Pour la val­lée la Roya se met « de­bout »

Après Breil sa­me­di, c’est à Tende qu’un groupe de ci­toyens fran­çais et ita­liens de la Roya a ma­ni­fes­té hier ma­tin. Un sur­saut, sans doute tar­dif, contre le pro­jet du dou­ble­ment du tun­nel de Tende

Nice-Matin (Menton) - - Men­ton - JU­LIE BAU­DIN jbau­din@ni­ce­ma­tin.fr

Ici et là, dans la Roya, la grogne monte dou­ce­ment. À tour de rôle, les vil­lages de­viennent le centre de pe­tites mo­bi­li­sa­tions d’ha­bi­tants in­quiets pour l’ave­nir de la val­lée et leur qua­li­té de vie. Comme un sur­saut, sans doute un peu tar­dif, au grand pro­jet qui au­ra, c’est cer­tain, des ré­per­cus­sions pour l’ave­nir de la Roya. Leur prin­ci­pale in­quié­tude, c’est en ef­fet le dou­ble­ment du tun­nel de Tende et le risque de voir la cir­cu­la­tion des camions s’am­pli­fier. Hier ma­tin, ils étaient une qua­ran­taine de per­sonnes ve­nues per­tur­ber le pas­sage des voi­tures et camions dans la rue prin­ci­pale de Tende qui mène au tun­nel qui vient de rou­vrir après plus d’un mois de fer­me­ture dans le cadre du chan­tier. Une ac­tion de « déso­béis­sance ci­vile » qui s’ins­crit dans le pro­lon­ge­ment de celle me­née sa­me­di à Breil­sur-Roya et de la réunion pu­blique qui s’est te­nue il y a une quin­zaine de jours à Fon­tan. À l’ori­gine, le col­lec­tif de ci­toyens de « Sau­vons la Roya » qui vient de pas­ser l’étape su­pé­rieure de la grogne en créant « Roya de­bout ». « Sa­me­di ma­tin à Breil, nous étions une cen­taine de per­sonnes et nous avons te­nu une as­sem­blée po­pu­laire qui a don­né nais­sance au col­lec­tif Roya de­bout, ex­plique Jérémy, un des membres de ce groupe de Fran­çais et d’Ita­liens, tous ci­toyens de la Roya et de la Ri­vie­ra fran­çaise. Nous sommes sur le même es­prit que Nuit de­bout, sauf que nous abor­dons des pro­blé­ma­tiques qui concernent notre val­lée.» Par­mi celles-ci, il y a donc le dou­ble­ment du tun­nel de Tende. Ce n’est pas nou­veau, le col­lec­tif « Sau­vons la Roya » s’y est tou­jours op­po­sé. Les ha­bi­tants de la Roya pri­vi­lé­gient comme so­lu­tion celle du train pour le trans­port de mar­chan­dises et poussent pour la ré­no­va­tion et la mo­der­ni­sa­tion de la ligne fer­ro­viaire Nice-Cu­néo. Le Sché­ma de co­hé­rence ter­ri­to­riale de la Carf est éga­le­ment au coeur de leurs pré­oc­cu­pa­tions. Car il trans­for­me­rait, se­lon eux, la Roya en « ban­lieue dor­toir ». En­fin ce col­lec­tif sou­tient aus­si de­puis le dé­but la cause des mi­grants et ap­pelle à plus d’hu­ma­ni­té.

« Les dé­ci­sions sont prises bien loin d’ici » « Sur tous ces su­jets, on ne prend pas en compte les pré­oc­cu­pa­tions des gens de la Roya. Mal­gré les ca­naux ins­ti­tu­tion­nels que nous avons uti­li­sés jus­qu’ici pour nous faire en­tendre, comme les réunions pu­bliques, les en­quêtes pu­bliques ou les pé­ti­tions, force est de consta­ter que nous sommes tou­jours igno­rés des pou­voirs pu­blics. Les dé­ci­sions sont prises bien loin d’ici sans au­cune consul­ta­tion des per­sonnes qui vivent là. » D’où la créa­tion du mou­ve­ment « Roya de­bout ». « Nous en sommes aux bal­bu­tie­ments. Mais l’idée c’est de pro­po­ser une al­ter­na­tive pour l’ave­nir de notre val­lée. Il y a d’abord une contra­dic­tion entre cette vo­lon­té po­li­tique de vou­loir éri­ger des bar­rières pour em­pê­cher les mi­grants de pas­ser et cette au­to­route qu’on va créer dans la val­lée pour la cir­cu­la­tion des mar­chan­dises. Où se trouve l’hu­main là-de­dans? Ce tun­nel, bien sûr qu’il faut le ré­no­ver puis­qu’il n’est plus aux normes de sé­cu­ri­té. L’idée qui émerge de notre mou­ve­ment, c’est de ter­mi­ner le nou­veau tube, de le mettre en cir­cu­la­tion al­ter­nante. L’an­cien tube ser­vi­rait alors d’is­sue de se­cours grâce aux by-pass qui viennent d’y être créés et il pour­rait aus­si ser­vir de voie lente de cir­cu­la­tion pour les pié­tons et les vé­los. » À la clé de ce pro­jet al­ter­na­tif, des éco­no­mies, puisque la fac­ture des tra­vaux es­ti­més au­jourd’hui à 240 mil­lions d’eu­ros se­rait ré­duite. « Cet ar­gent pour­rait tout à fait être uti­li­sé pour construire un vrai pro­jet au­tour de la ligne fer­ro­viaire et du trans­port de mar­chan­dises. Un pro­jet éco­lo­gique, plus adap­té à nos so­cié­tés, plus dans l’air du temps, plus res­pec­table pour notre pla­nète. Pour notre val­lée et pour ses ha­bi­tants. Nous ne vou­lons pas que la Roya se trans­forme en ban­lieue dor­toir avec des camions sur les routes… »

(Pho­to DR)

A Breil sa­me­di, ils étaient hier ma­tin une qua­ran­taine à Tende.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.