Ouais, c’est pas mal !

Pêche en Mer - - BAROMÈTRE DES CÔTES - De notre cor­res­pon­dant Gilles Pi­gnoges

Alors je ne sais pas trop si c’est l’ef­fet Coupe du Monde de foot­ball mais ce­la fait bien long­temps que je n’ai pas vu aus­si peu de monde dans le sec­teur pour un mois de juillet. Sur­pre­nant ! Ça au­ra au moins l’avan­tage d’avoir de la place sur l’eau. Le vent du nord pré­sent tous les jours calme l’ar­deur de beau­coup d’entre nous. Clai­re­ment, une fois éta­bli, le plan d’eau de­vient qua­si im­pra­ti­cable et on a plus en­vie de se ca­ler sur la plage que d’af­fron­ter un cla­pot épou­van­table. Mal­gré ce­la, en étant un peu ma­ti­nal, on ar­rive tant bien que mal à trou­ver quelques pois­sons de sai­son. Bars et maigres avec quelques beaux spé­ci­mens ( dont un de plus de 40 kg). Les royales s’en­gagent de plus en plus pro­fon­dé­ment sur des zones qua­si im­pra­ti­cables du Bas­sin, elles sont là pour se goin­frer ! Les thons sont tou­jours très éloi­gnés de nos côtes alors que nous at­ta­quons le mois d’août. Les blancs sont en­core sur les 3°.45, soit le bout du monde. Les bancs d’an­chois qui se sont rap­pro­chés très vite en tout dé­but de sai­son, se sont ra­pi­de­ment éloi­gnés jus­qu’à être qua­si in­ac­ces­sibles. En re­vanche, et ça c’est la bonne nou­velle, si on ou­blie le vent, il y a moyen de trou­ver quelques chasses de rouges à par­tir des 1°57. Du pois­son ex­trê­me­ment mor­deur avec une at­ti­tude de chasse que je n’avais ja­mais ob­ser­vée au­pa­ra­vant. De pe­tites chasses ci­blées par des « sif­flets » qui jumpent pour les­quels on ne porte pas at­ten­tion d’or­di­naire, mais sous ces pois­sons, on trouve une ac­ti­vi­té de thons en pe­tits groupes, bien plus gros, qui se dé­placent très len­te­ment et qui res­tent à proxi­mi­té de ba­teaux sans trop stres­ser. Comme ex­pli­ca­tion, je di­rais qu’ils meurent de faim en ce mo­ment par manque de four­rage, et qu’ils ne sont pas en­core édu­qués au bruit des mo­teurs. Il de­vient ex­trê­me­ment fa­cile de tou­cher un maxi­mum de pois­sons entre 5 et 25 kg. Je conseille donc d’équi­per vos leurres d’ha­me­çons simples, de dé­cro­cher tous vos pois­sons sans les sor­tir de l’eau afin de ne pas leur in­fli­ger un stress sup­plé­men­taire et sur­tout de ne pas uti­li­ser du ma­tos trop light pour ne pas les noyer ! Alors certes, on a plus de sen­sa­tions en s’équi­pant de cannes de 30 à 50 lbs, sauf qu’on y passe beau­coup plus de temps et qu’à la sor­tie le pois­son meurt. Ce­la reste des conseils...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.