Si­mon Re­ver­chon, top chef pour le haut du pa­nier !

En­fant de Théoule for­mé à Cannes, le jeune homme est le cui­si­nier at­ti­tré de la nou­velle star fran­çaise en NBA, Evan Four­nier. Suc­cess sto­ry à l’amé­ri­caine avec To­ny Par­ker en guest

Nice-Matin (Grasse / Pays Grassois) - - Cannes - ALEXANDRE CARINI aca­ri­ni@ni­ce­ma­tin.fr

La pre­mière fois qu’il a cui­si­né, c’était pour faire sau­ter les crêpes avec sa ma­man. Au­jourd’hui, ce sont les bas­ket­teurs fran­çais de NBA qui « jumpent » comme ja­mais vers le haut du pa­nier, après avoir consom­mé les plats qu’il leur a mi­ton­nés. Si­mon Re­ver­chon est le chef cui­si­ner qui monte, qui monte, qui monte, sur les par­quets de NBA. En­fant de Théoule, le jeune homme de 25 ans a fait son ap­pren­tis­sage au CFA de Cannes la Boc­ca, où il a connu son pre­mier men­tor aux four­neaux. « Par­mi nos profs, le chef Mé­ri­dieux était su­per-bon, il avait vrai­ment la pas­sion et pre­nait le temps de tout nous ex­pli­quer avec pa­tience ». Cer­tains ca­ma­rades de pro­mo­tion lâ­che­ront as­siettes et four­chettes en route, mais Si­mon, lui, est confor­té dans sa pas­sion. Le voi­là qui ai­guise ses cou­teaux au Mi­ra­mar à Théoule, au Mar­ti­nez à Cannes, chez les Roth­schild à Me­gève, avant de s’en­vo­ler, di­plôme en veste, pour l’Aus­tra­lie du­rant un an.

« J’ai eu un gros coup de chance »

La suite re­lève de l’Ame­ri­can dream. Après un bref re­tour hexa­go­nal en France, Si­mon re­part Outre-At­lan­tique, pour faire ses preuves chez Mon­sieur Paul, le res­tau­rant de Paul Bo­cuse dans le parc Dis­ney d’Or­lan­do. Avant de de­ve­nir chef au Four Sea­sons lo­cal. Le dé­but d’une suc­cess sto­ry, comme les aime l’Amé­rique. Avec son sport em­blé­ma­tique, le basket, pour re­bond en toile de fond. «J’ai eu un gros coup de chance. (DR) Evan Four­nier, l’un des meilleurs joueurs de l’équipe d’Or­lan­do, m’a un jour contac­té sur snap­chat. Il cher­chait un cui­si­nier fran­çais pour lui pré­pa­rer des re­pas gas­tro­no­miques à la fran­çaise, mais adap­té à son ré­gime dié­té­tique de spor­tif de haut ni­veau ». Si­mon se­ra donc mis à l’es­sai, avec une se­maine de « trai­ning » au do­mi­cile de la jeune star de NBA. Entre le grand es­poir du basket fran­çais et le pro­met­teur cui­si­nier, la mayon­naise va prendre. À tel point que Si­mon suit Evan par­tout, au rythme de ses matches.

To­ny Par­ker à sa table

« Tous les jours de match, je lui cui­sine des pâtes. Du­rant la sai­son NBA, pour chaque re­pas j’es­saie d’as­so­cier lé­gumes, pro­téines, fé­cu­lents, sans cuis­son au beurre mais avec un peu d’huile d’olive, tout en re­vi­si­tant les plats de tra­di­tion fran­çaise », sou­ligne le chef Re­ver­chon. Le su­prême de pou­let de­vient ain­si une bal­lot­tine four­rée avec de la ta­pe­nade et des to­mates sé­chées. « Ce que j’aime en cui­sine, c’est de trans­for­mer un pro­duit de base pour don­ner du plai­sir aux convives ». Dé­sor­mais, la ré­pu­ta­tion cu­li­naire de Si­mon lui vaut aus­si de ser­vir d’autres joueurs fran­çais, lors­qu’ils sont in­vi­tés à la table d’Evan Four­nier. Tel le frais re­trai­té de l’équipe de France, To­ny Par­ker him­self ! Du coup, Si­mon, dé­jà la tête de sa so­cié­té Chef Si­mon LLC, en­vi­sage de créer une nou­velle boite de li­vrai­son di­recte des ath­lètes à do­mi­cile. La re­cette semble dé­jà por­ter ses fruits puis­qu’Or­lan­do a pris un dé­part ca­non cette sai­son. Son plat si­gna­ture , la lotte au cho­ri­zo et ses pe­tites as­perges sau­tées, n’y est peut-être pas étran­ger. Miam… de quoi vi­ser le pa­nier à trois points !

Cui­si­ner at­ti­tré de Evan Four­nier (photo en bas) à Or­lan­do, Si­mon Re­ver­chon ac­cueille aus­si To­ny Par­ker à sa table.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.