His­toire de de­vis

Nice-Matin (Cannes) - - Grand Sud -

Concer­nant les re­la­tions de la SNCF avec la Ré­gion, Guillaume Pe­py a sou­li­gné que « la com­pa­gnie tra­vaille pour le con­seil ré­gio­nal sans de­vis et sans être payée pour la to­ta­li­té de ses tâches. C’est unique en France ! » « En oc­tobre , la Ré­gion n’a pas re­con­duit la conven­tion la liant à la SNCF et a re­fu­sé de payer le de­vis de  mil­lions d’eu­ros pré­sen­té pour la ges­tion des TER, en rai­son de la mau­vaise qua­li­té du ser­vice et d’un prix sur­éva­lué de  mil­lions d’eu­ros », ré­torque Phi­lippe Ta­ba­rot, vice-pré­sident ré­gio­nal aux trans­ports. Étaient no­tam­ment poin­tées les nom­breuses sup­pres­sions de trains et les grèves. « La SNCF est payée pour tout, sauf que la Ré­gion règle les frais en fonc­tion des trains qui cir­culent de fa­çon ef­fec­tive, et non plus en for­fait », pour­suit Phi­lippe Ta­ba­rot. Le  fé­vrier, se tien­dra une réunion entre la Ré­gion et la SNCF. Doivent y être abor­dés ces fa­meux  mil­lions d’eu­ros et la qua­li­té du ser­vice fer­ro­viaire.« Ça va mieux au ni­veau des trains sup­pri­més », re­con­naît Phi­lippe Ta­ba­rot. Et d’as­su­rer que le lien n’est pas rom­pu : « La SNCF nous a at­ta­qués en jus­tice, mais nous avons conti­nué le dia­logue. Nous co­opé­rons sur la sé­cu­ri­té et la main­te­nance ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.