Au­di­mat Aria

Aria

On Magazine - - SOMMAIRE -

Conçu en 2007 pour rem­pla­cer le mo­dèle Opé­ra, cet in­té­gré sté­réo à tubes n’est pas une nou­veau­té, mais s’ins­crit dans une longue tra­di­tion de mo­dèle à tubes et en classe A, de haute qua­li­té, qui sur cer­tains as­pects peut en re­mon­trer à bien des pro­duc­tions mo­dernes. Donc, ne vous fiez pas à la faible puis­sance an­non­cée (2 x 30 watts), cet am­pli est ca­pable de faire chan­ter bien des en­ceintes acous­tiques, même dif­fi­ciles.

De­puis sa créa­tion en 1987, la marque fran­çaise Au­dio­mat di­ri­gée par deux frères : Nor­bert et De­nis Cla­risse n’a eu de cesse de pro­duire des ap­pa­reils à la fois très mu­si­caux et en même temps d’une belle fac­ture. Les deux frères af­firment au fil du temps une culture d’en­tre­prise ba­sée sur l’ex­cel­lence, mais tou­jours tein­tée d’une cer­taine sim­pli­ci­té qui fait plai­sir à voir : un tra­vail d’ar­ti­san conscien­cieux et per­fec­tion­niste. Les prin­cipes des sché­mas de base de ses am­plis à tubes sont res­tés à l’iden­tique de­puis pre­mier in­té­gré à tubes Pré­lude sor­ti cette même an­née.

Comme un air d’opé­ra

C’est donc sans sur­prise que le mo­dèle Aria tes­té au­jourd’hui est le digne rem­pla­çant de l’opé­ra dont il re­prend l’es­sen­tiel, sauf sur le plan es­thé­tique. Au­dio­mat a dé­ci­dé de chan­ger la face avant en mé­tal, pour de l’al­tu­glas. Per­son­nel­le­ment, je trouve l’idée plu­tôt sym­pa, voir briller des tubes der­rière cette face avant lé­gè­re­ment trans­lu­cide est as­sez agréable. Le reste du châs­sis quant à lui ne change pas. Un ca­pot ul­tra ri­gide en tôle épaisse se fixe avec pas moins de 18 vis BTR sur le châs­sis bas, une pièce faite dans le même mé­tal. L’en­semble de 26 kg re­pose sur trois pointes de dé­cou­plage en lai­ton ni­cke­lé et chro­mé, La face ar­rière com­porte une prise fe­melle IEC avec un point rouge mar­quant ain­si la phase sec­teur de l’ap­pa­reil (une at­ten­tion as­sez rare). Elle est pla­cée à cô­té de 12 bor­niers en­ceintes (ba­nane ou fourche), ce qui laisse la pos­si­bi­li­té à l’uti­li­sa­teur de choi­sir entre deux im­pé­dances de sor­ties 4 ou 8 ohms et d’uti­li­ser l’ap­pa­reil en mo­no ou en bi­câ­blage. À l’op­po­sé, toute la connec­tique de mo­du­la­tion est là avec cinq en­trées Ligne et deux sor­ties fixes via une double ran­gée de RCA. L’aria dis­pose aus­si d’une té­lé­com­mande qui com­mande un po­ten­tio­mètre de vo­lume mo­to­ri­sé Alps tra­di­tion­nel. Pas ques­tion ici d’un contrôle de vo­lume nu­mé­rique ou autre.

Une ali­men­ta­tion haut de gamme, un mon­tage en classe A, des tubes soi­gneu­se­ment sé­lec­tion­nés et ap­pai­rés

Une fois les 18 vis re­ti­rées pa­tiem­ment, l’ar­chi­tec­ture in­terne ne semble pas dif­fé­rente des autres Au­dio­mat que nous connais­sons. La qua­li­té de l’ali­men­ta­tion a été au coeur de la concep­tion de cet ap­pa­reil. Trois trans­for­ma­teurs de forte ca­pa­ci­té (trois fois plus que pour son pe­tit frère) : un pour l’ali­men­ta­tion gé­né­rale et deux autres dits trans­for­ma­teurs de sor­tie (ha­bi­tuels sur les am­pli­fi­ca­teurs à tubes, sauf les mo­dèles OTL). Ce sont des mo­dèles conçus sur ca­hier des charges Au­dio­mat et fa­bri­qués en France. Juste à cô­té, deux conden­sa­teurs de fil­trage de haute qua­li­té Sic Saf­co de 1 000 μf sous 450 V cha­cun prennent place. Ils sont dé­cou­plés par deux autres mo­dèles au po­ly­pro­py­lène MKP 140 μf sous 450 V en­cap­su­lés dans de la ré­sine afin qu’ils ne vibrent pas. Cette sec­tion d’ali­men­ta­tion consé­quente s’ex­plique par le mon­tage Classe A. L’aria dé­ve­loppe 30 watts par ca­nal dont les pre­miers 25 sont en Classe A dans un mon­tage dit en Classe A glis­sante. Trois tubes double triode JJ Elec­tro­nic ECC83S à fort gain en ten­sion (6.3V) servent d’étage d’en­trée et dé­pha­seur de Sch­mitt. Le si­gnal at­taque en­suite un push-pull conçu au­tour de quatre tubes pen­tode EL34 du même fa­bri­cant (po­la­ri­sa­tion au­to­ma­tique). C’est un mon­tage simple, mais dont l’ef­fi­ca­ci­té tient dans la pré­sence d’une ali­men­ta­tion à forte ca­pa­ci­té et des tubes choi­sis et ap­pai­rés avec soin par Au­dio­mat.

Écoute dy­na­mique, cha­leur et na­tu­rel

Alors au­tant le dire tout de suite, ha­bi­tué que je suis, à vivre avec un Gold­mund Me­tis 5, mettre en route un Aria, c’est tou­cher à un monde to­ta­le­ment op­po­sé et sur­tout avec cet Au­dio­mat là. C’est comme op­po­ser le so­leil et la lune, le Ying et le Yang, pour don­ner une image du phé­no­mène res­sen­ti. Mais il y a un point, et pas dès moindres, qui fe­ra le pont entre ces am­pli­fi­ca­teurs : la dy­na­mique et l’im­pres­sion de ten­sion so­nore qui émanent des deux ap­pa­reils. Dès les pre­mières mi­nutes et non sans avoir at­ten­du une bonne de­mi-heure de chauffe (l’ap­pa­reil prê­té était dé­jà bien ro­dé), une sorte de nappe so­nore dense et «ma­té­ria­li­sante» s’est abat­tue sur mon écoute. Il y a du poids sur les notes, de l’épais­seur, du re­lief, le tout ser­vi d’une mi­cro-dy­na­mique ful­gu­rante. L’image sté­réo­pho­nique place les dif­fé­rents mu­si­ciens dans un es­pace so­nore bien dé­fi­ni entre les deux en­ceintes. Ce­la reste en toutes cir­cons­tances d’une sta­bi­li­té qui semble à toute épreuve. La bande pas­sante est large, l’aria al­lant cher­cher les moindres mo­du­la­tions dans le mé­dium et le grave. Une écoute pleine de charme et de sen­sua­li­té qui n’en ou­blie pas d’être ex­pres­sive et ra­pide. Voi­là un am­pli­fi­ca­teur in­té­gré qui chante. Il a su pas­ser tous les tests avec un ca­rac­tère cha­leu­reux sans tom­ber dans la mol­lesse sou­vent consta­tée avec des ap­pa­reils à tubes. Il a su aus­si dé­ce­ler les moindres écarts de ni­veau so­nore tout en dé­ve­lop­pant pour une puis­sance de 30 W un ni­veau de res­ti­tu­tion bien au-de­là des chiffres an­non­cés. Les avan­tages ad­di­tion­nés de la tech­no­lo­gie tube et de la Classe A ont fait naître un ap­pa­reil com­bi­nant des qua­li­tés d’au­then­ti­ci­té, de vé­ri­té tant sur le plan des timbres que sur ce­lui de la dy­na­mique. Un mix as­sez éton­nant qui donne vie à la mu­sique et la rend bien plus ex­pres­sive. A ses qua­li­tés so­nores s’ajoute, inu­tile de le pré­ci­ser, une qua­li­té de fa­bri­ca­tion «à l’an­cienne». Une va­leur qu’il est de plus en plus agréable de ren­con­trer de nos jours.

4400 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.