HIS­TOIRE D’IVOIRE… MOINS CLAIR

Pianiste - - ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS -

La nou­velle est tom­bée cet été : le com­merce de l’ivoire est dé­sor­mais in­ter­dit en France. Mais que ce­la im­plique-t-il?

Sous la pres­sion de plu­sieurs ONG, Sé­go­lène Royal, la mi­nistre de l’Environnement, de l’…ner­gie et de la Mer, char­gée des re­la­tions in­ter­na­tio­nales sur le cli­mat, a si­gné le 16 août der­nier un ar­rê­té in­ter­di­sant le com­merce de l’ivoire et re­strei­gnant consi­dé­ra­ble­ment sa réuti­li­sa­tion en France. Plu­sieurs pro­fes­sions – comme les cou­te­liers, an­ti­quaires ou res­tau­ra­teurs d’ins­tru­ments – sont concer­nées et par­fois mises en pé­ril. Pour ré­su­mer, tous les ins­tru­ments de mu­sique, même ceux ne pos­sé­dant qu’une seule pièce en ivoire, sont en prin­cipe in­ter­dits à la vente. Il existe des dé­ro­ga­tions au cas par cas – l’une de juin 1947 qui concerne les ob­jets tra­vaillés avant cette date et dé­cla­rés comme « an­ti­qui­tés », l’autre im­pli­quant des pièces com­por­tant de l’ivoire et en­trées sur le ter­ri­toire avant le 18 jan­vier 1990. Le hic? …ta­blir la da­ta­tion d’un mor­ceau d’ivoire ou­vra­gé est qua­si illu­soire. Des ex­per­tises (avec quels ex­perts ?) au car­bone 14 se­raient im­po­sées (au ta­rif de quelques cen­taines d’eu­ros!). Ce­la concerne donc aus­si les pia­nos. Tous les cla­viers en ivoire conçus après le 30 juin 1975 doivent être ac­com­pa­gnés d’un Cer­ti­fi­cat d’in­tro­duc­tion com­mu­nau­taire (CIC) pour la lé­ga­li­té de leur vente. Par exemple, un Bö­sen­dor­fer, un Bech­stein, un Stein­way des an­nées 1980 dont le cla­vier est com­po­sé d’ivoire ne sont ni trans­por­tables ni re­ven­dables. Entre 1975 et 1990, des mil­liers de mo­dèles (en 1990, les fac­teurs d’ins­tru­ments ont rem­pla­cé l’ivoire par d’autres ma­té­riaux) sont en­trés dans l’Hexa­gone. Et, depuis 1990, nombre d’entre eux ont été com­mer­cia­li­sés, no­tam­ment sur le mar­ché de l’oc­ca­sion, sou­vent via In­ter­net. Ils l’ont été dans la plus par­faite illé­ga­li­té. Un ré­cent re­cours en an­nu­la­tion de­vant le Con­seil d’…tat a été dé­po­sé. Mais il reste que la me­nace sub­siste. Jus­qu’à l’ab­surde. En ef­fet, un mu­si­cien se pro­dui­sant sur un ins­tru­ment aux touches en ivoire se­rait, se­lon l’es­prit de la loi, en in­frac­tion, puis­qu’il offre une pres­ta­tion payante. À moins d’uti­li­ser de l’ivoire de mam­mouth, es­pèce non pro­té­gée, puisque dis­pa­rue. Ubuesque…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.