SHAWN MENDES L’IDOLE DE VOS ADOS

A 18 ans, le pro­té­gé de Tay­lor Swift s’offre Ber­cy un an après l’olym­pia. Ren­contre avec l’idole de vos ados.

Paris Match - - Sommaire - PAR BEN­JA­MIN LOCOGE @Ben­ja­min Locoge

IL EST JEUNE, BRILLANT ET TA­LEN­TUEUX

Shawn Mendes pos­sède dé­jà un vé­ri­table aplomb en in­ter­view. Il est ro­dé à l’exer­cice et se montre clair et pré­cis dans ses ré­ponses. « Je n’ai que 18 ans et j’es­père avoir une longue car­rière de­vant moi. Je sens qu’il y a un vé­ri­table es­pace qui s’ouvre pour faire gran­dir ma mu­sique. Mais je sais aus­si que tout peut re­tom­ber très vite. Donc j’y pense le moins pos­sible. Si je ré­flé­chis trop, je de­viens ner­veux. » Avec deux al­bums à son ac­tif, il a pour­tant dé­jà dé­cro­ché deux fois la place de nu­mé­ro 1 des charts amé­ri­cains. Et s’est of­fert le Ma­di­son Square Gar­den de New York. Qui dit mieux à son âge ?

IL EST L’EN­FANT DES RÉSEAUX SOCIAUX

C’est en pos­tant des ex­traits de chan­sons qu’il s’est fait connaître en 2013. « Une an­née au­pa­ra­vant, ra­con­tet-il, j’avais dit à mon père que je vou­lais de­ve­nir chan­teur. Il m’a ré­pon­du : “Alors ap­prends à écrire des chan­sons.” C’est ce que j’ai fait, en sui­vant des tu­to­riels sur In­ter­net. L’été sui­vant, j’ai com­men­cé à pos­ter des trucs sur Vine. Et tout s’est em­bal­lé très vite, on a com­men­cé à me re­con­naître dans la rue à To­ron­to, par exemple. » Le ma­na­ger An­drew Gert­ler le re­père en no­vembre 2013 et lui per­met de si­gner un contrat en jan­vier 2014 chez Is­land. Depuis, Shawn est ul­tra­pro­li­fique : « Je com­pose tout le temps. Ces deux der­nières se­maines, j’ai écrit près de cin­quante nou­velles chan­sons. Mais sans les réseaux sociaux, je ne se­rais rien », ad­met-il po­li­ment.

IL DÉCLENCHE DES PAS­SIONS

Aux pe­tits soins pour ses fans, il pren­dra le temps après l’in­ter­view d’al­ler les em­bras­ser et de faire des sel­fies dans l’im­mense foule qui l’at­tend de­vant son hô­tel pa­ri­sien.

« Je sais ce que je leur dois, nous dit-il quelques mi­nutes au­pa­ra­vant, mais j’ar­rive en­core à avoir une vie pri­vée. Dès que je rentre chez mes pa­rents au Ca­na­da, je m’oblige à cou­per mon té­lé­phone pen­dant deux jours. Je ne touche pas non plus à mes comptes sur les réseaux sociaux. » Si­non, la vi­déo de « Treat You Bet­ter » cu­mule plus de 959 mil­lions de vues sur Youtube...

IL DOIT BEAU­COUP À TAY­LOR SWIFT

La chan­teuse amé­ri­caine lui a fi­lé un sa­cré coup de main en lui de­man­dant d’as­su­rer la pre­mière par­tie lors de sa tour­née de 2015. Mendes ne s’est pas conten­té d’ob­ser­ver Tay­lor, il en a aus­si ti­ré des le­çons : « C’est la plus grande ar­tiste au monde parce qu’elle tra­vaille plus que les autres. Je l’ai vue au quo­ti­dien, et j’ai com­pris pour­quoi ça mar­chait tant : elle se donne à fond tous les soirs. Elle n’a pas eu be­soin de me pro­di­guer des conseils, la voir chaque soir était dé­jà un truc énorme. » Son­tils pour au­tant de­ve­nus amis ? « Oui, je crois, même si c’est com­pli­qué de res­ter en contact avec elle, elle est très sou­vent oc­cu­pée par ses propres pro­jets. »

IL EST FIER D’ÊTRE CA­NA­DIEN

« Sur­tout en ce mo­ment car beau­coup de Ca­na­diens ont un vrai im­pact sur la mu­sique. Je pense à des gens comme Jus­tin Bie­ber, Drake, Ales­sia Ca­ra ou The Weeknd, par exemple. Je ne saurais ex­pli­quer ce qui nous réunit, mais il y a un truc spécial, il me semble… » Pas ques­tion pour lui de quit­ter son pays pour s’ins­tal­ler à

Los An­geles, du moins pour l’ins­tant. « Ma mère est d’ac­cord pour que je prenne mon ap­part cette an­née. Mais je compte res­ter près de To­ron­to. L’in­té­rêt du Ca­na­da, c’est aus­si qu’il n’y a pas de pa­pa­raz­zis », ri­gole-t-il. Im­pos­sible en re­vanche d’y boire un verre après ses concerts puis­qu’il n’a pas en­core 21 ans. « Pour­quoi croyez-vous que je passe au­tant de temps en Eu­rope ? » plai­sante Shawn. « En réa­li­té, je mène la plus saine des vies pos­sible, je fais de l’exer­cice tous les ma­tins. On a beau­coup vu que ce mé­tier pou­vait abî­mer les gens… » Un gar­çon modèle, donc, qui a même dé­jà in­ves­ti de l’ar­gent dans une ONG qui cons­truit des écoles au Gha­na. N’en je­tez plus… « Mais je n’y suis pas en­core al­lé, je n’ai pas en­core eu le temps. » Ah ! quand même…

« Il­lu­mi­nate » (Bar­clay-uni­ver­sal). En concert le 24 mai à Pa­ris (Ac­co­rho­tels Are­na).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.