Mon­sieur TVR parle

Les Ed­gar ex­plique à Octane le dé­ve­lop­pe­ment de la Grif­fith.

Octane (France) - - Allumage / News -

« J’AI ACHE­TÉ TVR il y a quatre ans. À quel point ça al­lait être dif­fi­cile? Je l’ai dé­cou­vert dès le pre­mier jour. Nous sommes res­tés fi­dèles à l’hé­ri­tage, mais nous avons dé­ve­lop­pé une toute nou­velle voi­ture, en fai­sant face à un manque de fi­nan­ce­ment et de temps de dé­ve­lop­pe­ment. Nous avions be­soin d’aé­ro­dy­na­mi­ciens et nous connais­sions l’homme de la si­tua­tion. Nous avions be­soin d’un mo­teur in­des­truc­tible et nous sa­vions qui pou­vait l’as­sem­bler. Cette voi­ture re­pré­sente un trium­vi­rat de noms bri­tan­niques: TVR, Gor­don Mur­ray De­si­gn et Cos­worth. Ce voyage a consom­mé tout notre temps de­puis le dé­but. »

« L’as­pect le plus dif­fi­cile fut de dé­fi­nir ce que TVR si­gni­fie. Des traits phy­siques, un flot d’émo­tions, un es­prit tel­le­ment bri­tan­nique. C’est une re­belle. Elle est plus courte qu’une 911, elle peut être conduite sur les routes les plus étroites. Puis nous avons ajou­té de la tech­no­lo­gie, pas d’élec­tro­nique, mais une aé­ro à ef­fet de sol et un châs­sis en fibre de car­bone. »

« J’aime sa na­ture d’out­si­der: c’est ça, la Grif­fith, vous en avez pour votre ar­gent, c’est la su­per­car de Mon­sieur tout le monde. » « Cer­tains ont été dé­çus qu’elle ne soit pas as­sem­blée à Black­pool, mais il ne reste presque rien de l’an­cienne usine. Nous pro­dui­sons la nou­velle voi­ture à Ebbw Vale, au Pays de Galles, à 50 km de la nou­velle usine As­ton Mar­tin. Mais j’ai­me­rais bien faire quelque chose à Black­pool. Nous ne tour­nons pas le dos au ber­ceau de TVR. » « J’as­pi­rais à al­ler en sport au­to­mo­bile et j’avais be­soin pour ça d’une voi­ture ho­mo­lo­guée. Il n’y a pas beau­coup de marques qui n’ont pas été ab­sor­bées par d’autres. Lan­cer une nou­velle marque est coû­teux et sou­vent voué à l’échec, comme res­sus­ci­ter une marque dis­pa­rue de­puis dix ans. Alors je n’ai eu de cesse que de re­tour­ner chez TVR et j’ai réus­si à avoir un ren­dez-vous avec Smo­lens­ki. La so­cié­té était li­qui­dée, je l’ai per­sua­dée de me la vendre. »

« Ma pro­chaine étape? Dé­jà, dor­mir une se­maine… Je re­garde à long terme, il y au­ra un ca­brio­let, des mo­dèles plus per­for­mants, une ver­sion pour le cir­cuit, puis un re­sty­lage et en­fin une nou­velle ver­sion. Pour le mo­ment je pense que nous te­nons le re­nou­veau de TVR. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.