A Cab­bé, les ex­po­si­tions entrent en gare

Nice-Matin (Menton) - - Roquebrune-Cap-Martin -

«Il y a de la ma­gie dans l’air», dit Pa­trick Ce­sa­ri, maire de Roquebrune-Cap-Mar­tin, en dé­cou­vrant le han­gar, fraî­che­ment ré­no­vé, mar­di soir. En quelques mois à peine, le lieu a en ef­fet chan­gé du tout au tout. «Ici, avant, c’était un lo­cal de la SNCF qui ser­vait à sto­cker les mar­chan­dises, re­trace Mi­chael Li­kier­man. Quand le che­min de fer ar­ri­vait, à la fin du e, les mar­chan­dises de­vaient être mon­tées à dos d’âne ou d’homme au village. On se ser­vait alors de ce lo­cal pour conser­ver les biens» L’as­so­cia­tion Cap Mo­derne a alors si­gné un bail longue du­rée avec la SNCF pour pour­voir uti­li­ser l’es­pace et le trans­for­mer en gare cultu­relle. «Nous avons fait les tra­vaux, pré­cise le pré­sident de l’as­so­cia­tion. Un arbre avait no­tam­ment abî­mé la struc­ture.» Inau­gu­ré mar­di soir, le han­gar se­ra ou­vert au pu­blic à comp­ter de la se­maine pro­chaine. Sous sa char­pente ré­no­vée, l’ex­po­si­tion «Le Cor­bu­sier, mes an­nées sau­vages»() est à dé­cou­vrir. Consa­crée aux va­cances du cé­lèbre ar­chi­tecte sur le Bas­sin d’Ar­ca­chon de  à , elle a été conçue par Bru­no Hu­bert, com­mis­saire d’ex­po­si­tion et Tim Ben­ton, com­mis­saire scien­ti­fique de l’ex­po­si­tion. On y dé­couvre Le Cor­bu­sier rê­veur, créa­tif qui voit le bas­sin comme un re­fuge na­tu­rel. Il s’ins­pire des ba­raques et de la vie simple des pê­cheurs. Des “pi­nasses”, ba­teau ty­pique du bas­sin. Au­tant d’élé­ments qui res­sor­ti­ront dans son art pic­tu­ral. Il parle, dans ses lettres, de “va­cances sau­vages”. «Ce qui est drôle, c’est qu’à Roquebrune, ce sont les lo­caux qui l’ap­pe­laient “le sau­vage”», rap­pelle Tim Ben­ton. Bru­no Hu­bert, voit, lui aus­si, un pa­ral­lèle entre le bas­sin d’Ar­ca­chon et Roquebrune: «dans le bas­sin, Le Cor­bu­sier vou­lait dé­jà plan­ter sa hutte, sur un bout de sable. Il en parle dans ses nom­breuses cor­res­pon­dances. Il par­ti­ra d’Ar­ca­chon avant de l’avoir fait. Ju­geant que le bas­sin s’ou­vrait trop au tou­risme de masse, il migre vers Roquebrune» où il fi­ni­ra par éta­blir son fa­meux «châ­teau» de , m par , m, ex­tra­va­gant de confort et de gen­tillesse. 1. En sep­tembre, une ex­po­si­tion nom­mée «Sau­ver E-1027» consa­crée à la ré­ha­bi­li­ta­tion de la villa Ei­leen Gray, sui­vra.

Bru­no Hu­bert et Tim Ben­ton

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.