VILLARROEL/MOMIROV ÉVÉ­NE­MENT

OPERA MAGAZINE - - ÉVÉNEMENT -

L’image sup­pléant aux in­évi­tables fai­blesses d’une nou­velle ver­sion ori­gi­nale, en­core han­di­ca­pée par une dis­tri­bu­tion étran­gère (à l’ex­cep­tion d’alain Fon­da­ry), al­lait-on res­ti­tuer à Jé­ru­sa­lem une part es­sen­tielle de sa vé­ri­té dra­ma­tique, avec le DVD fil­mé à Gênes, en 2000 ? C’était sans comp­ter avec la mise en scène du ci­néaste Er­man­no Ol­mi, certes flat­teuse au plan es­thé­tique, mais d’un confor­misme tou­chant à la pé­tri­fi­ca­tion. Dé­cors néo-mé­dié­vaux, cos­tumes cha­mar­rés conçus par Da­ni­lo Do­na­ti, sym­pho­nie de rouges écar­lates et de blan­cheur im­ma­cu­lée : ne manquent ici que la flamme et l’ima­gi­na­tion ca­pables d’ani­mer ces ta­bleaux et ces hé­ros pri­vés de chair et de sang. Les ex­traits du bal­let, ici res­ti­tués, frôlent, quant à eux, un cer­tain ri­di­cule. L’or­chestre gé­nois, in­trin­sè­que­ment pauvre, ne trouve en Michel Plas­son qu’un chef re­la­ti­ve­ment in­no­cent de ce ré­per­toire, condui­sant son em­bar­ca­tion jus­qu’au port, mais dans l’im­pos­si­bi­li­té de confé­rer à ses chan­teurs l’élo­quence vo­cale re­quise. Moins à la peine que Ma­ri­na Mescheriakova quand vient le mo­ment de ses deux ca­ba­lettes, gen­ti­ment ly­rique dans sa prière comme dans l’ex­pres­sion de son beau duo d’amour avec Gas­ton, la Chi­lienne Ve­ro­ni­ca Villarroel de­meure en re­trait des exi­gences d’hélène. Ce chant scolaire, cette jus­tesse à éclipses, cette ar­ti­cu­la­tion pa­res­seuse ne sont pas à la hau­teur de l’en­jeu. Da­van­tage néan­moins que la rus­ti­ci­té du té­nor bul­gare Ivan Momirov, dont la dic­tion « fran­çaise » et l’émis­sion im­pro­bable ne par­viennent à se po­li­cer que dans son grand air. Égale in­adé­qua­tion de Car­lo Co­lom­ba­ra au si­nistre Ro­ger, des plus im­per­son­nels, et dé­cep­tion avec le Comte d’alain Fon­da­ry, dé­sor­mais à bout de souffle et de timbre.

Avec ou sans le se­cours des images, Jé­ru­sa­lem en ver­sion ori­gi­nale at­tend en­core son heure, au stu­dio comme sur le vif. Sous bé­né­fice d’in­ven­taire des archives so­nores et vi­suelles pa­ri­siennes ou autres, il ne reste qu’à es­pé­rer le miracle d’une pro­duc­tion confiée à des ar­tistes fran­co­phones, de pré­fé­rence, et à un met­teur en scène ins­pi­ré mais res­pec­tueux des codes de l’opé­ra ver­dien, nour­ri des in­fluences de Meyer­beer. Faute de quoi, il fau­dra se conten­ter des beau­tés de la ver­sion trans­al­pine, exa­cer­bées par l’unique Gencer !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.