Le Gym à l’at­taque du Lokomotiv Mos­cou

A l’Al­lianz Ri­vie­ra, le Gym veut prendre une op­tion avant le re­tour dans une se­maine à Mos­cou

Nice-Matin (Cagnes / Vence / Saint-Laurent / Carros) - - LA UNE - VINCENT MENICHINI

C’est parce que Nice n’y goûte ja­mais que l’ins­tant est unique et qu’il faut le dé­gus­ter comme un me­nu trois étoiles. Voi­là 21 ans que le club azu­réen n’a plus joué un match à éli­mi­na­tion di­recte dans le ta­bleau prin­ci­pal d’une Coupe d’Eu­rope (contre le Sla­via Prague en 1997), 44 ans qu’il n’a plus at­teint les 8es de fi­nale d’une com­pé­ti­tion eu­ro­péenne (contre Co­logne 1974), ce que n’ont vi­si­ble­ment pas bien me­su­ré les sup­por­ters ni­çois qui ne se­ront pas plus de 20 000 à l’Al­lianz Ri­vie­ra. De­puis tout ce temps, l’OGC Nice a sou­vent fait rire, fait pleu­rer aus­si, mais a fi­na­le­ment eu la force et le cran de re­ve­nir à la table des clubs qui comptent sur l’échi­quier du foot­ball fran­çais, puis­qu’il a, comme Pa­ris, Lyon et Mar­seille, réus­si la bas­cule d’une an­née sur l’autre en sor­tant de sa poule avec brio. Ce soir, se dresse un im­po­sant dé­fi pour les Ai­glons. Il consiste à en­vi­sa­ger la Rus­sie, et ce match re­tour à Mos­cou (22 fé­vrier, à 17 heures), avec l’es­poir de pour­suivre cette aven­ture exal­tante qu’est la Ligue Europa et, pour­quoi pas, re­trou­ver Ar­se­nal, Mi­lan ou l’At­lé­ti­co Ma­drid au tour sui­vant. Pour ce­la, et Lu­cien Favre l’a ré­pé­té à maintes re­prises, il ne fau­dra pas prendre de but, ce qui n’est ar­ri­vé qu’une seule fois aux Ni­çois lors des treize der­niers matchs dis­pu­tés en Eu­rope (contre le Vi­tesse Arn­hem en sep­tembre). En s’ex­tir­pant du train-train de la Ligue 1, le Gym avance aus­si vers une in­con­nue. Hor­mis Dante et Ma­rio Ba­lo­tel­li, au­cun autre gar­çon de l’ef­fec­tif n’a dis­pu­té des matchs de ce ni­veau. Une don­née à prendre en compte, mais l’ex­pé­rience n’a ja­mais mar­qué des buts, ni même per­mis de cou­rir plus vite.

Ce se­rait donc men­tir que de dire que les Ni­çois, avec Cy­prien et Saint-Maxi­min de re­tour dans le onze, y vont juste pour le plai­sir, sans pen­ser à l’après. C’était la te­neur du dis­cours de Dante, hier, face aux jour­na­listes (voir page sui­vante). Le Bré­si­lien connaît la mu­sique, ces soirs pas comme les autres, où il faut mettre du coeur et de la vie dans tout ce qu’on en­tre­prend, qui plus est face à ce Lokomotiv Mos­cou, lea­der du cham­pion­nat russe avec huit points d’avance sur le Zé­nith.

(Pho­to F. Fer­nandes)

Jean-Mi­chaël Se­ri et Pierre Lees-Me­lou es­pèrent gar­der le sou­rire, ce soir face au Lokomotiv.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.