Le raccord ar­ti­cu­lé entre deux Ny­lons

Pêche en Mer - - SOMMAIRE - Texte & pho­tos de Ju­lien De­ro­zier

Cet abou­te­ment est sur­tout des­ti­né aux pêches à l’ap­pât ou en traîne, où l’on doit lais­ser le plus de li­ber­té pos­sible à un vif par exemple. Si c’est d’ailleurs plus une as­tuce qu’un noeud, lorsque les pois­sons sont dif­fi­ciles, ce­la per­met de faire sou­vent la dif­fé­rence. C’est aus­si une oc­ca­sion d’ac­cro­cher un bas de ligne avec un ap­pât sans pas­ser par un éter­nel éme­rillon. Je le fais sou­vent au bout de ma canne à lan­cer, lorsque je veux m’ac­cor­der quelques dé­rives. Dans les eaux claires du Pa­ci­fique ou de l’océan In­dien, ce genre de dé­tail prime…

Plus le tube se rap­proche de la sec­tion exacte du ny­lon, plus fa­cile se­ra l’exé­cu­tion du noeud. Le dia­mètre du tube doit être pro­por­tion­né à la gros­seur du ny­lon.

Pre­nez deux ny­lons, peu im­porte qu’ils soient ou non du même dia­mètre.

Une fois la spire en place, pré­pa­rez-en une autre qui va ve­nir s’ali­gner der­rière celle-ci et re­ve­nez en di­rec­tion de l’in­té­rieur de la boucle.

For­mez une boucle et pla­cez le tube à la base de cette boucle. Faites bien at­ten­tion à lais­ser un bout ex­cé­den­taire, 30 cm en­vi­ron, pour la bonne réa­li­sa­tion de ce noeud.

La deuxième spire est for­mée, ali­gnez-en quatre ou cinq autres. Plus ces spires se­ront ser­rées, plus la suite se­ra fa­cile.

Exé­cu­tez une pre­mière spire tout en main­te­nant bien d’une main ferme l’en­semble des com­po­sants.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.