In­cen­die à Nice Lin­gos­tière: deux ma­ga­sins éva­cués

Nice-Matin (Grasse / Pays Grassois) - - Côte D’azur - BE­NOIT GUGLIELMI CH­RIS­TOPHE CIRONE C. C.

M« aga­sin fer­mé.» À l’en­trée de Casa, en­seigne de meubles et dé­co­ra­tion, les em­ployés ins­tallent un pan­neau très tem­po­raire, l’air dé­pi­té. « On vient de rou­vrir après deux se­maines de tra­vaux. Il de­vait y avoir 70, 80 clients quand on a éva­cué...» Le ma­ga­sin de­vra at­tendre lun­di pour re­prendre son ac­ti­vi­té nor­male. Hier, jour d’af­fluence par excellence, il a dû écour­ter de quelques heures sa semaine. La faute à ce dé­ga­ge­ment de fu­mée per­çu par les sa­la­riés vers 16h15, qui a conduit à l’éva­cua­tion des clients et l’in­ter­ven­tion des sa­peurs-pom­piers.

Un mé­got suspect

« On a sen­ti pas mal d’odeurs sus­pectes de­puis la salle de pause, té­moigne Kris­to­pher, un ven­deur. On s’est po­sé des ques­tions, mais on a vrai­ment com­men­cé à s’in­quié­ter quand on a vu la fu­mée pé­né­trer à l’ar­rière du ma­ga­sin.» L’en­seigne a aus­si­tôt fait éva­cuer ses clients, dans le calme. De même chez Burger King, le ma­ga­sin voi­sin. Se­lon les pre­mières consta­ta­tions, le dé­ga­ge­ment de fu­mée se­rait ve­nu d’un es­pace creux entre les deux en­seignes, peut-être dû à un mé­got je­té d’au-des­sus. Tout est ren­tré dans l’ordre à 18 heures. Une in­ter­ven­tion somme toute mi­nime « De­puis des an­nées, nous n’avons eu au­cune aug­men­ta­tion, au­cune prime. Notre in­té­res­se­ment au chiffre d’af­faires est très faible, et les évo­lu­tions de car­rière se font au compte-gouttes », as­sène Lot­fi Abou­di, dé­lé­gué (FO) du per­son­nel ni­çois. Les sa­la­riés pro­testent éga­le­ment contre la polyvalence «de plus en plus grande» qui leur est im­po­sée. Tech­ni­que­ment, le res­tau­rant, si­tué ave­nue des Pho­céens, entre la place Mas­sé­na et le Vieux-Nice, est ou­vert aux clients. « Mais il n’y a per­sonne pour les ser­vir, à l’ex­cep­tion des quatre sa­la­riés en pé­riode d’es­sai. » pour les sa­peurs-pom­piers, qui ont alors quit­té les lieux. Mais l’in­ci­dent a sus­ci­té quelques in­quié­tudes par­mi les nom­breux clients pré­sents sur le site ce sa­me­di après­mi­di. «Il n’y a pas eu de pa­nique. C’est plus le chiffre d’af­faires qui en pâ­tit », conclut Kris­to­pher près de 500 mil­lions d’eu­ros de chiffre d’af­faires et plus de 12 mil­lions d’eu­ros de bé­né­fices dans les quelque 330 res­tau­rants du groupe, en France et en Es­pagne. » Au sein du groupe, dé­jà ébran­lé par un mou­ve­ment so­cial en 2015 contre la mo­du­la­tion du temps de tra­vail, la grogne so­ciale est née dans le nord de la France, où les sa­la­riés de plu­sieurs en­seignes de la chaîne ont éga­le­ment dé­brayé ces der­niers jours. Con­tac­tée hier soir, la di­rec­tion du groupe n’a pu être jointe. chez Casa. En cette fin de jour­née, le ma­ga­sin, qui avait soi­gné sa ré­ou­ver­ture, n’at­ten­dait plus que la ré­ac­ti­va­tion de son sys­tème d’alarme in­cen­die pour faire sa ren­trée pour de bon. À cô­té, Burger King s’ap­prê­tait dé­jà à rou­vrir. (DR) Se­cou­ristes et en­quê­teurs étaient en in­ter­ven­tion sur la com­mune de Clans, hier soir, après la ter­rible chute dont a été vic­time un homme, à en­vi­ron un ki­lo­mètre du vil­lage. Le mal­heu­reux se­rait tom­bé d’une cen­taine de mètres, pour une is­sue dès lors fa­tale. L’alerte est par­ve­nue dans la soi­rée aux sa­peurs-pom­piers. Les se­cou­ristes de la CRS  sont in­ter­ve­nus avec les gen­darmes du PGHM (Pe­lo­ton de gen­dar­me­rie de haute-mon­tagne) et de la bri­gade ter­ri­to­riale. Il n’y avait, hé­las, plus rien à faire pour la vic­time. Se­lon les pre­miers élé­ments d’en­quête, l’homme au­rait chu­té dans un ra­vin à l’oc­ca­sion d’une par­tie de chasse. Un in­cen­die s’est dé­cla­ré hier vers  h  au nord de Nice, route de l’aire Saint-Michel à Fa­li­con. Il a par­cou­ru près d’un hec­tare de brous­sailles et a été maî­tri­sé en deux heures, grâce à l’in­ter­ven­tion conjointe des sa­peurs-pom­piers et des hé­li­co­ptères bom­bar­diers d’eau. Le Sdis  a dé­pê­ché sur place deux Groupes d’in­ter­ven­tion feux de fo­rêt (GIFF), por­tant à une cin­quan­taine les ef­fec­tifs mobilisés. Leur in­ter­ven­tion a per­mis de pro­té­ger une ha­bi­ta­tion me­na­cée, dans un pre­mier temps, par l’avan­cée de cet in­cen­die peu vi­ru­lent. Les trois hé­li­co­ptères bom­bar­diers d’eau ba­sés pour la sai­son à So­phia An­ti­po­lis ont pro­cé­dé à vingt-sept lar­gages sur la zone. A  h , l’in­cen­die était consi­dé­ré comme maî­tri­sé. Les gen­darmes ont pro­cé­dé aux consta­ta­tions afin d’en éta­blir l’ori­gine. dont ils ont fait preuve lors de l’at­ten­tat ter­ro­riste com­mis le 14-Juillet 2016 à Nice ». Il la re­met­tait au nom de Gé­rard Col­lomb, mi­nistre de l’In­té­rieur. Deux cent quatre-vingts po­li­ciers qui étaient en

(Photo Frantz Bou­ton) (Photo Nice Météo )

Plus de peur que de mal, hier, dans le centre com­mer­cial de la plaine du Var. La re­mise de mé­dailles s’est dé­rou­lée au pa­lais pré­fec­to­ral. « De­puis des an­nées, nous n’avons eu au­cune aug­men­ta­tion, au­cune prime », ex­plique le dé­lé­gué FO. (Photo Franck Fer­nandes)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.