Carte blanche à… Bottega Veneta

Numéro - - Sommaire -

Lorsque To­mas Maier se voit confier la di­rec­tion ar tis­tique de Bottega Veneta en 2001, il dé­couvre dans les ar­chives de la pres­ti­gieuse mai­son ori­gi­naire de Vé­né­tie la phrase : “When your own ini­tials are en­ough.” Un slo­gan né dans les an­nées 70, qui, au fil du temps, de­vient pour le la­bel une vé­ri­table pro­fes­sion de foi, sou­li­gnant que la qua­li­té et l’ex­cel­lence parlent aux ini­tiés et n’ont nul be­soin de signes os­ten­ta­toires.

Pour Nu­mé­ro, To­mas Maier a ima­gi­né une boî te à idées ta­pis­sée du

cé­lèbre cuir tres­sé “in­trec­cia­to”, vé­ri­table si­gna­ture de la mai­son. Les ex­tré­mi­tés des bandes de cuir, ap­pe­lées “fet­tucce”, lais­sées brutes sur les bords de la boî te, sug­gèrent l’ar ti­sa­nat – l’âme même de Bottega Veneta – et confèrent à l’ob­jet un es­prit lé­gè­re­ment sur­réa­liste, ca­rac­té­ris­tique de l’oeuvre de To­mas Maier. Au fond de la boî te se niche la fa­meuse de­vise de la mai­son. Cha­cune de ses lettres est en cro­co­dile, clin d’oeil au ser­vice de personnalisation ul­tra luxe dé­ve­lop­pé cette an­née. “Cette phrase ré­sume la phi­lo­so­phie de Bottega Veneta qui place le client au centre de toutes les at­ten­tions. C’est pour­quoi nous n’ap­po­sons ja­mais de lo­go sur nos créa­tions : cha­cun peut ain­si les per­son­na­li­ser avec son mo­no­gramme. Nous sou­hai­tons que nos créa­tions s’ef facent der­rière celle ou ce­lui qui les por te. Pour ré­su­mer, je suis convain­cu non seule­ment que ‘ vos ini­tiales suf fisent’, mais aus­si que votre per­son­na­li­té, votre goût et votre style suf fisent.”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.