Le poids du men­songe

Nice-Matin (Nice Littoral et Vallées) - - France - de PA­TRICE MAG­GIO Di­rec­teur ad­joint des ré­dac­tions du groupe Nice-Ma­tin edi­to@ni­ce­ma­tin.fr

Il s’était en­fer­mé dans une cage de men­songes. Des pa­roisses épaisses et lisses, ré­sis­tant pen­dant des mois à tous les in­ter­ro­ga­toires. Au point de se­mer le doute dans l’es­prit de cer­tains té­moins qui sou­te­naient cette se­maine avoir croi­sé Maë­lys, après le dé­part de Nordahl Le­lan­dais, le soir de sa dis­pa­ri­tion. Et puis une mi­cro­goutte de sang est ap­pa­rue dans l’en­quête. En une après-mi­di, le sys­tème de dé­fense s’est écrou­lé. La vé­ri­té a jailli. Maigre conso­la­tion. Si la souf­france se me­su­rait au gramme, de quel poids a-t-il al­lé­gé celle des pa­rents, en avouant, en­fin? Dix grammes? Un ki­lo? Certes, le men­songe n’est plus là (ou com­mence à s’éloi­gner), mais reste la dis­pa­ri­tion, le meurtre, la mort, l’ab­sence. Avant Nordahl Le­lan­dais, un autre men­teur avé­ré-meur­trier pré­su­mé a ré­cem­ment dé­frayé la chro­nique en choi­sis­sant cette stra­té­gie de l’es­quive : Jo­na­thann Da­val n’était-il pas tou­chant lors­qu’il pleu­rait à chaudes larmes

sur Alexia, sa bien ai­mée, im­pro­vi­sant la scène du com­pa­gnon éploré à chaque mou­ve­ment de ca­mé­ra des chaînes d’in­for­ma­tion en conti­nu. Les tri­bu­naux re­gorgent de ces hommes, de ces femmes, qui ajoutent à leur faute, des plus vé­nielles aux plus im­par­don­nables, le sa­cri­fice de la vé­ri­té. Sans que l’on sache tou­jours, sans que l’on sache vrai­ment, si c’est pour échap­per à la jus­tice ou au re­flet dans leur mi­roir. Pour­quoi ce­la nous met-il au­tant en co­lère ? Parce qu’ils re­fusent d’as­su­mer leurs actes ? Pro­ba­ble­ment. Plus sû­re­ment, som­mes­nous bles­sés d’avoir été ber­nés, in­ca­pables d’avoir dé­ce­lé dans leur re­gard, dans leur voix, l’ombre de ces men­songes qui pour­rissent tout, font dou­ter de tout, et pas seule­ment dans la ru­brique des faits di­vers. En s’en­fer­rant dans le dé­ni, Nordahl Le­lan­dais a per­du tout cré­dit. Sa pa­role ne vaut plus rien. Ses ex­cuses sont cou­chées sur du pa­pier dé­mo­né­ti­sé. Et par un ef­fet per­vers, il ré­veille l’es­poir des fa­milles des vic­times qu’il au­rait pu croi­ser. Puis­qu’il sait si bien men­tir, se disent-elles, n’est-il pas un émule de Fran­cis Heaulme, ce rou­tard du crime res­té si sou­vent si­len­cieux – une va­riante du men­songe – face aux tri­bu­naux qui l’ont condam­né ? La fa­mille de Maë­lys at­tend, elle, des aveux ra­pides, com­plets et cir­cons­tan­ciés. Le cha­grin res­te­ra. Mais le deuil se­ra moins dif­fi­cile, peut-être.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.