Mo­nu­men­tale Veyron

Octane (France) - - Nouvelles - Yan-alexandre Da­ma­sie­wicz Ré­dac­teur en chef Ins­ta­gram : yan__a­lexandre

ÉDI­TO

DE­VANT LE GRAND SOU­RIRE que j’ar­bo­rais alors que s’ache­vait l’une de ces jour­nées qui al­lait res­ter à ja­mais gra­vée dans le marbre de mes sou­ve­nirs au­to­mo­biles, Pierre-hen­ri Ra­pha­nel me confia son grand se­cret de pi­lote of­fi­ciel de la Bugatti Veyron. En sub­stance (et de tête) : « Beau­coup de gens disent qu’ils ont conduit une Veyron, mais c’est fa­cile de dé­bus­quer les men­teurs. Ce­lui qui en dit du mal ne s’est ja­mais glis­sé der­rière son vo­lant ».

Se rendre à Mol­sheim pour prendre le vo­lant d’une Veyron 16.4 Grand Sport Vi­tesse, l’exem­plaire même qui a bat­tu, à 408,84 km/h, le re­cord de vi­tesse pour une voi­ture dé­ca­po­tée, ce­la ne se re­fuse pas. Même si comme moi on a long­temps été re­bu­té par ce ca­price in­dus­triel. Trop lourde, trop ex­trême, trop inu­tile, trop asep­ti­sée disent cer­tains… Tout le contraire d’une voi­ture de pu­ristes, même si le temps pas­sant je com­men­çais à com­prendre l’élé­gance rare de ses lignes à la dis­cré­tion éton­nante (à condi­tion de choi­sir les bonnes teintes, certes).

Et puis je suis mon­té à son bord et Pier­re­hen­ri a écra­sé l’ac­cé­lé­ra­teur et… j’ai eu peur. Pas cette pe­tite peur que l’on res­sent quand ce­la va trop vite. Non, plu­tôt la pa­nique d’un cer­veau qui re­fuse de com­prendre les mes­sages que les sens lui en­voient. Com­ment une voi­ture peut-elle se pro­pul­ser de 0 à plus de 250 km/h sans qu’à au­cun mo­ment la moindre rup­ture dans la pous­sée ne se fasse sen­tir ?

Alors, nous avons échan­gé nos places et j’en ai fait de même. Et j’ai été épous­tou­flé par la do­ci­li­té d’une voi­ture qui ve­nait à l’ins­tant même d’être si bru­tale. Et, moi aus­si, je suis al­lé tu­toyer le mur du son. C’était fa­cile, oui très fa­cile, et à la fois riche en émo­tions. Pas celles que vous offre une Lo­tus Elise ou une spor­tive clas­sique, mais maî­tri­ser pa­reil monstre à des vi­tesses in­avouables ici, sur des routes taillées pour des bal­le­rines bien plus me­nues, est une ex­pé­rience des plus ré­jouis­santes. À moins de ne pas ai­mer conduire…

Ce jour-là, je suis tom­bé amou­reux, in­con­di­tion­nel­le­ment, de la Veyron. Pas seule­ment pour sa vi­tesse, mais aus­si pour la com­plexi­té in­ouïe de sa tech­nique ou l’in­croyable sa­voir­faire des ar­ti­sans qui ont oeu­vré à ses di­verses per­son­na­li­sa­tions.

Comme vous le dé­cou­vri­rez dans ces pages, c’est le mo­ment où ja­mais d’en ac­qué­rir un exem­plaire. Si cette chance vous et of­ferte, n’hé­si­tez pas : c’est une voi­ture for­mi­dable.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.