Ca­ni­cule mais fort vent d’est

Pêche en Mer - - BAROMÈTRE DES CÔTES - De notre cor­res­pon­dant Max Pon­roy

Ce fut sans doute le mois de juillet le plus en­so­leillé de­puis le dé­but du siècle. Ce fut aus­si un mois peu pri­sé par les tou­ristes, ce qui est un pa­ra­doxe. La Coupe du Monde de foot­ball qui a re­te­nu les sup­por­ters jus­qu’au bout de­vant le pe­tit écran, les in­cer­ti­tudes éco­no­miques ont fait que la fré­quen­ta­tion au­ra été en baisse de ma­nière as­sez sen­sible. Qui dit moins de monde sur la terre sous-en­tend qu’il y en au­ra eu moins sur l’eau, sur­tout si les rai­sons éco­no­miques sont un des fac­teurs es­sen­tiels pour ex­pli­quer ce phé­no­mène. La pra­tique du ba­teau as­so­ciée à celle de la pêche est oné­reuse. Beau temps ne si­gni­fie pas pour au­tant mer belle. Il y eut beau­coup de vent d’est, ce der­nier s’ex­pri­mant l’après-mi­di. Mieux va­lait se le­ver tôt pour pra­ti­quer son loi­sir. Du pois­son, il y en eut. Les an­nées se suivent et se res­semblent. Les gri­sets se sont his­sés sur la plus haute marche du po­dium mais ce n’est pas une sur­prise. Les pagres ont, par contre, été un peu moins nom­breux que par le pas­sé tout comme les dau­rades roses. Pour les ap­pâts, au­cun pro­blème. Il suf­fi­sait de trem­per dans l’eau un train de plumes et vous mon­tiez à bord des ma­que­reaux es­pa­gnols, plus gros que les ma­que­reaux tra­di­tion­nels et à la chair moins goû­tée. En re­vanche, qu’ils soient pré­sen­tés fraî­che­ment dé­cou­pés sous forme de gueu­lin sur les traî­nards ou en «apé­ri­cube» sur une ligne de type pa­lan­grotte, ce sont des ap­pâts re­dou­tables. Il fal­lait, tou­te­fois, être bien po­si­tion­né. Si le ba­teau était trop près d’un ac­core ou d’une épave, vous étiez agres­sé en per­ma­nence par les ta­cauds. Voi­là au moins une es­pèce qui n’est pas en voie de dis­pa­ri­tion. Les raies ont été aus­si très pré­sentes au mois de juillet. C’est une ex­cel­lente nou­velle. Elles pre­naient leur quar­tier d’été le long des pentes qui bordent le phare du plateau de la Banche. Quelques bo­nites ont éga­le­ment été his­sées à bord, le plus sou­vent par les ama­teurs de pêche à la traîne, en par­ti­cu­lier le long de la Côte Sau­vage qui va du Pou­li­guen au Croi­sic et sur le plateau de la Lam­barde. Du bord quelques jo­lis bars au­ront été mis au sec, mais il fal­lait, là en­core, se le­ver tôt car en cette pé­riode de ca­ni­cule plages et ro­chers qui les bordent étaient très vite en­va­his. Bien en­ten­du il fut aus­si ques­tion de thons. Mais peu d’in­for­ma­tions filtrent. Le su­jet est tou­jours un peu ta­bou. On en sau­ra for­cé­ment un peu plus à l’oc­ca­sion des deux concours dont l’un, le cham­pion­nat de France Big Game, se se­ra dé­rou­lé du 14 au 18 août et le deuxième, la «Ton-Thon Cup» qui se dis­pu­te­ra du 23 au 26 août éga­le­ment au dé­part du port de Por­ni­chet. Les ama­teurs de surf­cas­ting, quant à eux, vont re­trou­ver pro­chai­ne­ment leur épreuve fa­vo­rite, les 16 heures du Surf-Cas­ting Tur­bal­lais qui se dé­rou­le­ra cette an­née les 29 et 30 sep­tembre par équipes de trois pê­cheurs qui ten­te­ront de s’em­pa­rer des 1800 eu­ros en bons d’achat pro­mis aux lau­réats. 300 pê­cheurs sont at­ten­dus. Ren­sei­gne­ments et ins­crip­tions sur www.surf­cas­ting­club­tur­bal­lais.com ou au­près de Jean-Marc Mo­rel au 06 42 71 75 60.

Les 16 heures de La Tur­balle de­vraient faire le plein.

Les ta­cauds de juillet ont ap­pré­cié les plumes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.