CRÉ­DI­BI­LI­TÉ

Partir Pêcher - - Edito -

Quand on veut par­tir pê­cher “ailleurs”, on choi­sit gé­né­ra­le­ment la des­ti­na­tion pour les pois­sons que l’on trou­ve­ra, les tech­niques de pêche que l’on pour­ra pra­ti­quer, du bord ou en ba­teau, peut-être aus­si pour le pays ou le conti­nent. Pour fi­na­li­ser ce choix, les moyens d’in­for­ma­tions ne manquent pas. Les sites des voya­gistes spé­cia­li­sés sont une bonne source pour se faire une idée, même si l’on n’y trouve ja­mais ou presque de points né­ga­tifs. Les sites des ré­cep­tifs sont aus­si à prendre en compte. Ils offrent des ren­sei­gne­ments na­tu­rel­le­ment plus pré­cis sur leur ac­ti­vi­té, même si, par­fois, du rêve pro­po­sé à la réa­li­té consta­tée sur place, il y a un gouffre.

Ceux qui or­ga­nisent comme ceux qui vous ac­cueillent sont, en règle gé­né­rale, com­pé­tents dans leur do­maine et nous nous de­vons de l’être tout au­tant. Ain­si, dans nos re­por­tages, si nous pou­vons mi­ni­mi­ser – et non pas pas­ser sous si­lence – les pe­tits désa­gré­ments oc­ca­sion­nels que nous avons ren­con­trés dans un sé­jour, notre sou­ci de bien in­for­mer nous dicte aus­si d’évo­quer les dis­fonc­tion­ne­ments d’or­ga­ni­sa­tion, sur­tout quand ceux-ci de­viennent ré­cur­rents. Gé­né­ra­le­ment, ce­la per­met à l’ac­cueillant de re­mettre les choses d’aplomb et d’of­frir à nou­veau le meilleur aux pê­cheurs voya­geurs qui ont sou­vent in­ves­ti une belle somme pour se rendre chez lui.

Luc Bo­dis

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.