O

OPERA MAGAZINE - - COMPTES RENDUS -

n pou­vait se dou­ter que Kirs­ten Dehl­holm, qui avait dé­jà mon­té pour l a Mo n n a i e, e n j u i n 2 0 1 5 , u n e « Rach­ma­ni­nov Troi­ka » (en DVD chez Belair Clas­siques), pro­po­se­rait une Ma­da­ma But­ter­fly tout à fait ori­gi­nale. Elle prend ici le point de vue d’un fan­tôme, fi­gure tra­di­tion­nelle de l’ima­gi­naire ja­po­nais et, peut-être, ré­mi­nis­cence in­cons­ciente du pre­mier opé­ra de Puc­ci­ni, Le Villi, où la fian­cée tra­hie se change en Wi­li pour pour­suivre l’in­fi­dèle. Par sa mort vio­lente, Cio-cio-san a condam­né son es­prit à constam­ment res­sas­ser son his­toire. La so­pra­no, sous l’as­pect d’une vieille femme por­tant obi, est donc pla­cée sur le de­vant de la scène, d’abord cô­té jar­din, puis cô­té cour. C’est elle qui nous ra­conte l’in­trigue, telle qu’elle se dé­roule au se­cond plan, avec les chan­teurs in­car­nant cha­cun leur per­son­nage, à l’ex­cep­tion de ce­lui de la gei­sha, confié à une ma­rion­nette gran­deur na­ture, ac­tion­née à vue par trois ma­ni­pu­la­teurs, comme dans le bun­ra­ku. Si le dis­po­si­tif peine d’abord à convaincre, il des­sine peu à peu un double de­gré de nar­ra­tion, re­po­sant sur une mise à dis­tance de la pas­sion, qui n’en pa­raît que plus ar­dente dans son épure. On se sur­prend ain­si à trou­ver mille nuances d’ex­pres­sions hu­maines à cette fi­gure de por­ce­laine blanche, qui s’ex­prime par de simples ho­che­ments de tête ou mou­ve­ments du corps. Bien sûr, on peut s’ir­ri­ter de voir le choeur confi­né dans la fosse – so­lu­tion pro­blé­ma­tique pour l’ar­ri­vée de l’hé­roïne – et trou­ver cer­tains ef­fets un peu lourds, comme cette pluie de rouges-gorges morts, pro­vo­quée par le coup de ca­non du deuxième acte. On peut aus­si re­gret­ter que l’en­fant soit re­pré­sen­té par un gro­tesque bi­ben­dum en ma­ri­nière, gon­flant dé­me­su­ré­ment après le sep­pu­ku. En même temps, on ne peut s’em­pê­cher d’ad­mi­rer la beau­té de ta­bleaux sty­li­sés ren­dant sub­ti­le­ment hom­mage au Ja­pon, sans au­cun exo­tisme de carte pos­tale : un toit in-

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.