Le pré­fet des Alpes-Ma­ri­times an­nonce le re­port de tra­vaux

Nice-Matin (Cannes) - - Notre Histoire -

En sep­tembre , le pré­fet des Alpes-Ma­ri­times, An­dré de Jo­ly, pro­nonce un dis­cours sur les pers­pec­tives bud­gé­taires de l’an­née à ve­nir. «... Nous rap­pel­le­rons que le Conseil général a ju­gé in­op­por­tun d’éta­blir un pro­gramme de tra­vaux neufs pour les an­nées  et  en rai­son de l’état de guerre. Nous pen­sons que, ces cir­cons­tances ne s’étant pas amé­lio­rées, il n’y a pas lieu non plus d’éta­blir un pro­gramme pour l’an­née . D’un cô­té, beau­coup d’en­tre­pre­neurs sont mobilisés et ne pour­raient prendre part aux ad­ju­di­ca­tions. De l’autre, les ou­vriers fran­çais et italiens qui for­maient la ma­jo­ri­té de nos

Car la hausse des prix et les res­tric­tions ali­men­taires sont plus que ja­mais d’ac­tua­li­té. Le Pe­tit Var, dans son édi­tion du 9 oc­tobre, an­nonce un nou­veau ra­tion­ne­ment sur le sucre : « Dé­jà le pu­blic chan­tiers sont pour le plus grand nombre aux ar­mées ou sont rap­pe­lés jour­nel­le­ment sous les dra­peaux; quant aux ou­vriers des pays neutres, dont le nombre a tou­jours été très li­mi­té dans le dé­par­te­ment, il n’a pas ten­dance à augmenter. Ajou­tons que les prix des tra­vaux aug­mentent de jour en jour dans des pro­por­tions consi­dé­rables par suite de la ra­ré­fac­tion de la main-d’oeuvre et des ma­tières pre­mières; la ma­jo­ra­tion at­teint ac­tuel­le­ment de  à  % par rap­port aux prix d’avant la guerre et beau­coup plus pour les ou­vrages mé­tal­liques. Les pro­grammes de ,  et  qui de­vaient res­pec­ti­ve­ment se li­qui­der en ,  et  ont vu leurs dé­lais d’exé­cu­tion re­por­tés au  dé­cembre  par la loi du  dé­cembre  et quelques-uns des pro­jets de ces pro­grammes n’ont pu en­core être ter­mi­nés... »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.