MOSES UND ARON à l’opé­ra de Pa­ris

OPERA MAGAZINE - - À Ne Pas Manquer -

C’est l’un des opé­ras les plus dif­fi­ciles à mon­ter de tout le ré­per­toire, tant par l’im­por­tance des forces re­quises que par les écueils de l’écri­ture, en par­ti­cu­lier celle ré­ser­vée aux choeurs. C’est aus­si un titre cher à Sté­phane Liss­ner, qui en avait pro­po­sé une ex­tra­or­di­naire pro­duc­tion au Châ­te­let, en 1995, avec Her­bert Wer­nicke à la mise en scène et Ch­ris­toph von Doh­na­nyi au pu­pitre. Rien d’éton­nant, donc, à ce que l’on re­trouve, à l’af­fiche de la pre­mière sai­son du nou­veau di­rec­teur de l’opé­ra Na­tio­nal de Pa­ris, le chef-d’oeuvre in­ache­vé d’ar­nold Schoen­berg (le troi­sième acte n’a ja­mais été mis en mu­sique, et la créa­tion des deux pre­miers n’a eu lieu qu’en 1954, trois ans après la mort du com­po­si­teur). Le Pa­lais Gar­nier l’avait ac­cueilli, en 1973, sous la di­rec­tion de Georg Sol­ti et dans une mise en scène de Ray­mond Rou­leau. Mais il s’agis­sait d’une tra­duc­tion fran­çaise... La nou­velle pro­duc­tion qui s’an­nonce, com­man­dée à Ro­meo Cas­tel­luc­ci (ap­pe­lé à rem­pla­cer Pa­trice Ché­reau, dis­pa­ru en 2013), avec Phi­lippe Jor­dan à la ba­guette, se­ra donc, sauf erreur, la pre­mière en langue ori­gi­nale à l’opé­ra. Ne la man­quez sous au­cun pré­texte : même si Schoen­berg n’est pas votre musicien de pré­di­lec­tion, Moses und Aron est une ex­pé­rience que tout mé­lo­mane se doit de vivre au moins une fois au théâtre !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.