Un Can­nois passe  ap­pels mal­veillants à l’hô­pi­tal Sainte-Ma­rie

Nice-Matin (Cannes) - - Côte D’azur - C.C.

Se re­trou­ver en garde à vue, c’est par­fois simple comme un coup de fil. Sur­tout si on en passe plus de deux cents en l’es­pace de deux mois. Cette très mau­vaise ins­pi­ra­tion a conduit un Can­nois de 34 ans au com­mis­sa­riat de Nice-l’Ariane, puis de­vant le juge de l’ap­pli­ca­tion des peines. Et elle risque fort de lui coû­ter sa li­ber­té. Deux-cent-six, très exac­te­ment : voi­là le nombre d’ap­pels mas­qués qu’il a pas­sés au centre hos­pi­ta­lier Sain­teMa­rie, entre le 28 no­vembre et le 24 jan­vier – date à la­quelle la po­lice lui a no­ti­fié sa convo­ca­tion.

Me­naces de mort

Au cours des se­maines pré­cé­dentes, il n’a ces­sé de har­ce­ler l’ins­ti­tut psy­chia­trique, où il a tra­vaillé par le pas­sé, abreu­vant ses in­ter­lo­cu­teurs de me­naces de mort. En­ten­du ce lun­di par les po­li­ciers, l’in­té­res­sé a re­con­nu les faits. Des faits dont il est cou­tu­mier. Il avait, no­tam­ment , éco­pé de deux mois de pri­son avec sur­sis, as­sor­tis d’une mise à l’épreuve. Un sur­sis que le juge ris­quait fort de ré­vo­quer, ce mar­di soir, pour le conver­tir en pri­son ferme. Le Can­nois se­ra ju­gé ul­té­rieu­re­ment pour ses ap­pels à ré­pé­ti­tion au­près de l’hô­pi­tal Sainte-Ma­rie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.