EN­TRE­TIEN

OPERA MAGAZINE - - Entretien -

C’est ef­fec­ti­ve­ment son am­bi­tion. J’avais éta­bli une di­rec­tion pour mon pro­chain al­bum, et je tra­vaillais à l’éla­bo­ra­tion de son pro­gramme chez moi, à Kan­sas Ci­ty, quand ont eu lieu les at­ten­tats du 13 no­vembre 2015, à Paris. Je li­sais ces mu­siques, qui de­vaient consti­tuer une anthologie d’iné­dits de com­po­si­teurs in­con­nus, comme une sorte d’exer­cice aca­dé­mique, sans qu’elles ne me parlent. Je res­sen­tais avec tel­le­ment de force le poids de cette nou­velle ten­ta­tive de di­vi­ser pro­fon­dé­ment notre monde qu’il me fal­lait dire quelque chose avec ce fu­tur disque. Nous avions dé­jà dé­ci­dé qu’il s’agi­rait de ré­per­toire ba­roque, avec l’en­semble Il Po­mo d’oro. Je me suis donc pen­chée sur des airs que j’avais toujours vou­lu en­re­gis­trer : « Sve­glia­te­vi nel core » et « Ca­ra speme » de Ses­to ( Giu­lio Ce­sare), « Las­cia ch’io pian­ga » d’al­mi­re­na ( Ri­nal­do), ou en­core « Da tem­peste » de Cleo­pa­tra ( Giu­lio Ce­sare), que j’avais en­vie d’es­sayer, ne se­rait-ce que pour m’amu­ser. En re­gar­dant les par­ti­tions, la thé­ma­tique de la guerre et de la paix m’est im­mé­dia­te­ment ve­nue à l’es­prit, avec ses dif­fé­rentes nuances : le dé­sir de ven­geance, le be­soin d’être sou­la­gé, la joie à l’is­sue du conflit. Ne res­tait plus qu’à en­trer en stu­dio ! ont res­sur­gi, comme ce mor­ceau de Jom­mel­li, « Par che di giu­bi­lo », ou « Pren­di quel fer­ro, o bar­ba­ro ! », cette aria ahu­ris­sante ex­traite de l’an­dro­ma­ca de Leo­nar­do Leo, où la veuve d’hec­tor met Pyr­rhus au dé­fi de tuer son fils. Plus que de faire un choix entre une qua­ran­taine de pistes pos­sibles, j’avais en tête la né­ces­si­té de trou­ver un équi­libre entre la guerre et la paix, en ra­con­tant une his­toire qui les re­lie. Ma plus grande sur­prise a été la dé­cou­verte des pièces de Pur­cell, qui a beau­coup écrit sur ce thème. Elles sont un vé­ri­table baume dans ce pro­gramme. Je ne me pose pas la ques­tion en ces termes. Du­rant toute ma car­rière, j’ai chan­té le ré­per­toire ba­roque de la même ma­nière que le bel can­to plus tar­dif. Je ne mo­di­fie pas ma tech­nique ou mon ap­proche. Je consi­dère sim­ple­ment les exi­gences mu­si­cales de la par­ti­tion, du point de vue du style, du texte, et la voix suit. Si le per­son­nage, son his­toire et ses mo­ti­va­tions m’ap­pa­raissent clai­re­ment, les cou­leurs viennent d’elles-mêmes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.