Spots et ré­gle­men­ta­tion

Partir Pêcher - - Actus -

Où se trouve donc ce fa­meux spot à blue­fins XXL ? Dans l’ouest de l’océan At­lan­tique Nord, à l’est du Ca­na­da. Et plus pré­ci­sé­ment à proxi­mi­té de l’île-du-Prince-Édouard, à North Lake, dans le Golf du Saint-Laurent. Chaque an­née, de juillet à sep­tembre, ces pois­sons y viennent se goin­frer de ha­rengs et de maquereaux qui se rendent dans cette zone. La pêche spor­tive est pra­ti­quée sur des ba­teaux de pêche com­mer­ciales de type “Lobs­ter Boat” (pêche au ho­mard), en dé­rive avec des vifs mon­tés sur ha­me­çon 10/0 circle. Les thons sont pê­chés prin­ci­pa­le­ment sur des pe­tits fonds, dé­pas­sant ra­re­ment plus de 60 mètres, ce qui ré­duit la dif­fi­cul­té des com­bats, les blue­fins ne pou­vant pas son­der. Sur I.-P.-É., les cap­tures de thons sont sou­mises à un rè­gle­ment dras­tique du “De­par­te­ment of Oceans and Fi­she­ries” et l’ICCAT. En ef­fet, si les pê­cheurs de cette ré­gion dis­posent de 50 % des quo­tas, seule­ment 30 % des li­cences leur sont al­loués. C’est-à-dire qu’un pê­cheur pro­fes­sion­nel ne peut conser­ver qu’un seul thon par an, ce qui ex­plique cer­tai­ne­ment la pro­por­tion hors norme de gros thons dans cette zone. Si le temps est au beau fixe et la mer d’huile, nous jouons de mal­chance puisque nous cas­sons cha­cun à notre tour un thon au ba­teau et un autre en com­bat. Ha­me­çon ou­vert et bas de ligne cas­sé, juste au-des­sus de l’ha­me­çon. Cer­tai­ne­ment au frot­te­ment de la gueule.

Le plus beau thon de la sai­son

Lors de notre der­nier jour de pêche, j ’ ai, se­lon Scott, f ait l e plus beau thon qu’il ait vu pen­dant la sai­son. S’il n’ex­cé­dait pas les 550 lbs, de part sa forme, il cré­di­te­ra ce thon de grande va­leur, si ce­lui-ci était des­ti­né à la pêche com­mer­ciale. Nous n’au­rions ja­mais pen­sé tou­cher au­tant de thons de 280 à 350 Lors de ce sé­jour, nous avions égal ement pour ob­jec­tif d’es­sayer de prendre du blue­fin au lan­cer, avec du ma­té­riel pré­vu pour des thons de plus de 100 ki­los ou avec des cannes à jig du type “No-Li­mit” as­so­ciées à des mou­li­nets aux bo­bines de grande conte­nance. Nous y re­non­ce­rons car il n’y au­ra pas de chasse, et aux vues des thons qui se­ront pris, il n’était pas vrai­ment rai­son­nable de s’es­sayer à cette tech­nique avec des pois­sons si gros. Par ailleurs, Scott nous ex­pli­que­ra que l es i ngé­nieurs d’une grande marque j apo­naise qui s’y étaient dé­jà frot­tés n’avaient rien sor­ti de fa­çon éthique. L’in­té­rêt était donc moindre. I l nous di­ra éga­le­ment qu’il est même très rare de faire des pois­sons de moins de 400 lbs dans sa zone et qu’il faut al­ler plus au sud, du cô­té de Cap Cod, pour trou­ver des pois­sons de 100 à 150 ki­los. Pour conclure, j e ne sau­rais pas ter­mi­ner ces quelques lignes sans r emer­cier Scott, Wal­ter et Craig pour ce su­per sé­jour pas­sé avec eux. Tout était par­fait, le Ca­na­da est un agréable pays. We will be back ! •

Bass Pro Shop… la ré­fé­rence en ma­ga­sin d’équi­pe­ments toutes pêches.

Sur I.-P.-É., on prend le plus grand soin des blue­fins et on res­pecte ces grands pois­sons XXL.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.