Comment et où pra­ti­quer cette pêche

Partir Pêcher - - Technique -

Sur toute la Flo­ride, cô­té océan, c’est-à-dire du nord de l’Etat en pas­sant par Mia­mi et tout le long des Keys, il est pos­sible d’em­bar­quer sur un char­ter pour pra­ti­quer cette pêche. Cer­tains ba­teaux ou skip­pers se ré­servent plu­sieurs mois à l’avance par In­ter­net ou sur place dans les Ma­ri­nas.

De la qua­li­té et de l’ex­pé­rience du skip­per dé­pend toute la pêche. Il doit par­fai­te­ment connaître la zone et sur­tout en fonc­tion des pé­riodes et des condi­tions vous em­me­ner aux bons en­droits. En­suite il doit cor­rec­te­ment po­si­tion­ner son ba­teau. Le ma­rin, quant à lui, doit tout mettre en oeuvre pour faire prendre du pois­son aux pê­cheurs pré­sents à bord. Ce­la com­mence par la cap­ture des vifs. Sur cer­tains ba­teaux, no­tam­ment à Mia­mi où la clien­tèle est ai­sée et de pas­sage, les vifs sont ache­tés. Ce sont de pe­tites em­bar­ca­tions qui vous vendent les vifs qu’ils ont pê­chés quelques heures ou mi­nutes avant. Ce­la peut s’avé­rer cher car se­lon le type de vifs et la quan­ti­té dé­si­rée, la note peut at­teindre plu­sieurs cen­taines de dol­lars. Les prix d’une sor­tie à la jour­née sont as­sez éle­vés et il faut comp­ter entre 1200 et 1600 $ se­lon la taille du ba­teau et la no­to­rié­té du skip­per. En plus de ce mon­tant, il faut pré­voir le pour­boire (le Tip) pour le ma­rin, entre 150 et 250 $. A ce­la, s’ajoute votre re­pas car en gé­né­ral l’équi­page pré­voit uni­que­ment le sien. Un autre dé­tail, c’est qu’aux States, l’heure c’est l’heure ou plu­tôt « Time is Mo­ney ! ». Même si vous n’avez pas eu beau­coup de touches dans la jour­née, lorsque c’est l’heure de ren­trer, en gé­né­ral vers 16 heures, on lève les lignes même si à ce mo­ment-là l’ac­ti­vi­té ha­lieu­tique com­mence à se mettre en place. J’ai es­sayé lors d’un re­tour à la Ma­ri­na de de­man­der à dé­tour­ner le ba­teau afin de pro­fi­ter d’une belle chasse. Rien à faire, l’heure c’est l’heure. Seul un gros billet pour­rait faire in­flé­chir le ca­pi­taine. Bien­ve­nue aux Etats-Unis !

Les fishing amé­ri­cains sont larges et pos­sèdent des cock­pits suf­fi­sam­ment spa­cieux pour pra­ti­quer se­rei­ne­ment ce type de pêche.

Les vi­viers sont d’as­sez grande conte­nance avec un sys­tème à cir­cu­la­tion d’eau puis­sant. Chaque vi­vier peut conte­nir près d’une cen­taine de vifs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.