Dé­cou­vrez les spé­cia­li­tés du Mor­bi­han

(Parce qu’il n’y a pas que les crêpes en Bre­tagne !)

Papilles - - LA UNE - Par Ma­ga­li Kunst­mann-Pel­chat

Vannes, La ville mé­dié­vale ne manque pas de char­mantes ba­lades à faire. À com­men­cer par la dé­cou­verte de son mar­ché les mer­cre­dis et sa­me­dis ma­tins, place des Lices, en plein coeur de la ville in­tra-mu­ros. De la gare, on y ac­cède en tra­ver­sant le quar­tier le plus an­cien de la ville, Saint-Pa­tern, si­tué à l’em­pla­ce­ment de la ci­té ro­maine. En flâ­nant, on dé­couvre ain­si des rues aux noms évo­ca­teurs des an­ciennes ac­ti­vi­tés du Moyen Âge et dont les mai­sons à pans de bois té­moignent en­core de ce pas­sé : rue du Four, rue de la Tan­ne­rie, rue de la Fon­taine... Le soir, on ne man­que­ra pas d’y prendre un verre et dî­ner dans une crê­pe­rie. Pour l’heure, on pour­suit son che­min, le mar­ché nous at­tend. Au­tour de la ca­thé­drale SaintPierre et du mu­sée des Beaux-Arts, qui abri­tait au­tre­fois la « co­hue » (mar­ché, en bre­ton), les fa­çades co­lo­rées rythment joyeu­se­ment l’ali­gne­ment des bâ­ti­ments. À deux pas de là, les étals des ma­raî­chers et autres vo­laillers ont rem­pla­cé les tour­nois qui ani­maient la place des Lices au Moyen Âge. On en pro­fite pour ad­mi­rer les hô­tels par­ti­cu­liers qui bordent les lieux. Un peu plus bas, au pied de la porte Saint-Vincent, la halle aux pois­sons est un pas­sage incontournable de tous Van­ne­tais. On y trouve des pro­duits de la mer en pro­ve­nance di­recte des pê­cheurs du golfe, comme le bar de ligne, la sole, la pa­lourde grise et l’huître qui fut long­temps ex­por­tée à Ma­rennes afin de la faire ver­dir, avant le dé­ve­lop­pe­ment des parcs os­tréi­coles lo­caux pen­dant le der­nier quart du XIXe siècle.

Dé­jeu­ner les pieds dans l’eau

L’heure du dé­jeu­ner ap­proche. Di­rec­tion la rue des Halles et ses alen­tours, où l’on se ré­gale d’une crème de chou-fleur, d’une

soupe de pois­son, d’une sa­lade à l’an­douille de Gué­mé­né, de saint-jacques et d’ar­ti­chauts, du tra­di­tion­nel « kig ha farz » ou d’un bar grillé et, pour fi­nir, d’un sa­blé bre­ton, pomme confite au ca­ra­mel au beurre sa­lé. Les pieds dans l’eau, on peut aus­si dé­gus­ter un pla­teau de fruits de mer dans l’un des ca­fés du port ou sur la pres­qu’île de Con­leau, la seule plage de la ville. C’est aus­si l’em­bar­ca­dère pour l’île d’Arz où l’on pose pied après 20 mi­nutes de tra­ver­sée. Sans trop de re­lief, cette langue de terre sau­vage est par­faite pour une ba­lade di­ges­tive jus­qu’au mou­lin à ma­rée de la pointe de Ber­no, avant de re­prendre le che­min de Vannes pour la soi­rée.

De bon ma­tin, di­rec­tion la pres­qu’île de Rhuys. Loin de l’agi­ta­tion de la ville, ce bras de terre forme, au sud du golfe, un pa­tri­moine na­tu­rel su­perbe où les pay­sages ma­rins se mêlent à la cam­pagne en­vi­ron­nante.

Es­cale sau­vage… et gour­mande

Pre­mière halte à la Ré­serve na­tu­relle des ma­rais de Sé­né, un es­pace re­mar­quable pour sa bio­di­ver­si­té. Avec l’aide pré­cieuse des ani­ma­teurs pos­tés dans des ob­ser­va­toires, on dé­couvre à la lon­gue­vue des oi­seaux (plus de 200 es­pèces), des pa­pillons mul­ti­co­lores, des in­sectes éton­nants ou en­core des plantes des ma­rais. Dé­pay­se­ment ga­ran­ti ! En pour­sui­vant le che­min cô­tier jus­qu’au Hé­zo, on ne manque pas la Mai­son du cidre, où la fa­mille Ni­col, ci­drier de­puis trois gé­né­ra­tions, nous fait dé­cou­vrir la reine des pom­miers à cidre du golfe, la guille­vic, et la fa­bri­ca­tion com­plète du doux breu­vage. Au pro­gramme, ruche vi­trée vi­vante, ver­ger conser­va­toire, pres­soirs, alam­bics, par­cours lu­dique pour les en­fants et dé­gus­ta­tion de cidre fer­mier dont le Royal Guille­vic La­bel Rouge et jus de pomme. On com­plète la col­la­tion à la bis­cui­te­rie des Vé­nètes de Saint-Ar­mel qui fa­brique de ma­nière ar­ti­sa­nale gâ­teaux et sa­blés bre­tons, koui­gn-amann… De quoi rem­plir ses va­lises. Cap au sud, pour pour­suivre l’es­ca­pade gour­mande, di­rec­tion les Vi­viers de Ba­nas­tère au Tour-du-Parc. Dans ce chan­tier os­tréi­cole ty­pique de la ri­vière de Pé­nerf, on vend et on dé­guste sur place fruits de mer et pois­sons tout frais pê­chés, pré­pa­rés de­vant soi et ser­vis avec convi­via­li­té. À table, on dis­cute mé­téo, ma­rées, re­cettes, pe­tits vins, tours de main, éle­vage et va­rié­tés d’huître. Une adresse, un brin se­crète ; un en­droit au bout du monde, bé­né­fi­ciant d’une vue im­pre­nable sur la mer. Re­quin­qué, on re­prend la route vers Sar­zeau et son châ­teau de Sus­ci­nio. En fin d’après-mi­di, non loin de là, à La Ferme fro­ma­gère, Isa­belle et Gur­van Bour­vel­lec s’ac­tivent pour la traite des vaches. Une belle oc­ca­sion d’y par­ti­ci­per et de vi­si­ter la ferme. Le ma­tin, on peut as­sis­ter à la fa­bri­ca­tion de leur tome de Rhuys, mé­daille d’ar­gent au concours agri­cole 2009. On en pro­fite pour faire un tour à la bou­tique pour ne pas re­par­tir les mains vides.

À l’ex­tré­mi­té, Port-Na­va­lo

Si Port-Na­va­lo a un charme in­dé­niable, c’est à bord d’une ré­plique de lan­gous­tier que l’on passe la troi­sième jour­née. L’ar­ma­teur du « Krog e Barz », Jé­rôme Suille­rot, nous fait par­ti­ci­per aux ma­noeuvres du voi­lier. À peine sor­ti du port, on barre, on en­voie la grand-voile... et avec un peu de chance, on peut même traî­ner une ligne et ta­qui­ner le ma­que­reau. La jour­née ter­mi­née, il est temps de ren­trer à Vannes... À moins que l’on pro­longe sa route vers Loc­ma­ria­quer, à un ki­lo­mètre de l’autre cô­té du golfe par voie ma­ri­time, puis vers Qui­be­ron. Mais, là c’est une autre his­toire…

1 Vannes et ses rem­parts. 2 Le thon rouge, star du mar­ché aux pois­sons de Vannes. 3 Peut-on trou­ver plus em­blé­ma­tique que les pa­lets bre­tons ? À dé­gus­ter à l’heure du goû­ter ou à cui­si­ner... 4 Le mou­lin de Ber­no, un mou­lin à ma­rée sur l’île d’Arz. 5 La plage sur la pres­qu’île de Con­leau. 6 À ma­rée basse, il suf­fit de grat­ter le sable pour trou­ver de belles pa­lourdes. 7 En­seigne du XVIe siècle, à Vannes, re­pré­sen­tant les pro­prié­taires.

1 Une bo­lée de cidre (brut de pré­fé­rence !). 2 Notre-Da­mede-la -Côte, sur la pres­qu’île de Rhuys. 3 Les ruelles fleu­ries de l’île d’Houat 4 Port-Na­va­lo. 5 Le châ­teau de Sus­ci­nio. 6 Les huîtres, ado­rées pour leur fraî­cheur et leur fort goût io­dé. 7 Le « Krog e Barz », lan­gous­tier clas­sé au Pa­tri­moine ma­ri­time.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.