Crash d’EgyptAir : une boîte noire confirme la pré­sence de fu­mée à bord de l’A

Nice-Matin (Menton) - - Monde -

L’ana­lyse d’une des boîtes noires de l’avion d’EgyptAir [pho­to AFP] qui s’est abî­mé en mai en Mé­di­ter­ra­née, a confir­mé que les alertes an­ti­fu­mée s’étaient dé­clen­chées avant le crash, ont an­non­cé, hier, les en­quê­teurs égyp­tiens. « Les don­nées en­re­gis­trées confirment les alertes du sys­tème au­to­ma­ti­sé de com­mu­ni­ca­tions de l’ap­pa­reil (Acars) sur de la fu­mée dans les toi­lettes» et à l’avant de la ca­bine, a dé­cla­ré la com­mis­sion d’en­quête dans un com­mu­ni­qué.

« Des par­ties à l’avant de l’avion montrent des signes de dé­té­rio­ra­tion dus à de hautes tem­pé­ra­tures et de la suie », a ajou­té cette com­mis­sion. Le vol MS804 re­liant Pa­ris au Caire s’est abî­mé le 19 mai entre la Crète et la côte nord de l’Égypte après avoir sou­dai­ne­ment dis­pa­ru des écrans ra­dar, pour des rai­sons en­core in­dé­ter­mi­nées, avec 66 per­sonnes à bord dont 40 Égyp­tiens – 30 pas­sa­gers et 10 membres d’équi­page – et 15 Fran­çais. La piste de l’attentat s’éloigne

L’hy­po­thèse de l’attentat, ini­tia­le­ment mise en avant par l’Égypte, a cé­dé du ter­rain au pro­fit de celle de l’in­ci­dent tech­nique en rai­son d’in­for­ma­tions sur le dé­clen­che­ment d’alertes si­gna­lant de la fu­mée dans l’avion. Les deux boîtes noires de l’Air­bus A320, qui doivent ai­der à dé­ter­mi­ner les causes de la ca­tas­trophe, avaient été re­pê­chées mi-juin. La ré­pa­ra­tion de ce­lui des conver­sa­tions de l’équi­page est en cours. Leurs cartes mé­moire étaient illi­sibles et elles avaient été ex­pé­diées par l’Égypte en France pour y être ré­pa­rées. Après avoir été ren­dues li­sibles, les don­nées de l’une d’entre elles avaient été ren­voyées mar­di au Caire pour être « dé­chif­frées et étu­diées » au mi­nis­tère de l’Avia­tion ci­vile.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.