UNE TU­RAN­DOT SUL­FU­REUSE ÀTOULOUSE

OPERA MAGAZINE - - On En Parle - M. P.

On connaît re­la­ti­ve­ment mal, en France, Ca­lix­to Biei­to, si ce n’est de ré­pu­ta­tion – et quelle ré­pu­ta­tion ! À 51 ans pas­sés, le Ca­ta­lan de­meure l’en­fant ter­rible de la scène es­pa­gnole ; car il fait par­tie de ces réa­li­sa­teurs dits « à risque », qui n’hé­sitent pas à en­voyer val­ser les conven­tions par-des­sus les mou­lins et à pro­po­ser des vi­sions per­son­nelles et ra­di­cales, quitte à pro­vo­quer de joyeux scan­dales – des vi­sions sombres, crues, ne re­cu­lant ni de­vant le sexe, ni de­vant la vio­lence. On se rap­pelle sa pré­sen­ta­tion de Un bal­lo in ma­sche­ra, au Li­ceu de Bar­ce­lone puis à l’en­glish Na­tio­nal Ope­ra, dans la­quelle, au le­ver de ri­deau, les conspi­ra­teurs étaient as­sis, pan­ta­lons bais­sés, sur des cu­vettes de toi­lettes – un spec­tacle qui n’est pas pas­sé in­aper­çu et qui l’a fait connaître. On se rap­pelle aus­si, parce que le DVD en conserve le sou­ve­nir, son Don Gio­van­ni, sa Car­men – par­lez-en à Vé­ro­nique Gens ou à Ro­ber­to Alagna, et ils vous di­ront com­bien ce tra­vail les a cap­ti­vés. À par­tir du 19 juin, c’est Tu­ran­dot qui est à l’af­fiche du Théâtre du Ca­pi­tole de Tou­louse – une co­pro­duc­tion avec Bel­fast et Nu­rem­berg, où le spec­tacle a été don­né en oc­tobre der­nier. Ne vous at­ten­dez pas à l’évo­ca­tion somp­tueuse d’une Chine de lé­gende ; l’ac­tion se dé­roule dans le cadre contem­po­rain d’une usine d’un pays to­ta­li­taire et s’ar­rête, sauf erreur, après la mort de Liù, là où Ar­tu­ro Tos­ca­ni­ni, le soir de la créa­tion, avait po­sé sa ba­guette et ren­du hom­mage à Puc­ci­ni, qui n’avait pu ache­ver son oeuvre. Ca­lix­to Biei­to va en­core jouer les tru­blions ; mais gar­dez-vous des ju­ge­ments trop hâ­tifs, car avec lui, tout fait sens.

Tu­ran­dot à Nu­rem­berg (2014).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.