« Élé­va­tion »

Pianiste - - PÉDAGOGIE - Alexandre So­rel

consiste-t-il ? Le pre­mier élé­ment ré­side dans le contrôle par­fait de chaque pul­sa­tion : « Au com­men­ce­ment était le rythme ! » écri­vait Hen­rich Neu­haus. Et Cho­pin de pré­ci­ser : « Per­sonne ne re­mar­que­ra l'in­éga­li­té du son dans une gamme très vite quand elle se­ra jouée éga­le­ment pour le temps. Com­plé­tons ce pro­pos en pré­ci­sant qu'il faut évi­ter deux écueils : 1. Jouer trop fort conduit à « ser­rer » le cla­vier et à se cris­per. C'est pour cette rai­son qu'il est si im­por­tant de sa­voir do­ser, de mé­na­ger un cres­cen­do. 2. Au contraire, di­mi­nuer trop tôt nous fait perdre sen­sa­tion de la « table du jeu », qui per­met de trans­fé­rer le poids d'un doigt à l'autre. Dans ce der­nier cas, nous avons la désa­gréable im­pres­sion de flot­ter, de mar­cher sur des Ïufs. Ce n'est pas mieux ! Bref, il faut tou­jours construire notre jeu, pla­ni­fier les nuances. Les ma”tres mots pour ac­qué­rir l'agi­li­té des doigts sont donc « ryth­mer, nuan­cer, do­ser ». Ins­cri­vez-les en lettres d'or sur votre pia­no. En­fin, pre­nez tou­jours le temps de fi­nir vos phrases sans pres­ser les ter­mi­nai­sons car ce­la per­met de res­pi­rer, ce qui est in­dis­pen­sable à une belle dic­tion. En somme, du­rant votre étude, soyez exi­geant et mème in­trai­table avec vous-mème ! Car, n'ou­bliez pas, votre meilleur pro­fes­seur, c'est vous ! Con­trô­lez chaque temps, nuan­cez les courbes, étu­diez tou­jours en « mu­si­cien ». S'il en est ain­si, vien­dra alors la ré­com­pense : vos doigts se met­tront à cou­rir sur les touches bien mieux que ceux des jeunes filles des pen­sion­nats. Votre âme de poète se­ra li­bé­rée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.