Can­dy Shrimp : La carte Spa­ri­dés de Fiiish

Pe­tit der­nier de la four­née de tri­plés de Fiiish en 2018, ce leurre imi­ta­tion cre­vette sé­duit tout au­tant qu’il in­trigue. La ré­dac­tion a pro­fi­té de la sé­che­resse bre­tonne de cet été pour le mettre à l’épreuve et voir qu’est-ce “Can­dy” le pois­son.

Pêche en Mer - - SOMMAIRE - Texte et photos Be­noît Si­mon

Tan­dis que la fo­lie du Te­nya s’em­pare de la côte At­lan­tique, l’en­seigne Fiiish ar­rive cette sai­son avec une al­ter­na­tive à cette tech­nique à tra­vers son nou­veau re­je­ton, le Can­dy Shrimp, tra­dui­sez “la cre­vette bon­bon”. Or, si chaque leurre de Fiiish est at­ten­du par les pê­cheurs comme les ci­néastes attendent un film de Ta­ran­ti­no, ce­lui-ci ouvre une nou­velle page dans l’his­toire de la marque puis­qu’il s’agit de leur pre­mier leurre à imi­ta­tion crus­ta­cé. « Ça fai­sait plu­sieurs an­nées que l’on tra­vaillait sur le concept d’un pro­duit cre­vette » confie Jay de l’équipe Fiiish pré­ci­sant que la conco­mi­tance tem­po­relle entre son leurre et la tech­nique du Te­nya est le fruit du ha­sard. Les en­jeux sont donc doubles pour la marque : la né­ces­si­té de res­ter à la hau­teur de la ré­pu­ta­tion des pré­dé­ces­seurs tout en ou­vrant une voie sur un nou­veau concept.

Fiiish : du souple au dur

Bien adap­ter son gram mage au cou­rant est ici plus qu’ ailleurs cru­cial: rendre une imi­ta­tion cre­vette réa­liste dans sa nage de­mande un équi­libre poids, cou­rant, ani­ma­tion dé­li­cat.

L’in­ver­té­bré ben­thique est une frian­dise très ap­pré­ciée par de nom­breuses es­pèces et no­tam­ment les Spa­ri­dés. Et c’est par­ti­cu­liè­re­ment à cette fa­mille que se des­tine le Can­dy Shrimp. « Dans un contexte mo­rose dû à l’in­ter­dic­tion de pré­lè­ve­ment du bar on a ten­dance à res­ter fo­ca­li­sé sur cette es­pèce. Pour­tant les Spa­ri­dés sont de grands com­bat­tants. Le pagre, par exemple, est une es­pèce for­mi­dable, il est l’une des cibles pri­vi­lé­giées du Can­dy, mais le gri­set et la dau­rade rose sont

éga­le­ment vi­sés » nous ex­plique Jay tout en res­tant alerte sur la né­ces­si­té de ne pas ame­ner ces es­pèces vers le même des­tin que le mal­heu­reux La­brax. A la vo­lon­té de cher­cher d’autres pois­sons, il faut ajou­ter celle de se concen­trer sur du leurre dur après plu­sieurs an­nées de dé­ve­lop­pe­ment de leurres souples, à qui l’on re­pro­chait une cer­taine fra­gi­li­té. « On avait dé­jà ou­vert le bal il y a deux ans avec le Po­werTail c’est donc plus une confir­ma­tion. »

La clé de la réus­site : la len­teur

Cô­té tech­nique, le Can­dy Shrimp a été conçu avec des rai­nures sur son ventre et une forme lui confé- rant une nage on­du­lante sur son axe lon­gi­tu­di­nale. L’ef­fi­ca­ci­té de ce mou­ve­ment dé­pen­dra di­rec­te­ment de votre ani­ma­tion et di­sons le tout de suite, elle doit être mi­ni­ma­liste. Mais mi­ni­ma­liste ne veut pas dire simple dans le sens de son ap­pli­ca­tion. En ef­fet, il faut évi­ter tout geste brusque, l’ani­mer tran­quille­ment, en dou­ceur. Les ti­rées sont plu­tôt des ac­com­pa­gne­ments et la len­teur doit être le leit­mo­tiv de votre stra­té­gie. Tout l’in­té­rêt est ici de le faire pla­ner et donc d’imi­ter au mieux la cre­vette tout en of­frant ce pe­tit plus qu’est l’on­du­la­tion. A ce­la s’ajoute la né­ces­si­té de trou­ver le bon com­pro­mis entre gram­mage et condi­tions de mer en gar­dant à l’es­prit que l’on ne cherche pas à res­sem­bler à un pois­son mais à un crus­ta­cé et l'on de­vra donc don­ner l’im­pres­sion d’être en­core plus lé­ger dans l’eau. Ce leurre mé­ri­te­rait, dans le

fu­tur, de dis­po­ser d’autres poids puis­qu’il est au­jourd’hui dé­cli­né en 30, 60 et 90 g.

Du bord au large

Uti­li­sable aus­si bien du bord qu’au large, en dé­rive qu’en eaux dor­mantes, on pour­rait sché­ma­ti­ser les ani­ma­tions à em­ployer de cette ma­nière : à la côte, dans des zones de faible cou­rant, ra­me­nerle tran­quille­ment en li­néaire avec quelques dé­col­lages du fond oc­ca­sion­nels en conser­vant le contact lors de la des­cente puisque c’est sou­vent à ce mo­ment que ça tape. En ba­teau, pré­fé­rez la « se­mi trac­tion » à sa­voir de douces mon­tées et des­centes avec un re­tour sur le fond à chaque élé­va­tion de canne.

Pour quels postes ?

Le leurre tra­vaille sur le fond et doit suivre les re­liefs pré­sents sous l’eau, il est donc conseillé de pê­cher les zones plates avec quelques ri­dens, des pe­tits ro­chers, les zones sa­bleuses ou de pros­pec­ter entre les cailloux. Les têtes de roche s’avè­re­ront plus tech­niques et se­ront ré­ser­vées aux pra­ti­quants aver­tis.

L’ins­pec­teur gad­get

Etant don­né les contraintes liées à sa zone d’évo­lu­tion et aux es­pèces re­cher­chées, les concep­teurs Fiiish ont in­té­gré plu­sieurs as­tuces. Tout d’abord pour pal­lier aux touches de fond. Les deux an­tennes pré-

As a nage na­tu­rel­le­ment on­du­lante, vous de­vrez lui ajou­ter une ani­ma­tion mi­ni­ma­liste avec pour leit­mo­tiv la len­teur afin de le­ren­dre­pla­nant.

sentes sur l’ha­me­çon ne servent pas qu’au tea­sing mais ont aus­si le rôle d’an­ti-ac­croc. En­suite pal­lier au manque de lu­mière. Un ef­fet glow, c’est-à-dire pho­spo­res­cent, ou UV a été dé­ve­lop­pé afin d’aug­men­ter la vi­si­bi­li­té. En­fin, le cro­chet est conti­nuel­le­ment pré­sen­té vers le haut pour op­ti­mi­ser le ré­sul­tat lors de l’at­taque de ces pois­sons ta­tillons.

Un leurre mul­ti-es­pèces

Lors de notre sor­tie nous avons pu consta­ter que sa sim­pli­ci­té d’ani­ma­tion était com­pen­sée par un be­soin de concen­tra­tion très im­por­tant. Une vi­gi­lance d’au­tant plus im­por­tante que les pagres et autres gri­sets re­cra­che­ront très vite ce bout de plomb au jo­li de­si­gn. C’est le prix à payer pour avoir le luxe de ve­nir à la pêche sans un seau rem­pli de cre­vette con­trai­re­ment au Te­nya. Mais la prin­ci­pale ca­rac­té­ris­tique de ce leurre reste tou­te­fois les sur­prises qu’il peut ap­por­ter. En ef­fet, c’est un vé­ri­table at­tra­pe­tout. Tour à tour, sur un après-mi­di de pêche dans la rade de Brest, nous avons pris du ma­que­reau, du chin­chard, man­qué un saint­pierre, ta­pé un beau bar maillé, pris plu­sieurs pagres et même un lieu. Au fi­nal, un leurre plus tech­nique qu’il n’y pa­raît mais qui se ré­vèle plai­sant et po­ly­va­lent dès qu'on a pris le coup de main.

En dé­rive, don­nez quelques lé­gères trac­tions avec dou­ceur, en gar­dant contact lors de la des­cente sur le fond.

Ma­que­reaux, bars, pagres et lieus, c'est ce que le Can­dy au­ra of­fert sur un après-mi­di de pêche.

Sur­prise, un jo­li bar maillé est ve­nu ta­per !

Double em­ploi pour les an­tennes : tea­sing/réa­lisme et pro­tec­tion des ha­me­çons pour un leurre qui pro­gresse gé­né­ra­le­ment sur le fond.

Les rai­nures sur le ventre du Can­dy le rendent plus at­trac­tif.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.