Ral­lye des Prin­cesses

Pa­ris - Man­de­lieu, 28 mai – 1er juin

Octane (France) - - Allumage / Événements - Texte Ro­bert Louis Mo­mine Pho­tos Ri­chard Bord et Car­me­dia

18 ANS, L’ÂGE DE LA MA­TU­RI­TÉ ? Al­lons, la ma­tu­ri­té, le Ral­lye des Prin­cesse l’a at­teinte de­puis bien long­temps pour s’im­po­ser comme la grande clas­sique fé­mi­nine du ca­len­drier hexa­go­nal. Voire in­ter­na­tio­nal, en té­moigne la pré­sence d’un équi­page mos­co­vite en MG A !

C’est une ha­bi­tude, le dé­part a été don­né sur la pres­ti­gieuse Place Ven­dôme au coeur de Pa­ris, le 28 mai (quelle bonne idée de ca­deau pour la Fête des Mères !) di­rec­tion Man­de­lieu, via une belle par­tie de cam­pagne.

Et ne vous lais­sez pas du­per par l’ap­pa­rente dé­con­trac­tion de l’at­mo­sphère “gir­ly” dont se pare le Ral­lye des Prin­cesses. Oui, l’épreuve af­fiche un charme gla­mour unique, mais ceux qui pensent qu’il s’agit d’une pro­me­nade de san­té risquent quelques dé­con­ve­nues, comme le rap­pelle Vi­viane Za­ni­ro­li, or­ga­ni­sa­trice de choc : « Ce­la n’en de­meure pas moins un ral­lye de ré­gu­la­ri­té par­ti­cu­liè­re­ment com­pli­qué ! Plu­sieurs re­bon­dis­se­ments spor­tifs sont là pour en té­moi­gner. »

Le pla­teau et la liste des en­ga­gées rap­pellent éga­le­ment le sé­rieux du ral­lye : là une Jaguar Type E pré­pa­rée pour les 24h du Mans 1963 (pi­lo­tée en 2017 par Ka­ta­ri­na Smi­jak), ici une Al­fa Ro­meo 2000 GTV co­pi­lo­tée par Mi­chèle Es­pi­nos-pe­tit, alias la grande “Biche” qui ac­com­pa­gnait Jean-claude An­druet à l’époque des Al­pine…

Autre point fort de ce ral­lye, sa “ga­zette” quo­ti­dienne qui re­late pé­ri­pé­ties et mo­ments clés de l’épreuve. De nom­breux or­ga­ni­sa­teurs de­vraient s’ins­pi­rer de cette ini­tia­tive ori­gi­nale et fé­dé­ra­trice.

À l’ar­ri­vée, après 5 jours d’épreuves, c’est l’équi­page Vé­ro­nique Cas­te­lain/sté­pha­nie Wante, sur Porsche 911, qui s’est em­pa­ré de la vic­toire après une er­reur de na­vi­ga­tion de la Fer­ra­ri 328 GTS de Na­dia Mo­reau et Va­lé­rie Dot, qui me­nait le Ral­lye des Prin­cesses de­puis le pre­mier jour, dans l’avant­der­nier TR. Beau­té et cruau­té du sport mé­ca­nique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.