CE N’EST PAS QUE DU NOIR ET BLANC

La nou­velle 124 Spider est une énigme, mais pas dans le mau­vais sens du terme, ex­plique Mark Dixon après l’avoir es­sayée une se­maine.

Octane (France) - - Nouvelle Abarth 124 Spider -

PAS DE PORTE-GO­BE­LETS. Même pas un ac­cou­doir pour pou­voir po­ser un pla­teau de re­pas à em­por­ter. C’est un gros dé­faut. Si la lec­ture de pa­reille com­plainte vous fait ava­ler votre ca­fé de tra­vers, per­met­tez-moi de m’ex­pli­quer. La rai­son pour la­quelle ces omis­sions ont une si grande im­por­tance est qu’à ce dé­tail près, la 124 Spider est une par­faite voi­ture de tous les jours. Si vous n’avez pas d’en­fants, vous pour­riez lar­ge­ment vous en conten­ter.

Ce n’est pas l’im­pres­sion qu’elle donne au dé­mar­rage. L’échap­pe­ment est so­nore. Suf­fi­sam­ment pour vous don­ner des re­mords si vous de­vez par­tir à 5 heures du ma­tin et avez de bons rap­ports avec vos voi­sins. Mais c’est une so­no­ri­té agréable, pro­fonde et ro­cailleuse, qui prend d’au­tant de corps que l’on ac­cé­lère.

Ce qui est sur­pre­nant c’est que tout ce bruit est émis pas un petit mo­teur 1,4 litre, tur­bo­com­pres­sé pour dé­ve­lop­per 170 ch et 250 Nm. C’est as­sez pour rendre l’abarth au­then­ti­que­ment ra­pide dès le dé­mar­rage. En ap­puyant sur le bou­ton Sport elle de­vient sen­si­ble­ment plus vi­vante, avec une ré­ponse de l’ac­cé­lé­ra­teur plus vive et moins D’ESP. Elle tourne fa­ci­le­ment à l’ac­cé­lé­ra­teur, don­nant du cré­dit au slo­gan “na­tive du scor­pion”. Et dis­sipe la crainte qu’elle ne soit qu’une Maz­da MX-5 (elle par­tage avec elle ses sou­bas­se­ments, comme la Fiat 124 Spider nor­male) avec un kit car­ros­se­rie.

Les sièges offrent un bon main­tien, le con­fort est dé­cent et la ca­pote est d’une sim­pli­ci­té ex­trême à ou­vrir ou à fer­mer. Les dé­tails de l’abarth ne se­ront pas for­cé­ment tous à votre goût (les ré­tro­vi­seurs rouges de notre voi­ture d’es­sai ont juste l’air bi­zarre, comme s’ils avaient été rem­pla­cés avec des pièces d’oc­ca­sion), mais au moins, ils per­mettent à la voi­ture de sor­tir du lot.

En­fin, ce n’est pas comme si l’on ris­quait d’en croi­ser sou­vent : avec un prix com­men­çant à 40 000 eu­ros, c’est 9 000 eu­ros de plus qu’une MX-5 haut de gamme. Le prix de l’ex­clu­si­vi­té… Mais pour une voi­ture qui ne vous ser­vi­ra pas uni­que­ment le week-end.

Ci-des­sus et à droite Le ca­pot noir est sym­pa, les ré­tro­vi­seurs rouges le sont moins. L’ha­bi­tacle est suf­fi­sam­ment confor­table pour que les longs voyages ne soient pas une cor­vée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.