Les ventes pas­sées et à ve­nir, les ten­dances, les prix

Der­rière cotes et in­dices, d’autres réalités pré­do­minent.

Octane (France) - - Sommaire - Texte Jean-chris­tophe Lan­glais

UNE QUAN­TI­TÉ im­pres­sion­nante de vé­hi­cules change de main ré­gu­liè­re­ment, sans pour au­tant que les don­nées pré­cises concer­nant ces tran­sac­tions soient connues. Dif­fi­cile donc (com­prendre, im­pos­sible) de se lan­cer dans une ana­lyse pré­cise de la vé­ri­table va­leur d’un mo­dèle don­né et de la fluc­tua­tion pré­cise de cette der­nière.

Pre­nons pour exemple le cas d’une Mer­cedes 300 SEL 6.3, mo­dèle em­blé­ma­tique par ex­cel­lence, co­tée 50 000 dol­lars en ex­cellent état par un in­dice de ré­fé­rence. Cette va­leur ré­sulte d’une moyenne de ventes pu­bliques réa­li­sées sur une pé­riode de 22 ans, mais ne prend ab­so­lu­ment pas en consi­dé­ra­tion les ventes ayant eu lieu hors va­ca­tions. L’on sait pour­tant au­jourd’hui qu’une très belle 300 SEL 6.3 se négocie à un ta­rif bien plus éle­vé, s’agis­sant d’un vé­hi­cule des­ti­né à des connais­seurs aver­tis et ne sup­por­tant au­cun à-peu-près.

Il en va de même pour les 300 SL “pa­pillon” et Road­ster, les prix ob­te­nus en vente pu­blique ne concer­nant pas for­cé­ment tou­jours des mo­dèles en état de fonc­tion­ne­ment par­fait et en­tre­te­nus de longue date par des spé­cia­listes du mo­dèle. Lors­qu’on dis­cute avec les col­lec­tion­neurs, on s’aper­çoit que les prix des mo­dèles échan­gés entre ini­tiés sont bien dif­fé­rents. Ce­pen­dant, en ce qui concerne les biens les plus li­quides du mar­ché de la voi­ture de col­lec­tion et d’ex­cep­tion, un cré­neau nous semble par­ti­cu­liè­re­ment à sur­veiller pour le mo­ment, à sa­voir ce­lui des vé­hi­cules re­vus et pré­pa­rés confor­mé­ment à l’époque à la­quelle ils étaient com­mer­cia­li­sés.

Équi­pés de mo­teurs amé­lio­rés, de jantes sport d’époque et d’ac­ces­soires tels que des sièges ba­quets, des ré­ser­voirs ma­jo­rés (dits “con­ti­nen­tal”) ou en­core de feux longue-por­tée, ces vé­hi­cules sont pré­vus pour rou­ler sur de longues dis­tances, ce­ci à bonne al­lure et sont consi­dé­rés comme des “fast road cars”.

Ces voi­tures at­tirent beau­coup d’ache­teurs, sou­hai­tant peut-être se dé­mar­quer de cer­tains vé­hi­cules très clas­siques voire conformes à l’ori­gine et pas for­cé­ment rou­lables aus­si fa­ci­le­ment, que l’on consi­dère à tort ou à rai­son comme des “show queens” plus à leur aise sur les ga­zons de Chan­tilly que lors d’une épo­pée noc­turne entre Pa­ris et Saint-jean-cap-ferrat.

Très dif­fé­rents de vé­hi­cules adap­tés avec des tech­no­lo­gies ac­tuelles, il s’agit plu­tôt de mo­di­fi­ca­tions en

ac­cord avec les tech­niques d’époque, aus­si bien au ni­veau des mo­teurs que des trains rou­lants, voire en­core des sys­tèmes d’ad­mis­sion. Ces “fast road cars” sont de plus en plus re­cher­chés et cer­tains dé­passent même la cote d’un mo­dèle stan­dard en­tiè­re­ment d’ori­gine.

La même ten­dance peut être ob­ser­vée dans le mi­lieu des Porsche et les mo­dèles dits “out­law” des pré­pa­ra­teurs tels qu’emo­ry, Ma­gnus Wal­ker ou en­core Sin­ger s’ar­rachent ac­tuel­le­ment à prix d’or, aus­si bien aux États-unis qu’en Eu­rope.

Pour re­ve­nir à un exemple ty­pique de mo­di­fi­ca­tion “fast road”, une très belle jaguar Mk1 vient d’être ven­due 96600 eu­ros lors de la­va ca­tionH&HC las sics­du6­ju in der­nier àWood­co te Park(GB, voir pho­to d’ou­ver­ture).

Ayant conser­vé son ma­gni­fique in­té­rieur cuir bor­deaux d’ori­gine, mais gréé d’un mo­teur cons­truit par John Pear­son et uti­li­sé par John Coombs sur sa Type D ex-ecu­rie Na­tio­nale Belge, d’un jeu de jantes Lis­ter à pa­pillons, de trains rou­lants de Mk2 et d’un ré­ser­voir ma­jo­ré en in­ox (entre autres mo­di­fi­ca­tions), il s’agit là d’un vé­hi­cule ven­du au-des­sus de sa cote, bien qu’il ne soit ni équi­pé de son mo­teur d’ori­gine ni de sa boîte de vi­tesses d’époque, et donc très éloi­gné des pré­ceptes du sa­cro-saint “mat­ching num­ber”.

Il s’agit ce­pen­dant d’une mo­di­fi­ca­tion conforme à ce que Brian Lis­ter au­rait pu faire avec sa Mk1 per­son­nelle, ce­ci d’après les dires de son concep­teur. La re­cette semble fonc­tion­ner, non seule­ment en ma­tière de voi­tures, mais aus­si de mo­tos, ce­ci pour une très bonne rai­son: il est plus fa­cile de faire ac­cep­ter aux yeux des pu­ristes une mo­di­fi­ca­tion conforme à l’ époque de com­mer­cia­li­sa­tion du vé­hi­cule, qu’un mo­teur mo­derne à in­jec­tion cou­plé à un sys­tème de frei­nage ABS sur un vé­hi­cule d’une cin­quan­taine d’an­nées.

Pour en re­ve­nir aux der­nières ventes et non des moindres, le bi­lan des va­ca­tions Bon­hams All As­ton Mar­tin (New­port Pa­gnell, GB) et RM Auc­tions à la Vil­la Er­ba (Cer­nob­bio, Lac de Côme, Ita­lie) a été plu­tôt mi­ti­gé, la pre­mière sor­tant des ré­sul­tats quelque peu dé­ce­vants lorsque la se­conde réus­sis­sait mal­gré tout quelques beaux ré­sul- tats, en par­ti­cu­lier une Bugatti Type 57 Ata­lante Pro­to­type ven­due 3 024 000 eu­ros ain­si que la très belle Tal­bot-la­go T150-C SS “Goutte d’eau” par Saout­chik, ven­due 3 360 000 eu­ros, ce qui cor­res­pond au prix es­ti­mé pour ce mo­dèle.

Au ni­veau de la vente Bon­hams All As­ton Mar­tin, il est à si­gna­ler qu’une As­ton Mar­tin La­gon­da (de­si­gn William Towns) de 1979 et res­tau­rée en 1986 puis sto­ckée comme il se doit, s’est ven­due 32 733 eu­ros frais com­pris, ce qui est tout de même loin des prix de­man­dés ac­tuel­le­ment pour ce mo­dèle par les dif­fé­rents mar­chands de la place. Il s’agis­sait de plus du deuxième mo­dèle de pro­duc­tion ven­du, châs­sis n°130109,àre mettre en route. Une bonne nou­velle pour les vrais pas­sion­nés du mo­dèle ?

Concer­nant la vente Bon­hams Spa Clas­sic, les 48 voi­tures vendues ont rap­por­té 4 872 466 eu­ros, ce­ci avec une Mer­cedes 300 SL Road­ster ven­due à elle seule 1 127 000 eu­ros.

Au ni­veau des ventes à ve­nir, les mai­sons Goo­ding et RM Auc­tions ont sor­ti l’ar­tille­rie lourde pour leurs va­ca­tions an­nuelles de Mon­te­rey, à la miaoût. Les pre­miers avec une Porsche 917K en li­vrée Gulf d’époque et es­ti­mée entre 13 et 16 mil­lions de dol­lars, les seconds avec une As­ton Mar­tin DBR1 es­ti­mée plus de 20 mil­lions de dol­lars. Le reste ne de­vrait donc être que lit­té­ra­ture et anec­dotes…

Jean-chris­tophe Lan­glais ana­lyse le mar­ché de l’au­to­mo­bile an­cienne, aus­si bien pour ses ac­ti­vi­tés en ma­tière de conseils d’achat, que pour sa col­lec­tion per­son­nelle. Il est le fon­da­teur de Lan­glais & Lan­glais Real Es­tate, à Luxem­bourg. Ins­ta­gram : Lan­glais­lan­glais

“TRÈS ÉLOI­GNÉE DES PRÉ­CEPTES DU SA­CRO-SAINT “MAT­CHING NUM­BER”, CETTE JAGUAR S’EST POUR­TANT VEN­DU AU-DES­SUS DE SA COTE”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.