LE PLAN DE MÉ­LEN­CHON POUR CONQUÉ­RIR MAR­SEILLE

L’an­cien can­di­dat à la pré­si­den­tielle se rêve en chef de l’op­po­si­tion de gauche. Son pa­ri passe par une élec­tion dans la ci­té pho­céenne.

Paris Match - - Politique - ERIC HACQUEMAND

Les col­leurs d’af­fiches ont dé­jà pris pos­ses­sion des rues... L’ar­ri­vée sur­prise de Jean-luc Mé­len­chon à Mar­seille élec­trise la cam­pagne des lé­gis­la­tives. Can­di­dat dans la cir­cons­crip­tion du centre-ville, le lea­der de La France in­sou­mise a dé­jà des­si­né les grandes lignes de son plan de ba­taille. La prio­ri­té est d’abord de désa­mor­cer le pro­cès en pa­ra­chu­tage ins­truit, dès l’an­nonce de son ar­ri­vée sur le Vieux-port, par son ri­val, le dé­pu­té PS sor­tant Pa­trick Men­nuc­ci. « Guy Her­mier non plus n’est pas né à Mar­seille...», rap­pelle ain­si So­phie Ca­mard, la sup­pléante éco­lo­giste de Mé­len­chon. Her­mier, c’est l’an­cienne fi­gure com­mu­niste des Bouches-du­rhône, né à Cré­teil, en­voyé par le PCF à Mar­seille en 1978 où il fut élu dé­pu­té... pen­dant plus de vingt ans. En­core faut-il s’en­ra­ci­ner. Sur place, les re­lais sont dé­jà en place depuis la pré­si­den­tielle: 23 «groupes d’ap­pui» réunis­sant lo­ca­le­ment les In­sou­mis ont été re­cen­sés ; plus de 1200 sou­tiens ayant cli­qué sur la pla­te­forme In­ter­net JLM2017 ac­ti­vés. Mais dans le chau­dron de la po­li­tique mar­seillaise, une cam­pagne se joue au-de­là. « Ici plus qu’ailleurs, la qua­li­té des réseaux est la clé...», sou­ligne un pi­lier de sa cam­pagne. Mé­len­chon compte, entre autres, sur l’aide de la CGT lo­cale dont cer­tains membres ont par­ti­ci­pé à sa dé­mons­tra­tion de force sur le Vieux-port le 10 avril.

Con­trai­re­ment à 2012 et son at­ter­ris­sage ra­té face à Ma­rine Le Pen à Hé­nin­beau­mont (Pas-de-ca­lais), l’in­sou­mis a bé­ton­né son dis­po­si­tif po­li­tique. «Sa can­di­da­ture est un plus!» clame ain­si le com­mu­niste Jean­marc Cop­po­la. Si le PCF et La France in­sou­mise sont concur­rents à l’éche­lon na­tio­nal, Mar­seille échappe à la

règle. Pas d’in­sou­mis dans les cir­cons­crip­tions des di­ri­geants com­mu­nistes, pas de can­di­dat PCF dans celle de Mé­len­chon! Ce qui ne l’em­pê­che­ra pas de « mouiller la che­mise ».Tour­née des places, dé­am­bu­la­tions...: les Mar­seillais n’au­ront pas droit à un ho­lo­gramme mais à un can­di­dat en chair et en os. « Mé­len­chon ne croit pas être élu uni­que­ment sur son image na­tio­nale même si, pré­vient un de ses proches, il ne fe­ra pas non plus du Fer­nan­del.» Ce week-end, il est ain­si at­ten­du à une ma­ni­fes­ta­tion lo­cale contre Mon­san­to, le spé­cia­liste des OGM. Et le len­de­main, il pour­rait dé­bu­ter ses vi­sites de ter­rain. L’achat d’un pied-à-terre est en­vi­sa­gé, « mais pas avant le pre­mier tour ».

On ne sait ja­mais... Car Mé­len­chon a beau avoir choi­si la cir­cons­crip­tion de Mar­seille la plus confor­table (il y a re­cueilli 39,1 % des voix le 23 avril), le pa­ri de­meure osé. Certes, le PS lo­cal est af­fai­bli. En té­moigne la dé­faite de Pa­trick Men­nuc­ci aux der­nières mu­ni­ci­pales. « Mais l’af­fron­te­ment se­ra com­plet », a pro­mis le dé­pu­té qui joue sa sur­vie po­li­tique. Tra­duc­tion : ça va être mus­clé sur le ter­rain. « Je veux rem­pla­cer le PS », a d’ailleurs aver­ti Mé­len­chon qui s’est pré­mu­ni : la se­maine der­nière, il est ve­nu sur le Vieux-port ac­com­pa­gné de Ber­nard Pi­gne­rol. Un ami de longue date, certes, mais aus­si l’an­cien pré­sident de la com­mis­sion des conflits du PS, aux pre­mières loges dans les af­faires qui ont se­coué les so­cia­listes lo­caux ces der­nières an­nées. Dont le « Gué­ri­ni Gate ». Prête à ti­rer les mar­rons du feu, Co­rinne Ver­si­ni, la can­di­date de La Ré­pu­blique en marche est en em­bus­cade. Tel est le pa­ri de Mé­len­chon : faire de Mar­seille « la ca­pi­tale de l’in­sou­mis­sion» pour écra­ser le pre­mier tour et évi­ter ain­si le risque d’un «tout sauf Mé­len­chon » au se­cond. Le can­di­dat est donc prêt à al­ler loin, même à s’in­té­res­ser au foot.a un sup­por­ter qui l’in­ter­pel­lait, il a ré­pon­du : « J’aime tout Mar­seille, même L’OM ! » C’est dire...

« JE VEUX REM­PLA­CER LE PS », A AVER­TI LE LEA­DER DE LA FRANCE IN­SOU­MISE

Sur le Vieux-port, le 11 mai.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.