Londres

OPERA MAGAZINE - - EUROPE -

Plus que le Ko­mische Oper de Ber­lin, qui s’au­to­rise des li­ber­tés avec la langue al­le­mande, l’en­glish Na­tio­nal Ope­ra cultive la tra­di­tion : pro­po­ser des opé­ras en an­glais, qu’il s’agisse d’ou­vrages du ré­per­toire bri­tan­nique ou tra­duits en langue an­glaise (avec ce­pen­dant, pré­cau­tion utile, des sur­titles pro­jec­ted over the stage). C’est ain­si que The Bar­ber of Se­ville, dans la mise en scène sans surprise de Jo­na­than Miller, et The Mar­riage of Figaro, avec Ash­ley Riches (le Comte) et Lu­cy Crowe (la Com­tesse), font par­tie du pro­gramme. Outre ce dip­tyque consa­cré à Figaro, on pour­ra aus­si voir et en­tendre Aida en dé­but de sai­son, avec deux Am­ne­ris (dont Mi­chelle Deyoung) et deux Aida. La nouvelle mise en scène a été confiée à Phe­lim Mc­der­mott, dans la fou­lée de l’akh­na­ten, autre opé­ra égyp­tien, qu’il a pré­sen­té en no­vembre der­nier à Los An­geles. Mais comme Mc­der­mott aime la mu­sique de Phi­lipp Glass, L’ENO a eu la bonne idée de mettre à l’af­fiche cette sai­son Sa­tya­gra­ha, avec To­by Spence dans le rôle de Gand­hi (le spec­tacle est co­pro­duit avec le Me­tro­po­li­tan Ope­ra de New York). At­ten­tion, cet opé­ra est chan­té en sans­krit wi­thout sur­titles ! Ro­de­lin­da se­lon Ri­chard Jones (avec Re­bec­ca Evans dans le rôle-titre) et La Tra­via­ta (avec Clau­dia Boyle en Vio­let­ta, mais le titre est tel­le­ment cé­lèbre qu’on n’ose pas le tra­duire) font éga­le­ment par­tie de la sai­son, ain­si que deux opé­ras de Brit­ten : A Mid­sum­mer Night’s Dream, dans la mise en scène qui a fait la cé­lé­bri­té de Ro­bert Car­sen, et The Turn of the Screw, qui se­ra don­né dans le théâtre en plein air de Regent’s Park, au dé­but de l’été, sans que nous ayons de dé­tail sur la dis­tri­bu­tion. On n’ou­blie­ra pas Io­lanthe (non, il ne s’agit pas de la ver­sion an­glaise de Io­lan­ta mais de la brillante co­mé­die de Gil­bert et Sul­li­van), et on gar­de­ra pour la fin la créa­tion, en no­vembre, de Mar­nie de Nico Muh­ly qui, après Two Boys en 2011, donne de nou­veau à L’ENO la pri­meur de l’un de ses opé­ras. L’his­toire d’une jeune fille, Mar­nie (chan­tée par Sa­sha Cooke), qui, dans les an­nées 50, dé­tourne l’argent de ses em­ployeurs et joue avec son iden­ti­té.

Lu­lu ? Homme, sweet homme

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.