Re­gain d’ac­ti­vi­té pour le mar­ché im­mo­bi­lier

Nice-Matin (Menton) - - Men­ton - CH­RIS­TINE RI­NAU­DO cri­nau­do@ni­ce­ma­tin.fr

«Je suis un comp­table pu­blic.» Qui se cache der­rière cette af­fir­ma­tion ? Un cen­seur ? Un par­te­naire ? Un pé­da­gogue ? Gilles Gau­thier, nou­veau di­rec­teur des Fi­nances pu­bliques des Alpes-Ma­ri­times, s’ex­plique : « C’est être au contact des col­lec­ti­vi­tés lo­cales pour les ac­com­pa­gner au plan fis­cal, comp­table, bud­gé­taire. C’est re­cou­vrir l’im­pôt et les pro­duits lo­caux. C’est gé­rer le do­maine im­mo­bi­lier de l’État. C’est sou­te­nir les en­tre­prises en dif­fi­cul­té, en ana­ly­sant la si­tua­tion éco­no­mique du dé­par­te­ment. C’est être at­ten­tif à la si­tua­tion des uns et des autres. C’est lut­ter contre la fraude fis­cale. » L’homme est élé­gant. Dans la te­nue comme dans le verbe. In­con­tes­ta­ble­ment, il veut al­ler vers les autres, « échan­ger ré­gu­liè­re­ment avec l’en­semble des par­te­naires ».

Gilles Gau­thier, Aixois, 61 ans, ar­rive du Vau­cluse, dont il était, de­puis 2013, l’ad­mi­nis­tra­teur gé­né­ral des Fi­nances pu­bliques de 1ère classe. Avant ce­la, un par­cours élo­gieux pour ce ju­riste. Di­verses fonc­tions oc­cu­pées : ins­pec­teur, vé­ri­fi­ca­teur, di­rec­teur di­vi­sion­naire, di­rec­teur dé­par­te­men­tal des im­pôts, chef des ser­vices fis­caux. Des mis­sions à l’étran­ger, dont la Tunisie, le Ma­roc, le Sé­né­gal… En­sei­gne­ment uni­ver­si­taire. Si­gna­ture dans des pu­bli­ca­tions poin­tues. Une maî­trise des chiffres, des cal­culs pas in­com­pa­tible avec une hu­ma­ni­té : « J’agis avec pas­sion et en­thou­siasme. On est là pour construire quelque chose en com­pa­gnie des 1 900 agents re­grou­pés au sein de la di­rec­tion et qui se battent au quo­ti­dien. » Pré­lè­ve­ment à la source sur les rails Se battre pour quoi ? Pour la dé­ma­té­ria­li­sa­tion: « L’obli­ga­tion de la té­lé­dé­cla­ra­tion a d’ex­cel­lents re­tours. En 2015, nous en étions à 266 036 dé­cla­ra­tions d’im­pôts sur le re­ve­nu via In­ter­net. Nous es­pé­rons dé­pas­ser les 300 000 té­lé­dé­cla­rants. » Se battre pour la mise en place, dès le 1er jan­vier 2018, du pré­lè­ve­ment à la source: « Ce fu­tur dis­po­si­tif va nous mo­bi­li­ser. Dès la ren­trée, nous au­rons des élé­ments sur les­quels nous com­mu­ni­que­rons. » Se battre pour un sui­vi des contri­buables : « Les si­tua­tions fa­mi­liales, per­son­nelles, fi­nan­cières évo­luent. Nous se­rons obli­gés d’in­té­grer ces pré­oc­cu­pa­tions à pro­pos des­quelles, il y au­ra tou­jours un contact avec nos ser­vices. » Une mis­sion plu­rielle donc. Des ser­vices im­por­tants. Et un dé­par­te­ment qui pèse: « En PACA, les plus pe­tits dé­par­te­ments re­pré­sentent 5 % du Pro­duit In­té­rieur Brut de la ré­gion. Marseille, c’est 50 %. Les Alpes-Ma­ri­times, comme le Var, re­pré­sentent 20 %. C’est beau­coup. Ici, les en­jeux sont ex­trê­me­ment forts. Les 100 000 en­tre­prises des Alpes-Ma­ri­times forment un ob­ser­va­toire ex­cep­tion­nel. Avec un mil­liar d huit cent mille eu­ros de TVA et 45 mil­liards d’eu­ros de chiffre d’af­faires conso­li­dé des en­tre­prises, ce­la dé­montre qu’on a des re­cettes fis­cales plu­tôt bien orien­tées. »

(Pho­to Cy­ril Do­der­gny)

Gilles Gau­thier, est de­puis quelques jours, le nou­veau pa­tron des Fi­nances pu­bliques dé­par­te­men­tales.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.