble. Et d’en­trée, Du­pont, tout à sa joie, jouait les poi­sons pi­lote. Une vraie ci­guë en guise d’herbe folle qui s’em­bal­lait sur le pré em­me­nant dans son sillage ses par­te­naires. Tou­louse avait la main sur le bal­lon et mul­ti­pliait les temps

De notre en­voyé spé­cial à Tou­louse Paul MASSABO

de jeu. Tou­lon, quant à lui, s’ali­gnait en dé­fense sans com­mettre de faute. C’était bien mais il res­tait à sa­voir pen­dant com­bien de temps les Va­rois al­laient bien pou­voir te­nir ? La ré­ponse, on la connaît : 80 mi­nutes. Hor­mis deux in­cur­sions de No­nu en dé­but de match et une re­lance sans suite de Bon­ne­val, le RCT sans bal­lon sem­blait im­puis­sant. Les Tou­lon­nais trop à plat ne par­ve­naient pas à mettre de la vi­tesse dans leurs rares mou­ve­ments.

Un seul es­sai… Il était tou­lon­nais

Tout pas­sait donc par les po­teaux. Ra­mos et Holmes (sur drop) d’un cô­té, Bel­leau de l’autre. A la pause, la marque n’avait évo­lué qu’au pied, l’ar­bitre ayant eu la bonne idée, cô­té va­rois, d’in­va­li­der vi­déo à l’ap­pui un es­sai de Mar­chand suite à un en-avant. A la re­prise, le scé­na­rio s’an­non­çait iden­tique. On était loin des grandes en­vo­lées d’au­tant que le Stade Tou­lou­sain jouait pe­tit bras. Les Tou­lon­nais ten­taient bien de re­mon­ter quelques bal­lons à la main et à la course mais les ten­ta­tives s’avé­raient vaines. Col­lec­ti­ve­ment, ça ne col­lait pas. Les hommes de Mo­la pour­sui­vaient leur train-train. Ra­mos par deux fois et Holmes sur un nou­veau drop co­pie conforme du pre­mier ag­gra­vait la marque. Ver­meu­len et les siens étaient vaillants mais li­mi­tés. Sen­tant le sa­pin, les Tou­lon­nais sor­taient presque sou­dai­ne­ment de leur co­quille par Fé­ki­toa no­tam­ment. Et sur une pé­nal­touche, un grou­pé pé­né­trant per­met­tait Meg­doud (, ) et La­peyre (),  trans­for­ma­tions (, , ) et  pé­na­li­té () de La­ran­jei­ra. Mont­pel­lier :  es­sai de Fall (),  trans­for­ma­tion et  pé­na­li­té Steyn (). à Es­cande ai­dé par Sou­ry de s’ex­traire du pa­quet pour poin­ter der­rière la ligne. L’es­poir re­nais­sait d’au­tant que Tou­louse bais­sait de pied. Bas­ta­reaud en­tré se­couait le co­co­tier plein axe pour mettre ses hommes dans l’avan­cée. Le jeu s’en­flam­mait en­fin. De part et d’autre, cha­cun sem­blait jouer son va-tout. Et lo­gi­que­ment, le Stade s’im­po­sait face à un RCT qui s’est ré­veillé bien trop tard.

TOP 

Pts J G N P D B « C’était vrai­ment ser­ré. Ça a joué beau­coup de­vant. Des deux cô­tés, on a eu du mal à mettre de la vi­tesse et à en­chaî­ner les temps de jeu. On a eu du mal à sor­tir de chez nous en pre­mière mi-temps, c’était un peu mieux en deuxième.

« On a réus­si à mar­quer un es­sai mais ils ont été très réa­listes en mar­quant des drops et des pé­na­li­tés.

« Je ne sais pas si on pou­vait ga­gner mais on était dans le match.

« Ce­la au­rait peut-être mé­ri­té qu’on mette un peu plus de vo­lume de jeu et qu’on sorte quelques bal­lons plus vite... »

(Photo AFP)

Dans un match sans pa­nache, le RCT se conso­le­ra avec un point de bo­nus dé­fen­sif. Pas si mal comp­ta­ble­ment par­lant...

(Photo AFP)

Meg­doud et les Bri­vistes en ont fait voir de toutes les cou­leurs à Mont­pel­lier. Vincent Clerc

(ai­lier du RCT) au mi­cro de Ca­nal +

Un match pauvre au cours du­quel les dé­fenses ont pris le pas sur les at­taques.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.