1-2 ans

Elle ne dit pas en­core ma­man

Parents - - Sommaire - ÉLO­DIE CHERMANN

De­puis que Gabin a pro­non­cé son pre­mier mot, vous tra­quez le moindre son qui sort de sa bouche, mais vous de­vez vous rendre à l’évidence: à bien­tôt 2 ans, il ne dit tou­jours pas ma­man. Vous avez beau lui dire et lui ré­pé­ter « Ma­man, ma-man, moi, c’est ma-man », il n’y a rien à faire. Ça ne vient pas. Comme il est le seul dans ce cas-là à la halte-gar­de­rie, for­cé­ment, vous vous de­man­dez si c’est nor­mal ou s’il y a un pro­blème.

Pas de sus­cep­ti­bi­li­té !

« On a tel­le­ment ten­dance à mettre dans la tête des pa­rents des sché­mas pré­cis de dé­ve­lop­pe­ment que l’on pro­voque tout de suite de l’an­xié­té chez eux quand leur bam­bin ne rentre pas com­plè­te­ment dans les cases», constate Pa­tri­cia Cha­lon, pré­si­dente de l’as­so­cia­tion En­fance ma­jus­cule et au­teur de “Les peurs de l’en­fant, com­prendre et ras­su­rer” (éd. Ey­rolles). Pour­tant, la psy­cho­logue et psy­cho­thé­ra­peute l’as­sure: « Dès lors que votre pe­tit mange très bien et ne pré­sente au­cun trouble de l’ora­li­té, il n’y a pas ma­tière à s’in­quié­ter outre me­sure.» Pre­nez quand même ren­dez-vous avec votre pé­diatre pour vé­ri­fier qu’il n’a pas un trouble au­di­tif. Il en­tend par­fai­te­ment ? Alors pre­nez votre mal en pa­tience. C’est en ef­fet souvent avec le mot “pa­pa” que l’en­fant fait son en­trée dans le lan­gage bi­syl­la­bique, “ma­man” ar­ri­vant par­fois beau­coup plus tard. Inu­tile donc de vous au­to­fla­gel­ler! Ce­la ne si­gni­fie pas que vous êtes une mau­vaise mère ou qu’il ne vous aime pas. Sim­ple­ment, c’est plus fa­cile pour lui à pro­non­cer. « Par­fois, il peut aus­si élu­der le mot ma­man parce qu’il passe toutes ses jour­nées avec elle à la mai­son et n’a donc pas be­soin de la nom­mer », ex­plique aus­si le Dr Ra­fi Ko­jayan, pé­do-psy­chiatre à Mont­pel­lier.

De la ja­lou­sie dans l’air ?

Ça peut être le cas si la ma­man a pris un congé pa­ren­tal longue du­rée. Mais si le phé­no­mène per­dure après son en­trée en crèche ou chez la nou­nou alors que là, le bé­bé au­ra be­soin de nom­mer sa mère, il faut peut-être cher­cher une cause d’ordre psy­cho­lo­gique. Si vous êtes de nou­veau en­ceinte, par exemple, il est pos­sible que votre “grand” boude par ja­lou­sie. « Il ar­rive aus­si que le père ait du mal à po­ser des li­mites », constate le spé­cia­liste. Très pré­sent, il prend votre place au che­vet de la bai­gnoire dès que votre bé­bé se met à ré­pé­ter “pa­pa” dans son bain et ré­pond à toutes ses sol­li­ci­ta­tions au lieu d’être so­li­daire de votre po­si­tion ma­ter­nelle? Al­ler consul­ter en­semble un thé­ra­peute pour­ra alors vous ai­der à com­prendre com­ment vous avez cha­cun construit le lien avec votre en­fant et à trou­ver des so­lu­tions pour que cha­cun ait sa place. « La plu­part du temps, le re­jet se pro­duit uni­que­ment en pré­sence des deux pa­rents », sou­ligne le Dr Ko­jayan. « Il suf­fit alors par­fois sim­ple­ment de mettre en place des mo­ments in­di­vi­dua­li­sés avec l’en­fant pour dé­blo­quer la si­tua­tion : lais­ser la mère s’oc­cu­per seule du bé­bé une soi­rée ou un week-end, par exemple. »

lVous at­ten­dez son pre­mier “Ma­man !” avec im­pa­tience, mais ce mot ma­gique tarde à ve­nir. Pas de pa­nique ! D’au­tant qu’il dit dé­jà “pa­pa” ?

« Sa­rah di­sait dé­jà pa­pa de­puis long­temps et j’avoue que j’en pre­nais par­fois om­brage. Mais un jour, as­sise dans sa chaise haute, elle m’a re­gar­dée avec at­ten­tion et a poin­té son doigt vers moi en s’écriant “Ma­man” avec un im­mense sou­rire. J’en au­rais pleu­ré de joie ! » Ma­thilde.

de2 1 à ans

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.