Par l’in­fir­mière, sans pres­crip­tion

Nice-Matin (Nice Littoral et Vallées) - - Santé - N.C.

Pour faire re­con­naître les pra­tiques in­fir­mières, l’URPS in­fir­mière Pa­ca in­cite toutes les in­fir­mières li­bé­rales de la ré­gion à or­ga­ni­ser une per­ma­nence vac­ci­nale du­rant la se­maine du  au  no­vembre. Il s’agit de mar­quer les es­prits en of­fi­cia­li­sant pu­bli­que­ment la par­ti­ci­pa­tion ac­tive et cou­tu­mière de ces pro­fes­sion­nelles de san­té à la cam­pagne de vac­ci­na­tion contre la grippe, qui court de­puis le  oc­tobre  jus­qu’au  jan­vier . Rap­pe­lons qu’un dé­cret du  sep­tembre , qui mo­di­fie l’ar­ticle -- du Code de la san­té pu­blique, a élar­gi la com­pé­tence vac­ci­nale an­ti­grip­pale des in­fir­mières. Elles peuvent dé­sor­mais vac­ci­ner contre la grippe, sans pres­crip­tion mé­di­cale, toutes les per­sonnes ma­jeures pour les­quelles la vac­ci­na­tion contre la grippe est re­com­man­dée au ca­len­drier vac­ci­nal en vi­gueur (y com­pris pri­mo-vac­ci­na­tion et femme en­ceintes), à l’ex­cep­tion des per­sonnes pré­sen­tant des an­té­cé­dents de ré­ac­tions al­ler­giques sé­vères à l’oval­bu­mine ou à une vac­ci­na­tion an­té­rieure. cour­rier de l’as­su­rance-ma­la­die avec un bon de prise en charge à pré­sen­ter à la phar­ma­cie pour re­ti­rer le vac­cin. Au to­tal plus de 6,5 mil­lions de per­sonnes sont concer­nées par cette me­sure.

La grippe n’a rien à faire aux urgences

Pour au­tant, qui­conque le sou­hai­tant peut de­man­der à son mé­de­cin de lui pres­crire l’in­jec­tion. Plus les gens sont vac­ci­nés, plus le risque d’épi­dé­mie di­mi­nue. Mal­gré tout, ce n’est tou­jours pas la ruée mas­sive dans les of­fi­cines. « On a beau ex­pli­quer aux pa­tients que se faire vac­ci­ner c’est aus­si pro­té­ger les autres des conta­mi­na­tions, ils ne se sentent pas concer­nés,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.