Du rêve à la réa­li­té !

Partir Pêcher - - Sommaire N°55 - Texte et pho­tos de Vincent de Bruyne

Ce­la fai­sait un mo­ment que je vou­lais re­tour­ner dans l’océan In­dien me confron­ter aux ca­rangues igno­bi­lis.

Ce­la fai­sait un mo­ment que je vou­lais re­tour­ner dans l’océan In­dien me confron­ter aux ca­rangues igno­bi­lis. Alors en ce dé­but d’an­née 2017, lorsque Seb et Lu­do m’ap­pellent pour me de­man­der si Ma­da­gas­car se­rait une belle des­ti­na­tion pour un voyage exo, je leur dis oui tout de suite. Mais pas n’im­porte où ! Ils me confient alors la mis­sion de leur or­ga­ni­ser ce sé­jour pour la fin de cette même an­née.

i une ni deux, je re­garde l es ma­rées, prends contact avec Do­mi­nique Dhouailly de l ’ agence DHD- Lai­ka et nous voi­là onze mois plus tard en route pour le Ra­da­ma Fishing Camp si­tué dans l’ar­chi­pel des Ra­da­ma, à l’ouest de Ma­da­gas­car et de No­sy Be. Laurent qui connaît dé­jà l’exo, Pascal et Bruno, les néo­phytes sous les tro­piques sont aus­si du voyage. Nous sommes donc six pê­cheurs au dé­part de Pa­ris, tous im­pa­tients de re­trou­ver le so­leil et les fa­bu­leux poissons de sports mal­gache. Ar­ri­vés à No­sy Be après une es­cale à La Réunion, nous sommes ac­cueillis à la Villa Man­ga Be par Pierre, le bras droit du camp. Le temps de po­ser nos va­lises, prendre pos­ses­sion de nos chambres pour cette pre­mière nuit, et que nous échan­gions sur les im­pres­sions du groupe de la se­maine pas­sée… et c ’est dé­jà un pe­tit brie­fing ra­pide de ce qui marche pour les guides : pop­pers Dumbble Pop 150 et 200, Fra­zer et Ma­gic pop 120 Orion, Hal­co roos­ta 135 et 195… Stick­baits Gun’z, Nam­bas Orion… Jigs Vor­tex William­son, Sea Rock Ri­ver2Sea, Slow jig Il­lex de 150 à 200 g… Nous mon­tons en­suite nos cannes avec eux, puis ils vont se re­po­ser car de­main ma­tin, nous pre­nons la di­rec­tion de l’ar­chi­pel des Ra­da­ma et le camp pour sept jours de pêche in­ten­sive.

Nous re­joi­gnons l’île

Le len­de­main ma­tin, nous re­joi­gnons l’île où se si­tue le camp en pê­chant, pen­dant que nos af­faires et le ra­vi­taille­ment font route de­vant. Il s’agi­ra là d’une vraie jour­née de

pêche, je tiens à le pré­ci­ser. La zone est vrai­ment pois­son­neuse pen­dant le tra­jet et nous pê­che­rons plus de 7 heures dans la jour­née. Co­ol pour une jour­née de trans­fert ! Cette jour­née au­ra aus­si per­mis à tout le monde de prendre ses marques dans le ba­teau, de s’ha­bi­tuer au so­leil et sur­tout, de prendre ses pre­miers poissons mal­gaches : ce se­ront ca­rangues igno­bi­lis, truite de co­rail, lud­jan bo­har et mé­rou pour l’en­semble des équi­pages, et tout en sur­face. Quel pied ! Bon, on ne compte pas les ra­tés. Ah les fa­meux fer­rages à vue… Ce n’est pas tou­jours fa­cile de re­tar­der son fer­rage la pre­mière fois !

Tout se­ra im­pec­cable !

Vers 17 heures, nous ar­ri­vons au Camp des Ra­da­ma où Pierre nous at­tend une fois de plus. L’équipe nous a pré­pa­ré un pe­tit cock­tail de bien­ve­nue pour nous re­mettre de nos émo­tions et de cette pre­mière jour­née. Pour ce qui est de nos sacs, ils sont dé­jà dans nos chambres. In­croyable, la qua­li­té du ser­vice est juste re­mar­quable et ce­la mé­rite d’être sou­li­gné. Toute la se­maine, l’équipe se­ra d’ailleurs à nos pe­tits soins et rien ne se­ra lais­sé au ha­sard. Que ce soit les ma­rins, la cui­sine ou le per­son­nel de chambre, l’or­ga­ni­sa­tion… tout se­ra im­pec­cable ! Un grand mer­ci et un grand bra­vo à Ch­ris­tophe Schoen, le boss du camp, et à son équipe. Mais re­ve­nons àla pêche. Tous les jours, nous par­tons vers 7h30 du mat i n pour 9 à 10 heures de mer. Le t emps de pêche est consi­dé­rable et c ’ est plu­tôt

bien pour « les morts de faim de pêche » que nous sommes. Bien sûr, il est pos­sible d’ar­rê­ter plus tôt, les guides s’adaptent aux dé­si­rs de leurs pê­cheurs. Au pro­gramme des jour­nées : du pop­per, du pop­per et du pop­per ! Toute la se­maine, nous pê­che­rons 85% du temps en sur­face. Pour le reste, ce­se­ra­jig entre mi­di et deux ou vif à la pause dé­jeu­ner. C’était un peu ma crainte de faire beau­coup de jig, mais en fait non ! Le pop­per est vrai­ment la tech­nique reine aux Ra­da­ma. Et ce­la pour notre plus grand plai­sir. En ef­fet, Seb, Lu­do, Pascal ou en­core Bruno pour les­quels c ’était le pre­mier voyage exo en ont pris plein les yeux et les bras. La bru­ta­li­té des at­taques, des touches et des com­bats les ont lais­sés sans voix... de quoi de­ve­nir accros !

De grands mo­ments

Nous vi­vrons plu­sieurs grands mo­ments du­rant ce sé­jour. Tout d’ abord la ren­contre avec des re­quins ba­leines de plus de six mètres. Ex­cep­tion­nels et tel­le­ment beaux ! Et puis nous pi­que­rons une di­ver­si­té hal­lu­ci­nante d’es­pèces de poissons. Ici, on ne sait ja­mais ce qui va at­ta­quer notre pop­per, notre jig ou notre pois­son ap­pât… Un mé­rou, un lud­jan, un bar­ra­cu­da, un tha­zard, une GT, une ca­rangue bleue… Nous au­rons à faire face à des poissons tel­le­ment puis­sants quel’ on se fe­ra même fait vi­der des mou­li­nets sur des rushes in­ter­mi­nable sau­jig­sans­ja mais comprendre ce qu’il nous ar­ri­vait. Un re­quin mar­teau es­ti­mé à plus de 200 ki­los au­ra même la bonne idée d’at­ta­quer la canne au vif de Laurent entre mi­di et deux… Un com­bat puis­sant et long en plein so­leil, mais à la clef un pois­son ex­cep­tion­nel.

Des dou­blés, des tri­plés

Des at­taques de tout bord, nous en vi­vrons et n’au­rons pas le temps de nous en­nuyer. Certes, à cer­tains mo­ments de la jour­née, la pêche se­ra un peu moins pro­duc­tive, mais le pro­fes­sion­na­lisme des ma­rins fe­ra que ces temps se­ront vrai­ment ré­duits. Leur connais­sance des lieux et des tech­niques de pêche nous per­met­tront de vivre de vrais mo­ments de fré­né­sie, que ce soit sur les bar­ra­cu­das mais aus­si et sur­tout sur les car angues.D es dou­blés, des tri­plés sur les ba­teaux, no­tam­ment pour Bruno et Pascal qui fe­ront à quelques se­condes d’in­ter­valle, au pop­per, un pois­son de 25 ki­los et une autre au­tour de 35-40 ki­los. Un dou­blé ma­gique entre co­pains pour un pre­mier voyage sous les tro­piques…Un rêve de­ve­nu réa­li­té ! Voi­là donc une belle se­maine qui s’achève. Sur le re­tour vers No­sy Be, lors du trans­fert, Pascal en pro­fi­te­ra pour faire un beau thon jaune, Lu­do un gros tha­zard et tou­jours de la GT. La der­nière grosse touche au jig se­ra pour Seb et elle se conclu­ra par… la perte de son leurre. Nous au­rons vé­cu une se­maine ma­gique à tout point de vue, un pro­fes­sion­na­lisme à toute épreuve de l’équipe et la sen­sa­tion pour les pê­cheurs d’avoir réa­li­sé un rêve : ce­lui de connaître la pêche exo­tique ! Nul doute qu’ils sont pi­qués main­te­nant, et que ce n’est que le dé­but d’une longue sé­rie de voyages à tra­vers le monde en quête de ce qui nous ha­bite tous : la pêche sous toutes ses formes ! •

Une belle ba­garre et à la fin...

Les ma­rins du Ra­da­ma Fishing Camp savent s’y prendre pour dé­cro­cher les re­quins.

Pascal Per­rin nous pré­sente un jo­li thon jaune.

Sebastien Garnier et son su­perbe mé­rou.

Laurent Grard et une ma­dame tom­bée.

Une co­ry­phène pour Laurent Grard.

Et pour Lu­do­vic Millon, ce se­ra un tha­zard !

Ren­contre avec un re­quin ba­leine… Ex­cep­tion­nel !

Pascal Per­rin (gauche) et Bruno Pres­ti (droite), dou­blé de ca­rangues igno­bi­lis.

L’au­teur et une belle truite de co­rail.

Dé­part en pêche et à nous les poissons.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.