Faute avouée est à moi­tié par­don­née

OPERA MAGAZINE - - NEWS -

Faute avouée est à moi­tié par­don­née, dit le pro­verbe... À une époque où l’on es­time su­per­flu de re­con­naître ses er­reurs, War­ner Clas­sics, dans le com­mu­ni­qué pré­sen­tant la ré­édi­tion de tous les ré­ci­tals gra­vés par Elisabeth Sch­warz­kopf pour EMI, a l’hon­nê­te­té d’écrire : « Si le per­fec­tion­nisme d’elisabeth Sch­warz­kopf et de son ma­ri, le lé­gen­daire pro­duc­teur D’EMI Walter Legge, est bien connu, les édi­tions en CD ont fait, en dé­fi­ni­tive, peu de cas de la fa­çon dont ils avaient pris soin de com­po­ser, de po­lir à l’in­fi­ni, ou plus exac­te­ment jus­qu’à la per­fec­tion, les pro­grammes de leurs ré­ci­tals dis­co­gra­phiques. » De­puis l’avè­ne­ment du com­pact, au dé­but des an­nées 1980, nous n’avons ces­sé de dé­non­cer ces com­pi­la­tions fourre-tout, of­frant des ar­tistes du pas­sé une image er­ro­née : jux­ta­po­si­tion d’airs et de mé­lo­dies gra­vés dans des phases dif­fé­rentes de la car­rière, ré­ci­ta­tifs cou­pés, « ou­bli » de mor­ceaux fi­gu­rant dans le 33 tours (sou­vent les plus in­té­res­sants !). La chute des ventes de disques au cours de la der­nière dé­cen­nie a, pa­ra­doxa­le­ment, ren­ver­sé la ten­dance, les édi­tions « col­lec­tor » rem­por­tant un suc­cès gran­dis­sant au­près du pu­blic. Se sont ain­si suc­cé­dé, dans des po­chettes re­pro­dui­sant la cou­ver­ture d’ori­gine, l’in­té­grale des ré­ci­tals de Joan Su­ther­land et Ma­ri­lyn Horne ( Dec­ca), Leon­tyne Price et ri­chard Tu­cker (rca/so­ny Clas­si­cal), jus­qu’au for­mi­dable « tout Cal­las en stu­dio » de War­ner Clas­sics, en 2014. Étant don­né l’im­por­tance d’elisabeth Sch­warz­kopf dans l’his­toire de la mu­sique en­re­gis­trée au XXE siècle, nous ne pou­vons que nous ré­jouir de la pu­bli­ca­tion de ce nou­veau cof­fret, sur le­quel nous re­vien­drons dans les pages « Ca­deaux » de notre pro­chain nu­mé­ro. Mais nous es­pé­rons que War­ner Clas­sics ne va pas s’ar­rê­ter là. À l’oc­ca­sion du 90e an­ni­ver­saire de Ni­co­lai Ged­da, né en 1925, nous au­rions, par exemple, ai­mé que la mul­ti­na­tio­nale ré­édite aus­si tous ses ré­ci­tals. Peut-être est-ce par­tie re­mise. Peut-être juge-t-on le mer­veilleux té­nor sué­dois moins « ven­deur » que Cal­las et Sch­warz­kopf... La si­tua­tion s’amé­liore donc sur le front des ré­édi­tions. Cô­té nou­veau­tés, en re­vanche, trop de ré­ci­tals donnent l’im­pres­sion d’être com­po­sés à la va-vite, sans se sou­cier de la co­hé­rence du pro­gramme ni de l’op­por­tu­ni­té pour l’ar­tiste d’être im­mor­ta­li­sé dans le ré­per­toire choi­si. Même si on n’est pas d’ac­cord avec son in­ter­pré­ta­tion, un Jo­nas Kauf­mann a presque tou­jours quelque chose de nou­veau à dire, dans Schu­bert et Wa­gner comme dans Ver­di et Puc­ci­ni. Ce n’est mal­heu­reu­se­ment pas le cas de tous ses confrères et consoeurs, dont les al­bums Haen­del, Mo­zart, ros­si­ni ou Wa­gner partent aux ou­bliettes à peine pu­bliés. Trop de producteurs et de chan­teurs, en ef­fet, ou­blient qu’un disque se doit d’avoir un sens. Era­to, Sa­bine De­vieilhe et ra­phaël Pi­chon s’en sont sou­ve­nus et leur al­bum Mo­zart : The We­ber Sis­ters, non content de re­ce­voir un Dia­mant d’opé­ra Ma­ga­zine, fi­gure éga­le­ment en « Coup de coeur » dans ce nu­mé­ro ( voir p. 73). La jeune et brillan­tis­sime so­pra­no fran­çaise ne fait ou­blier ni Ed­da Mo­ser, ni Edi­ta Gru­be­ro­va, ni Na­ta­lie Des­say dans les airs écrits pour Aloy­sia et Jo­se­pha We­ber. Mais le pro­gramme est tel­le­ment bien conçu que, par­ve­nu à la der­nière plage, on a aus­si­tôt en­vie de le ré­écou­ter. Je suis pro­fon­dé­ment convain­cu que l’ave­nir du ré­ci­tal dis­co­gra­phique se joue sur ce ter­rain. Qui, par exemple, ne pré­fè­re­rait pas en­tendre Juan Die­go Flo­rez dans un nou­vel hom­mage aux grands té­nors du bel can­to ro­man­tique (Gio­van­ni Da­vid, Gio. Bat­tis­ta ru­bi­ni, Gil­bert Du­prez) plu­tôt que dans un flo­ri­lège de mé­lo­dies et chan­sons po­pu­laires ita­liennes, or­ches­trées comme pour une émis­sion de va­rié­tés ( voir en page 78 de ce nu­mé­ro) ? Il n’est certes pas le pre­mier à se faire ain­si plai­sir, mais quelle perte de temps ! Cette ren­trée 2015, l’une des plus char­gées en nou­veau­tés CD dont nous ayons gar­dé le sou­ve­nir, de­vrait donc être l’oc­ca­sion, pour toutes les firmes de disques, y com­pris les plus mo­destes, de re­mettre à plat leur po­li­tique édi­to­riale. En au­ront-elles toutes la vo­lon­té ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.