Un pro­jet li­fe­style

Partir Pêcher - - Gabon -

Nous avons com­men­cé à ima­gi­ner ce pro­jet il y a plus de deux ans. Nous vou­lions re­par­tir à la dé­cou­verte d’une côte in­ex­plo­rée, mais cette fois-ci à l’aide d’un autre moyen de trans­port que le ba­teau, et nous per­met­tant de lon­ger la côte par la plage, au plus près des vagues. Pour ce­la nous avons dé­cou­vert le vé­lo, mais pas n’im­porte le­quel. Il s’agit du « Fat-bike », un vé­lo à pneus XXL per­met­tant de rou­ler sur des ter­rains meubles comme du sable ou de la neige. Avant de nous lan­cer dans notre aven­ture africaine, il nous a pa­ru plus pru­dent de réa­li­ser au préa­lable un test gran­deur na­ture de ces vé­los. Nous sommes ain­si par­tis trois se­maines du­rant, lon­ger la côte Aqui­taine pour voir si notre pro­jet était réa­li­sable. Nous avons équi­pé chaque vé­lo d’une re­morque sur la­quelle nous avons réus­si, après quelques mo­di­fi­ca­tions, à y faire te­nir tout notre ma­té­riel : un pan­neau so­laire, deux ap­pa­reils pho­tos, quatre planches de surf, deux cannes à pêche, nos tentes, un ré­chaud, de l’eau et de la nour­ri­ture... Le tout re­pré­sente un at­te­lage de plus de 70 kg cha­cun, les ef­forts à four­nir pour faire avan­cer l’en­semble sont consi­dé­rables.

Après avoir gla­né beau­coup d’in­for­ma­tions, et sur­vo­lé les « mappes monde » sur nos or­di­na­teurs, nous avons fi­ni par trou­ver notre nou­vel El­do­ra­do, le Ga­bon. Plus par­ti­cu­liè­re­ment une por­tion de côte de 450 km si­tuée au sud du pays, lon­gée d’un cô­té par l’At­lan­tique et de l’autre par l’une des der­nières fo­rêts pri­maires de la pla­nète. Le pays est peu peu­plé et de ce fait, la na­ture y est pré­ser­vée et abon­dante. Il s’agit de l’un des rares en­droits au monde où l’on peut ob­ser­ver des élé­phants, hip­po­po­tames, cro­co­diles du Nil, buffles et mêmes des go­rilles sur la plage. Cette por­tion de côte est par­se­mée de pointes où l’on avait es­pé­ré trou­ver de bons spots de surf. Nous y sommes al­lés du­rant la sai­son sèche qui cor­res­pond aux plus grosses houles de l’an­née, mais qui en re­vanche cor­res­pon­dait à la moins bonne pé­riode pour la pêche. Même si la plu­part de mes par­ties de pêche n’ont pas été mi­ra­cu­leuses, comme ce qui est cer­tai­ne­ment le cas à d’autres pé­riodes de l’an­née, nous avons tout de même pu comp­ter sur les poissons ga­bo­nais pour nous nour­rir, quand nous n’avions plus d’autres al­ter­na­tives !

Les ren­contres avec les po­pu­la­tions lo­cales fai­saient éga­le­ment par­ties du trip.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.