Phan­tom : du nou­veau et de l’an­cien

Une Rolls unique en pré­lude d’une ex­po­si­tion sur l’his­toire des Phan­tom.

Octane (France) - - Allumage / News - Texte Glen Wad­ding­ton

LE 27 MAI, AU CONCORSO D’ELEGANZA Vil­la d’este, en Ita­lie, Rolls-royce a dé­voi­lé le chant du cygne de la Phan­tom VII : une ver­sion à la car­ros­se­rie unique ap­pe­lée Swep­tail, com­mis­sion­née par le col­lec­tion­neur Sam Li à un prix es­ti­mé à plus de 11 mil­lions d’eu­ros et qui a de­man­dé quatre ans de tra­vail. Elle a fait ses dé­buts en pré­lude de l’ex­po­si­tion “The Great Eight Phan­toms” [Les Huit Grandes Phan­tom] qui va réunir les meilleures Phan­tom de ces 92 der­nières an­nées, à Londres. Le nom évoque éga­le­ment la 8e gé­né­ra­tion de Phan­tom, la pro­duc­tion de l’ac­tuelle ayant ces­sé fin 2016. La foule a ap­plau­di lorsque Giles Tay­lor, le di­rec­teur du de­si­gn Rolls-royce et Alex Innes, de­si­gner de la division Bes­poke (sur-me­sure) ont le­vé le voile sur la Swep­tail. Elle est plus élé­gante en vrai qu’en pho­tos et ses dé­tails et ses ma­té­riaux sont par­ti­cu­liè­re­ment im­pres­sion­nants. La car­ros­se­rie est unique, comme de nom­breux équipements in­té­rieurs, dont des sup­ports in­té­grés pour mal­lettes, qui se dé­ploient de­puis l’in­té­rieur des pan­neaux la­té­raux. Comme le dit Tors­ten Mül­ler-ötvös, le P-DG de Rolls-royce : « L’ex­pé­rience du vrai luxe est très per­son­nelle ». Tay­lor a ajou­té : « Elle est ir­ré­sis­ti­ble­ment unique et mo­derne. Le client est un amou­reux des yachts et du mo­bi­lier fin, avec une pas­sion pour la per­fec­tion. Les as­pects clés sont les formes de coque de yacht et en goutte d’eau, pour ré­duire le poids visuel à l’ar­rière ».

La voi­ture est ba­sée sur la struc­ture en alu­mi­nium et la mé­ca­nique de la Phan­tom VII bien que « tron­quée et mo­di­fiée à l’ar­rière » et le seul pan­neau com­mun est le ca­pot, pour des rai­sons d’ho­mo­lo­ga­tion. « Nous avions beau­coup de contraintes à sur­pas­ser, ex­plique Innes. Toutes les autres sur­faces sont dif­fé­rentes, avec un avant bien plus ver­ti­cal. » Tay­lor a ajou­té : « Son meilleur angle est le trois-quarts ar­rière. C’est là qu’on res­sent l’es­prit de la voi­ture ». En­vi­ron 80 % de la voi­ture ont été réa­li­sés à l’usine Rolls de Good­wood, le reste chez des spé­cia­listes, par­ti­cu­liè­re­ment les pan­neaux de car­ros­se­rie for­més à la main. Y au­ra-t-il une suite ? Mül­ler-ötvös a pour­sui­vi : « Plus de fa­bri­ca­tion à la de­mande est le fu­tur du luxe. Nous avons beau­coup ap­pris, mais il y a quelques li­mites, comme l’im­pos­si­bi­li­té de contour­ner les obli­ga­tions lé­gales. Cette voi­ture ne se­ra pas du­pli­quée. La va­leur de ce pro­jet le rend unique ». La no­men­cla­ture Phan­tom, qui re­monte à 1925, est la plus an­cienne du sec­teur au­to­mo­bile et l’ex­po­si­tion à ve­nir ren­dra hom­mage à l’im­por­tance de cette voi­ture pour ses dif­fé­rentes gé­né­ra­tions de pro­prié­taires, qu’ils soient chefs d’état et rois, ou rock stars et lé­gendes du ci­né­ma.

À par­tir du 27 juillet, Rolls-royce ex­po­se­ra des exem­plaires cé­lèbres de cha­cune des sept gé­né­ra­tions de Phan­tom, pour coïn­ci­der avec l’ar­ri­vée de la hui­tième. Les deux pre­mières an­non­cées sont la Phan­tom I ex-fred As­taire et la Phan­tom III du Ma­ré­chal Mont­go­me­ry. Dé­cou­vrez la suite en sui­vant les ré­seaux so­ciaux avec le ha­sh­tag #Great­phan­toms.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.