COMPTES REN­DUS à la scène

OPERA MAGAZINE - - COMPTES RENDUS -

sé­pa­rées par de brefs in­ter­ludes, le su­jet s’im­pose avec un peu moins d’évi­dence. Mri­ri­da est l’hé­roïne sans doute, mais dans un contexte de guerre néo­co­lo­niale qui fi­nit par pré­do­mi­ner, et où s’af­frontent les fi­gures, né­ga­tives, de l’of­fi­cier et du Mer­ce­naire, et celle, po­si­tive, de l’étran­ger – à cô­té de la Jeune Fille et de la Vieille Femme qui in­carnent, de fa­çon contras­tée, le pas­sé et l’ave­nir de la femme ma­ro­caine. Beau­coup de bons sen­ti­ments et de pieuses in­ten­tions, pour illus­trer ain­si à la fois, dans un dis­cours dé­jà sou­vent en­ten­du (sans re­mon­ter même jus­qu’aux Pa­ra­vents de Jean Ge­net), la li­bé­ra­tion de la femme au Magh­reb et les mé­faits du co­lo­nia­lisme, le tout in­tro­duit par un Pro­logue dit (as­sez mal) par des fi­gu­rantes, qui évoquent le monde des ban­lieues d’au­jourd’hui. Au point qu’on ne sait plus très bien où se si­tuer dans le li­vret de Clau­dine Ga­lea : non seule­ment il ne livre pas une ac­tion claire, mais il mêle aus­si, as­sez mal­adroi­te­ment, les tri­via­li­tés du lan­gage de l’ar­mée (« Ce que tu pues, co­chon ! ») avec le ton du prêche (« La vie est une grâce », conclut le texte). Mais c’est aus­si que la pro­duc­tion d’oli­vier Achard et son équipe désarme par sa pau­vre­té, avec un dé­cor mi­ni­ma­liste de ri­deaux nus, et une vi­déo plu­tôt cache-mi­sère, qui zoome sur un vil­lage dé­vas­té pro­gres­si­ve­ment par les bom­bar­de­ments. Sans au­cune di­rec­tion d’ac­teurs non plus, lais­sant cha­cun plan­té bras bal­lants et ré­duit à de très ti­mides dé­pla­ce­ments, dans un spec­tacle qui re­lè­ve­rait plu­tôt de la pres­ta­tion d’ama­teurs, et étonne tout de même de la part d’un pro­fes­seur d’art dra­ma­tique au Conser­va­toire de Stras­bourg (ce der- nier éga­le­ment co­pro­duc­teur). Dans ces condi­tions, les chan­teurs de l’opé­ra Stu­dio de L’ONR livrent ce qu’ils ont de meilleur, mais sans faire de mi­racle. Outre la mez­zo belge Co­line Du­tilleul, qui té­moigne d’une cer­taine ex­pé­rience scé­nique dans le rôle de la Vieille Femme, on re­tien­dra la Mri­ri­da très sûre vo­ca­le­ment de la so­pra­no ita­lienne Fran­ces­ca Sor­te­ni, mal­gré son fort ac­cent, et l’as­sez beau chant du té­nor fran­çais Ca­mille Tres­mon­tant dans l’étran­ger. Les Choeurs de L’ONR sont un peu à la peine en coulisse, mais les ex­cel­lents ins­tru­men­tistes de l’aca­dé­mie Su­pé­rieure de Mu­si­queHEAR de Stras­bourg, sous la ba­guette vi­gi­lante de Léo Wa­ryns­ki, rendent jus­tice à la dif­fi­cile par­ti­tion, pour le seul vo­let vrai­ment po­si­tif de cette soi­rée frus­trante.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.