Le ver de sable et les bonnes as­tuces

Le ver de sable, aus­si ap­pe­lé ver mi­racle ou cor­delle est un pi­lier des pêches de la moi­tié sud de la France. Cet ap­pât est d’une fra­gi­li­té ex­trême, et son uti­li­sa­tion im­pose cer­taines pra­tiques à connaître.

Pêche en Mer - - SOMMAIRE - Texte et photos de De­nis Mou­ri­zard

L e ver de sable est un ver acide. Il dé­gage une forte odeur et dis­perse ses sucs dans l’eau de fa­çon conti­nue. Il est l’un des meilleurs ap­pâts (si­non le meilleur) pour la dau­rade ou le mar­bré, mais il peut aus­si prendre du bar et de nom­breuses autres es­pèces. La meilleure fa­çon de le pré­sen­ter est in­con­tes­ta­ble­ment sous sa forme na­tu­relle. Pour ce­la, il faut de pré­fé­rence uti­li­ser les vers « en­tiers » et non cou­pés. C’est au mo­ment du ra­mas­sage que l’on peut faire en sorte de ré­col­ter les meilleurs vers pos­sible. La pelle est bien pour les zones dif­fi­ciles d’ac­cès, mais chaque fois que l’on en a la pos­si­bi­li­té, ra­mas­ser ses vers à la main est pré­fé­rable. On a beau­coup moins de dé­chets, les vers res­tent plus fa­ci­le­ment en­tiers à condi­tion de les dé­bal­ler avec pré­cau­tion. L’im­por­tant est de les sor­tir sans sou­le­ver le sable bru­ta­le­ment.

Les par­ti­cules de sable aident à le main­te­nir fer­me­ment, évi­tant qu’il ne glisse entre les doigts.

Un ver en­tier se monte à l’ai­guille. Une ai­guille in­ox fine et creuse est idéale. Pour des ques­tions de pra­tique, on commence par po­ser le ver sur le sable. Les par­ti­cules de sable aident à le main­te­nir fer­me­ment, évi­tant qu’il ne glisse entre les doigts. On sai­sit fer­me­ment la tête entre deux doigts pour le faire glis­ser sur l’ai­guille. Une fois la tête pas­sée, on sus­pend le ver et on des­cend l’ai­guille len­te­ment. Pour l’es­chage, il faut bien évi­dem­ment un mon­tage adap­té à ce type d’ap­pât, très fin et très fra­gile. Le mon­tage d’ha­me­çon dit « mé­di­ter­ra­néen » est idéal car le pe­tit brin de fil que l’on coupe à l’is­sue de la réa­li­sa­tion est si­tué vers l’ar­rière, donc dans le sens de l’es­chage. La queue est pas­sée en pre­mier, la tête ter­mi­nant sur la pointe de l’ha­me­çon. No­tez qu’il est par­fois né­ces­saire de di­mi­nuer la lon­gueur de ver pré­sen­tée aux pois­sons. Plus les chairs sont longues, plus on a de risques que le pois­son prenne le fil et non l’ha­me­çon. Si les touches ne conduisent pas à des prises ré­gu­lières, il faut pen­ser à ce pro­blème et ré­duire la quan­ti­té de ver sur le bas de ligne. Dans ce cas, on peut prendre les vers cou­pés ou les mor­ceaux pour consti­tuer les doses adé­quates et conser­ver les en­tiers pour plus tard. No­tez que même les mor­ceaux (sans tête ni queue) doivent être mon­tés dans le sens des an­neaux,c’est-à- dire en­fi­lés par le « cô­té de la tête ». Si vous es­sayez de mon­ter le ver dans l’autre sens il va se cou­per iné­vi­ta­ble­ment.Il est à pré­sent im­por­tant de don­ner quelques pré­ci­sions quant à la conser­va­tion de ces vers « mi­racles ». Lors du ra­mas­sage, on ne peut évi­ter de ré­col­ter des vers en­tiers, mais aus­si des mor­ceaux. Dans l’idéal, il faut sé­pa­rer les vers en­tiers, des vers cou­pés. Les vers cou­pés sont éga­le­ment sé­pa­rés, ceux pos­sé­dant la tête d’un cô­té, les mor­ceaux de l’autre. Le sang de ces vers teinte ra­pi­de­ment l’eau et l’aci­di­té des sucs fait ra­pi­de­ment tour­ner l’eau et tout ce qu’elle contient. Pour tous les vers cou­pés, il faut re­nou­ve­ler l’eau très sou­vent, et la main­te­nir fraîche. Uti­li­sez d’abord les mor­ceaux, puis les têtes cou­pées et ré­ser­vez les vers en­tiers pour les « grandes oc­ca­sions », comme par exemple un lan­cer à longue dis­tance qui exige des esches ré­sis­tantes.

Le ver de sable est un ai­mant à pois­sons, dif­fi­cile de s’en pas­ser en Mé­di­ter­ra­née.

Il n’est pas im­pos­sible, mais très rare de prendre un mar­bré avec un autre ap­pât que le ver de sable.

Le mon­tage du ver de sable à l’ai­guille ap­pelle à prendre cer­taines pré­cau­tions en rai­son de sa fra­gi­li­té. Il faut mettre l’ai­guille sous ten­sion pour pou­voir re­mon­ter le ver sur l’ha­me­çon.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.