ADMIRABLE RÉUS­SITE

OPERA MAGAZINE - - ÉVÉNEMENT -

L’acte III s’ouvre par le pre­mier bal­let écrit par Ver­di ; confié à Lu­cien Pe­ti­pa pour la cho­ré­gra­phie, il sa­cri­fie sans grande ori­gi­na­li­té au rite « mai­son ». Tout à l’in­verse des gé­niales an­ti­ci­pa­tions que laisse au­gu­rer la suite, à par­tir de l’an­dante pa­thé­tique de Gas­ton lan­cé à ses ac­cu­sa­teurs (« Oh mes amis, mes frères d’armes »), dont une ré­mi­nis­cence se­ra no­tée dans La for­za del des­ti­no. Théo­phile Gau­tier a rai­son de voir, dans cette scène « de la dé­gra­da­tion », une des plus belles pages dra­ma­tiques de la musique mo­derne. La prière de Gas­ton échouant à convaincre les che­va­liers, qui exigent son exé­cu­tion, tout s’or­ga­nise en­suite pour faire du fi­nale du III une admirable réus­site. Au­tour du sym­bole du heaume de ce pré­ten­du « traître », le gong si­nistre et les tam­bours ac­cu­sa­teurs, contre­poin­tés par le chant des pé­ni­tents et le la­men­to des femmes, en­serrent l’es­pace d’un cli­max étrei­gnant dont la strette du hé­ros, « Frap­pez, bour­reaux ! » dé­cuple l’ef­fet. La le­çon de Meyer­beer a vi­si­ble­ment por­té ses fruits, même si la ca­ba­lette éper­due d’hélène qui s’en­suit vient une fois en­core d’i Lom­bar­di.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.