« Re­ve­nir, ça fait du bien »

Par­ti du Gym à l’été 2014 pour le FC Sé­ville, Ti­mo­thée Ko­lod­zie­jc­zak s’est im­po­sé comme un joueur ma­jeur en Es­pagne. Double cham­pion d’Eu­rope en titre (C3), il re­vient sur sa sai­son et celle de l’OGCN

Nice-Matin (Menton) - - Sports -

Ko­lo, vous êtes double cham­pion d’Eu­rope en titre. Qu’est ce que ce­la vous fait ? Je ne m’en rends pas compte. Quand j’y pense, c’est vrai que c’est beau. Ce n’est pas tout le monde qui vit ces choses-là. En plus deux d’af­fi­lée, c’est une belle per­for­mance. Ce sont des choses qui n’ar­rivent pas sou­vent. La sai­son pro­chaine on va (re)goû­ter à la Ligue des Cham­pions. J’es­père qu’on fe­ra mieux que la sai­son der­nière.

Ça doit être un vrai plai­sir de jouer à ce ni­veau-là... Oui com­plè­te­ment ! En­core plus que la Ligue Eu­ro­pa (sou­rires). Quand tu joues contre les meilleurs du monde, tu ne peux que prendre du plai­sir. La sai­son pas­sée, on est tom­bé sur deux ca­dors eu­ro­péens (la Ju­ven­tus de Tu­rin et Man­ches­ter Ci­ty ndlr). On a eu quelques bles­sés en dé­but de sai­son, qui nous ont fait dé­faut. C’était dom­mage. Mais je pense que cette an­née, on est ar­mé pour faire en­core mieux.

Votre opi­nion sur les pres­ta­tions de Ke­vin Ga­mei­ro ? Il a fait la meilleure sai­son de sa car­rière cette an­née. Il a ex­plo­sé tout le monde ! C’est dom­mage pour lui qu’il ne soit pas sé­lec­tion­né par­mi les . Il l’au­rait mé­ri­té.

Vous y avez pen­sé, vous, à l’Eu­ro ? J’y pense comme tout le monde. Mais voi­là, mon ob­jec­tif ce se­ra dans deux ans...

Avez-vous dé­jà re­çu des pré-sé­lec­tions par exemple? Non, je n’ai ja­mais en­ten­du par­ler de ça. Il faut peut-être que je gagne quatre coupes d’Eu­rope (rires). Non, mais je pro­gresse à ma ma­nière. Je « Ko­lo » a tou­jours la cote. Il a pu s’en aper­ce­voir sa­me­di au stade des Francs-Ar­chers où il a par­ti­ci­pé au match de ga­la au pro­fit de l’as­so­cia­tion d’Eric Bau­théac, Ak­te­bo. (Pho­to Frantz Bou­ton) suis content. Si ça doit ar­ri­ver, ça ar­ri­ve­ra.

Jus­te­ment, vous voyez la France al­ler loin à l’Eu­ro? Elle peut. Elle a les qua­li­tés pour. Après, il y a aus­si des grandes na­tions comme la Bel­gique et l’Es­pagne, même s’il y a moins de grands noms qu’au­pa­ra­vant. Ça va se jouer sur des dé­tails et les ti­rages.

Qu’est-ce que ça vous fait de re­ve­nir à Nice (il a par­ti­ci­pé au match de ga­la or­ga­ni­sé par Eric Bau­théac sa­me­di, ndlr) ? Ça fait tou­jours plai­sir. La sai­son a été dif­fi­cile. Re­ve­nir à Nice, ça fait tou­jours du bien. J’ai vé­cu deux belles an­nées ici.

Vous sui­vez en­core Nice de Sé­ville ? Bien sûr, j’ai sui­vi toute la sai­son. Fi­nir e, c’est très bien. J’es­père vrai­ment qu’ils vont pour­suivre dans cette voie. Après, la Ligue Eu­ro­pa est une com­pé­ti­tion où on laisse beau­coup d’éner­gie. Donc il fau­dra es­sayer de gé­rer le cham­pion­nat et la coupe avec un groupe de bonne qua­li­té.

Que pensez-vous du dé­part de Claude Puel ? Je ne sais pas ce qui s’est pas­sé en in­terne. Mais quand on a le meilleur en­traî­neur fran­çais en L, il faut es­sayer de le gar­der. Après, peut-être qu’il s’est pas­sé des choses qu’on ne sait pas. Mais je pense que le coach peut par­tir la tête haute. Main­te­nant il y a un nou­veau coach (Lu­cien Favre, ndlr) qui ar­rive et qui a fait de belles choses au­pa­ra­vant. J’es­père qu’il au­ra de bons ré­sul­tats parce que ce se­ra dif­fi­cile de faire mieux que Claude Puel. PRO­POS RE­CUEILLIS PAR PIERRE GAULT

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.